Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saints Vincent et Anastase

Saint Vincent, diacre de Saragosse, martyr le 22 janvier 304, et saint Anastase, soldat de Chosroes empereur des Perses qui avait pris Jérusalem et la Sainte Croix en 614, converti par la Croix, devenu moine, martyr de Chosroes le 22 janvier 628.

Oraison du missel mozarabe pour la fête de saint Vincent :

Christe, cujus magnitudo potentiae Vincentii Martyris tui corpus, quod vesano Daciani furore fuerat marinis projectum in fluctibus, undis advehentibus honorandum revocabit littoribus : tu nos, eodem Martyre suffragante, a procelloso istius saeculi profundo, manu pietatis in supernis attolle : ut qui, inimico impellente, in mare, excrescentibus delictis, cecidimus, et per caritatem, quae est coopertio peccatorum, ad portum salutis quandoque perveniamus, laetaturi cum omnibus invicem quos dilectio tua jungit in hac praesenti Martyris tui solemnitate. Amen.

O Christ, dont la puissance a ramené sur le rivage, pour y recevoir les honneurs qui lui étaient dus, le corps de votre Martyr Vincent, que l’aveugle fureur de Dacien avait fait jeter dans les flots de la mer : par les mérites de ce Martyr, et par la main de votre miséricorde, faites-nous surnager sur les ondes orageuses de ce siècle, afin que nous qui, par l’impulsion de l’ennemi, sommes tombés dans cette mer, avec le poids de nos péchés, nous puissions arriver un jour au port du salut, par cette charité qui couvre tous les péchés, et nous réjouir dans la société de tous ceux que votre amour réunit aujourd’hui pour célébrer la solennité de votre Martyr. Amen.

Trois extraits des odes des matines byzantines de saint Anastase :

En gloire tu surpassas la perfection grâce aux divines lueurs éclairant ton esprit; ayant connu la puissance de la Croix, tu devins par l'ascèse un vénérable moine et par le sang un témoin, saint martyr Anastase; c'est pourquoi le Christ a fait jaillir en toi la grâce des miracles.

De l'amour du Christ rien ne put te séparer: ni la menace des tourments ni tes membres mutilés ni le feu ni la faim ni le glaive ni la mort, Anastase, compagnon des chœurs célestes. Ayant pris avec ardeur ta croix sur tes épaules, tu as suivi le Christ en ses préceptes de salut; l'ayant imité jusqu'à la mort, tu jouis maintenant de sa splendeur.

Clairement illuminé par la splendeur de la Croix, tu dissipas les ténèbres de l'erreur; dans ta lutte contre le tyran tu remportas la victoire, illustre Saint; tu en reçus joyeusement les trophées, Anastase, témoin du Christ qui exultes dans le rang des Martyrs.

Écrire un commentaire

Optionnel