Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nuntium vobis fero

Capture d’écran 2019-01-09 à 16.49.48.png

Bréviaire de Paris, XIIIe siècle, BNF.

Cette hymne se trouve dans les manuscrits rassemblant les écrits de Fulbert de Chartres et de ses disciples. On la trouve aussi, du vivant même de Fulbert, dans l’Hymnaire de Moissac. Il pourrait donc éventuellement être plus ancien. On l’incluait souvent au moyen âge dans les « jeux liturgiques » de l’Epiphanie (Les trois rois). Texte donné dans l’Année liturgique, traduction dom Guéranger.

Nuntium vobis fero de supernis
Natus est Christus, Dominator orbis,
In Bethlehem Judae; sic enim Propheta
Dixerat ante.

Je viens du ciel vous apprendre la nouvelle : « Le Christ, le Seigneur du monde, est né en Bethléhem; ainsi le Prophète l’avait annoncé. »

Hunc canit laetus chorus Angelorum,
Stella declarat, veniunt Eoi
Principes, dignum celebrare cultum,
Mystica dona.

Ainsi chante, dans sa joie, le chœur angélique. L’étoile, à son tour, annonce le nouveau-né ; les princes de l’Orient viennent lui rendre leur culte par des présents mystiques.

Thus Deo, myrrham tribuunt sepulchro,
Auream Regi speciem decenti,
Dum colunt unum, meminere Trino
Tres dare terna.

A la divinité ils consacrent l’encens, au sépulcre la myrrhe, l’or à la royauté ; en adorant Celui qui est unique, les trois Mages voulurent offrir trois dons au Dieu triple en personnes.

Gloriam trinae monadi canamus,
Cum Deo divae Genitore Proli,
Flamini nec non ab utroque fuse
Corde fideli. Amen.

Chantons d’un cœur plein de foi gloire à la triple Monade, au Dieu Père, au Fils divin, à l’Esprit qui procède et du Père et du Fils. Amen.

Commentaires

  • La traduction me gêne. Cette "triple Monade" fleure l'hérésie (trois dieux ?). Quand il s'agit de la Sainte Trinité, Trinus, a, um est toujours traduit ailleurs par : "en trois personnes" (même ici dans l'avant-dernière strophe)..

  • Je vous comprends. Mais "triple monade" est une expression qu'on trouve dans les matines du dimanche de la liturgie byzantine (dans le "canon triadique" qui célèbre la Trinité).

    Vous êtes certainement le premier à fleurer l'hérésie chez dom Guéranger... Peut-être arriverez-vous à bloquer sa béatification si vous en parlez à l'avocat du diable...

Écrire un commentaire

Optionnel