Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Manfred Weber et la Hongrie

Manfred Weber, Spitzenkandidat du PPE aux prochaines élections européennes, a lancé hier un ultimatum à Viktor Orbán, une « dernière chance » pour que son parti puisse rester au sein du PPE, dit-il au détour d'une interview dans un journal : il doit « immédiatement et définitivement cesser la campagne anti-Bruxelles de son gouvernement », « s’excuser auprès des autres partis membres du PPE », et « il est essentiel que l'Université d'Europe centrale soutenue par Georges Soros puisse durablement rester à Budapest ».

Réponse de Zoltan Kovacs, porte-parole du gouvernement, en trois tweets :

Le PPE et les conditions de Manfred Weber : L’immigration est au cœur de ce débat avec le PPE. Nous écoutons d’autres opinions, y compris celle de Weber. Mais la défense des valeurs chrétiennes européennes et l'arrêt de l’immigration sont plus importants que la discipline de parti. Sur cela, nous ne pouvons pas céder. 1/3

En ce qui concerne la question de l’Université d’Europe centrale : Remarquable, la façon dont le réseau Soros fait avancer ici aussi son programme. Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, le Közép-európai Egyetem continue de fonctionner à Budapest conformément à la législation hongroise. 2/3

L’éducation, en fait, relève de la compétence du gouvernement national; les critiques sur ce point ne sont donc pas valables. Nos règles et lois s’appliquent à tous les établissements d’enseignement en Hongrie de façon égale, sans exception, pas même pour l’université Soros. 3/3

["Közép-európai Egyetem" est le nom hongrois de l’Université d’Europe centrale. C’est une façon de dire que l’université continuera si son fonctionnement est conforme à la loi hongroise, comme le souligne le tweet suivant.]

Écrire un commentaire

Optionnel