Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique des cinglés

L’école primaire publique Tàber de Sarrià de Barcelone a retiré de sa bibliothèque 200 livres accusés par la « commission du genre » de ne pas promouvoir une « vision égalitaire ».

Parmi ces livres, Le petit chaperon rouge, La belle au bois dormant, la Légende de saint Georges.

C’est le tiers des livres qui est ainsi mis hors de portée des enfants. Ils pourront être lus par des enfants plus grands auxquels on aura inculqué l’« esprit critique » de la pensée unique : ces ouvrages doivent être « contextualisés car de nos jours ils n’ont plus aucun sens et sont totalement hors de propos ».

D’autres écoles sont en train de procéder à la même purge.

Réaction de Santiago Absacal, le chef de Vox : « Ils sont fous. »

Commentaires

  • C’est déjà un bon commencement. Ensuite, pour les plus grands, il faudra retirer Homère, Molière. Puis Dante, Shakespeare. Puis, pratiquement tout..

    Bien entendu, il n’est pas question de détruire ces ouvrages. Il suffira de les entreposer, sous leur version papier ou numérisée, dans des « Enfers » dont l’accès sera conditionné par la présence du lecteur sur une liste autorisée, avec tenue du; registre de consultation.

  • On leur enlève Le petit Chaperon rouge et sans doute La Fontaine (connu pour cette raillerie misogyne : "Je ne suis pas de ceux qui disent : ce n'est rien, c'est une femme qui se noie.").
    L'essentiel est qu'ils aient des ordinateurs et des téléphones portables connectés à internet qui leur donnent libre accès à la pornographie la plus immonde et la plus avilissante.
    Un vrai monde de dingues.

  • Je me réjouis de ne pas avoir d'enfants. Ainsi, ils ne seront pas conditionnés par cette idéologie infernale.

  • Ne pas avoir d’enfants, c’est déserter le combat culturel et civilisationnel. Vous semblez fier et content de votre choix : vous avez tort.

  • l'Eglise latine serait donc championne en matière de désertion ?

  • Un autodafé soft. J'ai en tête la phrase de Heine : "là où l'on brûle les livres, on brûlera bientôt les hommes". Le pire approche doucement mais sûrement...

  • C'est une idée séduisante, mais fausse. Les écrivains sont assez froussards. C'est pour ça qu'il y en a si peu qui valent qu'on les brûle avec leurs livres et tellement qu'on aimerait voir brûler avec leurs livres.

  • Je trouve la chose plus comique que tragique.
    C'est tellement idiot que ça va sombrer dans le ridicule (il n'y a qu'en France qu'il ne tue pas). Comme si le Petit Chaperon rouge était moins adapté aujourd'hui (où les féministes ne parlent plus que de loups harceleurs) qu'au XIX° ou au XX° siècle...
    Désormais, ce sera un livre qu'on lira en cachette ! On se passera des éditions nouvelles ou anciennes sous le manteau ! Quel plaisir ! Toute cette littérature va devenir à la mode ! Quelle liberté ils avaient jadis, dira-t-on ! Les filles se promenaient seules dans les bois !

  • j'ai déjà vu ce phénomène à la FNAC ;
    - Papa, je veux Tintin au Congo
    - non, mon fils, c'est horriblement raciste et quand tu seras grand tu me remercieras de ne pas te l'avoir acheté
    je suis persuadé que le garçon a tout fait pour le lire quand même

  • Harry Potter, quoique maçonnique, ne fait pas assez référence à la pédophilie, il faudra expurger...

Écrire un commentaire

Optionnel