Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Renforcement de la "politique de Mexico"

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a annoncé aujourd’hui un renforcement de la « politique de Mexico ».

En 2017, Donald Trump avait rétabli la « politique de Mexico » (décidée par Reagan lors d’une conférence internationale à Mexico), interdisant de donner des fonds fédéraux américains aux ONG étrangères qui pratiquent l’avortement ou font de la propagande pour l’avortement.

Mike Pompeo annonce que désormais il n’y aura plus non plus de fonds alloués aux organisations qui ne s’occupent pas d’avortement mais financent des organisations qui elles en pratiquent : « Les dollars des contribuables américains ne seront pas utilisés pour assurer l’avortement. »

Naturellement, la culture de mort hurle de nouveau en accusant le gouvernement Trump de faire reculer la lutte contre les maladies et de laisser mourir les femmes à cause d’avortements non pris en charge. Pompeo a immédiatement répondu que « c’est simplement faux ».

Mais CNN cite le directeur d’un centre médical de Nairobi, qui se plaint que la décision américaine « affecte les autres maladies contagieuses comme la tuberculose, la malaria, le sida : on ne peut pas séparer certaines de ces maladies des soins de santé reproductive ».

De la façon dont l’article de CNN est rédigé, on doit comprendre que la grossesse est une maladie contagieuse, qu’on peut guérir grâce aux soins de santé reproductive (tant il est vrai que cette expression poudre aux yeux désigne l’avortement).

Mais ce n’est pas vrai qu’on ne puisse pas séparer les activités. Il est évidemment très facile de séparer les « soins de santé reproductive » (dits aussi de « Planning familial ») des « autres » maladies. Et d’ailleurs c’est déjà ce qui s’est produit en nombre de pays (dont le Kenya) depuis le rétablissement de la « politique de Mexico ».

Ce qui est tout de même ahurissant c’est de voir des médecins qui se désolent de ne plus pouvoir tuer des bébés…

Commentaires

  • "Ce qui est tout de même ahurissant c’est de voir des médecins qui se désolent de ne plus pouvoir tuer des bébés…"

    --------------

    Ce ne sont pas des médecins, ce sont des tueurs déguisés en médecins.

  • Ce ne sont plus des médecins, malgré leur diplôme de médecin et leurs études de médecine où on leur apprend à prescrire les abortifs, pratiquer les avortements, et où on les oblige à y assister. Comme pour les infirmières et sage-femmes lors de leurs stages.

  • "Ce ne sont pas des médecins, ce sont des tueurs déguisés en médecins."
    Ce ne sont même pas des tueurs, le tueur n'exécute pas sans rançon, et de manière répétée, et rarement le bébé dans le ventre de sa mère.
    Non, ce sont là des bêtes sauvages non-douées d'inhibition, cad une sorte de bête inférieure à l'animal.

Écrire un commentaire

Optionnel