Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

2e dimanche après la Pentecôte

Dómine, convértere, et éripe ánimam meam : salvum me fac propter misericórdiam tuam.
Revenez à moi, Seigneur, et sauvez mon âme ; délivrez-moi à cause de votre miséricorde.

Screenshot_2019-06-22 LU963.png

Par la Schola Cantorum Achel :

podcast

La mélodie de l’offertoire de ce dimanche est unique en son genre. On peut voir ici ou là (introït de la Vigile de Noël, introït du 23e dimanche après la Pentecôte, offertoire du 16e dimanche) que le 6e mode est très accroché à sa tonique fa, et à la tierce fa-la (tonique-dominante). Mais ici c’est à un degré extrême : on a quasiment un récitatif sur le fa avec une broderie minimale. La seule exception est le mot « propter » (qui se risque à descendre au ré et même au do) : c’est en effet le mot le plus important, puisque c’est uniquement en raison de sa miséricorde que Dieu me sauve.

Au moyen âge cette antienne d’offertoire avait deux versets, qui étaient les deux premiers versets de ce psaume 6 (l’antienne est le verset 5) :

Domine, ne in ira tua arguas me, neque in furore tuo corripias me.
Seigneur, ne me reprenez pas dans votre courroux, et ne me punissez pas dans votre indignation.

Miserere mihi, Domine, quoniam infirmus sum, sana me, Domine, quoniam conturbata sunt omnia ossa mea;
Ayez pitié de moi, Seigneur, car je suis sans force, Seigneur : guérissez-moi, Seigneur, parce que tous mes os sont troublés.

Le premier verset reprenait seulement la descente (ré-do), sur « Domine », puis sur « furore tuo ». Mais le deuxième verset s’envolait dans des vocalises, d’abord sur « Domine » qui montait au do-ré à l’octave, et surtout sur « ossa », avec un mélisme de… 67 notes.

Screenshot_2019-06-22 e-codices – Bibliothèque virtuelle des manuscrits en Suisse.pngScreenshot_2019-06-22 BVMM - CAMBRAI, Bibliothèque municipale, 0075 (0076), f 075v - 075 bis.png

Commentaires

  • Le deuxième verset est : "Miserere mihi Domine, quoniam infirmus sum: sana me Domine, quoniam conturbata sunt omnia ossa mea".
    L'antienne était chantée par la schola et le verset par un chantre, c'est pour ça qu'ils sont plus ornés.

  • Oui j'avais oublié la fin, merci.

  • Merci Yves

    Mais chez moi nous avons célèbré la Fête-Dieu !

Écrire un commentaire

Optionnel