Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Caricature jésuite

La Fondation Magis (Movimento e Azione dei Gesuiti Italiani per lo Sviluppo), à ne pas confondre avec les « Réseaux Magis » français de jeunes cornaqués par les jésuites, invite à réfléchir sur la nécessité « d’oser l’esprit missionnaire dans la contemporanéité ».

Je sais bien que je suis un beauf réactionnaire populiste xénophobe rigide pharisien pélagien fermé aux surprises de l’Esprit, mais je n’avais encore jamais vu ce mot de « contemporanéité ».

Renseignements pris auprès de la docte Académie française, je vois que ce mot existe et qu’il a plusieurs sens. Ici c’est le sens A2 : « ce qui caractérise l’époque contemporaine ».

Donc les jésuites demandent « d’oser l’esprit missionnaire » dans « ce qui caractérise l’époque contemporaine ».

Apparemment il ne suffisait pas de dire « dans le monde d’aujourd’hui ». Ce qui était plus clair… mais montrait l’absurdité du propos : il semble aller de soi qu’il serait vain « d’oser l’esprit missionnaire » dans le monde d’hier ou dans celui de demain.

Puis je me suis dit que tout cela était traduit de l’italien. Le texte originel dit « contemporaneità ». Mais ce mot est encore moins usité en italien qu’en français : la grande majorité des dictionnaires bilingues disponibles sur internet ne le connaissent même pas… C’est quand même mal barré pour répandre l’esprit missionnaire…

Commentaires

  • Jésus avait des mots plus simples pour envoyer les apôtres en mission:

    "Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit," (Mt 28, 19)

    "Puis il leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création." (Mc 16, 15)

    C'est mieux comme ça, non ?

  • vous pensez vraiment que Jésus parlait français ?
    il n'est pas responsable des termes employés par des traducteurs ou de lointains disciples

  • Dans l'article auquel vous renvoyez, pope Frankie dit aussi que "l’activité missionnaire est paradigmatique de toutes les activités de l’Eglise". Le mot paradigme, qui sert à désigner une représentation du monde, est le plus souvent accolé à l'adjectif "nouveau".
    Je crois qu'il ne serait pas tiré par les cheveux de considérer qu'évangéliser dans la "contemporanéité", cela consiste en ce nouveau paradigme que prêche depuis bientôt six ans pope Frankie : ouvrir en grand nos frontières, nos cœurs et le reste, pour nous faire mettre bien profond.

  • Pour « contemporanéité », son emploi ancien par les géologues et paléontologues était simple et clair. Ainsi Gaudry, Contemporanéité de l’espèce humaine et de diverses espèces animales aujourd’hui éteintes, C. R. Académie des Sciences, 49 (3 octobre 1859).

    Apparemment, aujourd’hui, c’est devenu souvent un de ces mots qu’on emploie pour faire bien.

  • de toute façon, une langue vivante est en évolution constante, même une langue bien établie comme le français, et peut avoir besoin de néologismes ou de nouvel emploi de mots anciens
    dans le cas présent, je doute fort que le pape ait parlé français, et les critiques visent donc le traducteur
    c'est peut-être moins vrai pour d'autre; j'ai eu un subordonné algérien, quand je lui disais quelques mots d'arabe oranais d'avant 1962, il me disait en riant : "Monsieur, vous parlez comme ma grand'mère," mais il m'avait quand même compris

  • Curmudgeon me donne raison : la contemporanéité est pleine de duplicité. Comme les activités paradigmatiques de l'Eglise de pope Francouille la fripouille.

  • Dans ce monde de "cinglés", il faut parfois pas trop chercher à comprendre... mieux vaut rire.

    Le pape, comme la plupart des clercs et beaucoup de gens trop et mal "instructionnés" obéissent au logiciel qui leur a été implanté. Ils sont programmés à penser "printemps", à parler beaucoup avec des grands mots savants pour dire très peu, comme Macron l'illustre d'importance.

    Après tout, la devise des Shaddoks n'était-elle pas : "pourquoi faire simple alors qu'on peut faire compliqué?".

    S'ils veulent "pomper", qu'ils pompent, moi ça ne m'intéresse pas de jouer avec eux, perdre du temps à les écouter. Je préfère la compagnie de Boileau et La Fontaine...

    Cette amusante vidéo de Eddy Malou (une minute suffit) est un parfait exemple du beau parler pour ne rien dire, et Je mets quiconque au défi de résumer le discours de ce brave Ivoirien. Idem pour les zoomélies de mon curé Congolais.

    https://www.youtube.com/watch?v=lOgbo_xYpgc

  • "oser l’esprit missionnaire dans la contemporanéité"

    Cela ne plait pas à tout le monde. Mgr. Nicola Bux, ancien consultant de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi sous Benoît XVI a déclaré qu'à moins que le pape François ne se corrige et réaffirme l'enseignement de l'Église sur la morale, la foi et les sacrements, l'apostasie va s'intensifier et le schisme de facto s'élargir.

    Pour faire face à la crise actuelle, il a suggéré d'examiner la «validité juridique» de la démission du pape Benoît XVI afin de «surmonter les problèmes qui nous paraissent aujourd'hui insurmontables». Le conseiller théologien de la Congrégation pour les Causes des Saints a laissé entendre cette étude plus approfondie de la situation pourrait révéler que François n'est pas et n'a jamais été un pape valide, mais est en réalité un antipape qui pourrait être retiré de la papauté, annulant ainsi ses erreurs "insurmontables".

    https://pjmedia.com/faith/noted-vatican-theologian-calls-for-examination-of-validity-of-pope-benedicts-xvis-resignation/

  • " il a suggéré d'examiner la «validité juridique» de la démission du pape Benoît XVI". Bonne idée, enfin exprimée.
    Et bien, il est urgent de commencer cet examen avant que le témoin principal (et victime) ne disparaisse. Mais il est curieux que pas un des cardinaux du conclave n'ait soulevé la moindre objection sur l'élection de l'homme de paille de la mafia de St Gallen.

  • Bergoglio, on commence à savoir à quoi s'en tenir. Le grand mystère (d'iniquité ?), c'est évidemment Benoit XVI. Pourquoi a-t-il quitté le navire ? Pourquoi ne dit-il rien ? Est-il une victime, un otage ? Craint-il pour sa vie ou pour celle de ses proches ? A-t-il peur du scandale (En 2017, Valeurs actuelles titrait sur une affaire d'abus sur enfants, impliquant son frère Georg) ? Ce n'est pas complètement invraisemblable, mais ça ferait quand même de lui une espèce de renégat.
    Prions pour que la parole du Pape émérite se libère.

  • Pris la main dans le sac!
    Ce mot figure au début de l'article du dernier Reconquête p 23... quel rédacteur en chef a bien pu laisser imprimer un tel mot???

  • Ce qui est pénible avec ceux qui cherchent la petite bête en permanence, c'est qu'il leur arrive de les trouver à côté de la plaque.

    Curmudgeon cite "contemporanéité" dans un sens complètement différent (le sens B de l'Académie française, quasi synonyme de simultanéité, qui ne correspond en rien à la question missionnaire aujourd'hui). Quant à celui de Reconquête, il se comprend et passe très bien dans le contexte qui est celui de l'art CONTEMPORAIN.

  • Il y a un quiproquo entre vous et moi. Je ne cherche évidemment aucune petite bête avec vous.

    Je rappelle que ce mot avait une acception immédiatement compréhensible, j’en cite un vieil exemple manifeste. Ensuite le mot dérive vers d’autres choses.

    C’est tout.

    En réalité nous sommes d’accord.

Écrire un commentaire

Optionnel