Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une conséquence…

Les Irlandais ont, comme on le sait, voté pour la légalisation de l’avortement. Cela ne pouvait pas être sans diverses conséquences et dégâts collatéraux. Par exemple les hôpitaux ouvrent désormais des postes interdits aux médecins qui ne veulent pas tuer les bébés.

Autre exemple, qui vient d’être révélé par le président de l’Association irlandaise des pilotes de ligne, Evan Cullen : les femmes pilotes ne doivent plus être enceintes.

Lors d’une audition de la commission d’enquête parlementaire sur les faux travailleurs indépendants, Evan Cullen a déclaré qu’à peu près la moitié des pilotes travaillant dans des compagnies aériennes enregistrées en Irlande (pays vu comme un paradis fiscal) sont engagés comme « travailleurs indépendants », ce qui revient beaucoup moins cher à ces compagnies en salaires et couverture sociale, et leur permet d’embaucher sans garantie de l’emploi. Et, pour travailler, ces pilotes doivent accepter ces conditions sans mot dire.

En outre, si elles sont des femmes, on leur dit clairement qu’elles ne doivent pas être enceintes, et à celles qui le sont : « Tu as le choix : tu mets fin à ton emploi ou tu mets fin à ta grossesse. »

Quand on légalise l’avortement, on légalise la dictature de la culture de mort.

Commentaires

  • sur les femmes pilotes auxquelles on interdirait d'être enceinte, cela n'a aucun sens et il faut arrêter de relayer des inepties pareilles : c'est évidemment contraire au droit européen car il s'agit d'une discrimination lourdement sanctionnée. Donc toute procédure engagée à l'encontre d'une salariée qui se serait abstenu de notifier sa grossesse ou qui serait simplement enceinte est vouée à l'échec voire à sanction lourde.

  • Je crois qu'avant de parler d'inepties vous devriez lire ce que j'écris. Les pilotes sont embauchés comme "travailleurs indépendants", pour une mission précise. C'est comme chez nous avec les CDD à répétition. On dit à la femme qu'elle ne sera pas reprise le lendemain, c'est tout, et c'est parfaitement "légal". Et le président du syndicat souligne qu'elles ne disent rien pour garder leur travail. Votre '"droit européen" n'y peut rien.

  • Notons que le métier de pilote de ligne, fort bien rémunéré (environ 13 000 € par mois pour un copilote débutant), n'est guère plus ouvert à la gent féminine que celui de sage-femme aux hommes. Il y a environ 7000 femmes pilotes de ligne dans le monde, soit 5% des pilotes de ligne. Rapporté à la population de l'Irlande, ça ne doit pas faire bézef (autour de 5 pilotes, d'après mes calculs). Mais, sur le principe, Daoudal a raison.

  • De plus, il faut tenir compte de cette remarque intéressante de ce vieux macho de Paul Morand : "Les vraies lesbiennes sont très bonnes conductrices."

  • Yves,
    Cela se produit déjà dans les postes de cadres en France, si vous n'êtes pas disponible à 100%, vous ratez une promotion ou on se passe de vous.
    La liberté des femmes libérées, c'est de travailler pour un salaire de misère comme caissière ou ouvrière afin de payer la garde de leurs enfants dont elles ne peuvent pas s'occuper.
    Pour les grandes bourgeoises et les parasites qui vivent des subventions, artistes et autres, elles peuvent faire ce qu'il leur plait car elles ont les moyens de faire garder leurs enfants ou de s'en occuper.

Écrire un commentaire

Optionnel