Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L’accord fonctionne…

Lu chez Sandro Magister :

Alors que par le passé, d’abord en 1998 et ensuite en 2005, les évêques chinois invités respectivement par Jean-Paul II et par Benoît XVI aux synodes de ces dernières années n’ont jamais obtenu l’autorisation de se rendre à Rome, c’est aujourd’hui le contraire qui se passe. Ce sont les autorités de Pékin qui désignent les évêques à envoyer au synode et Rome n’a pas soulevé la moindre objection.  C’est le haut fonctionnaire chinois Wang Zuo’an, directeur de l’administration d’état pour les affaires religieuses, qui a rendu leur désignation publique.

Les deux élus sont Jean-Baptiste Yang Xiaoting, évêque de Yan’an-Yulin et Joseph Guo Jincai, évêque de Gengde. Tous deux sont depuis longtemps des exécuteurs dociles de la volonté des autorités chinoises et le second – qui fait partie des sept qui ont été absous de leur excommunication – est également le secrétaire général de la pseudo-conférence épiscopale des évêques chinois dont continuent à ne pouvoir faire partie les évêques soi-disant « clandestins », c’est-à-dire en communion avec Rome mais non reconnus par le régime.

Commentaires

  • Mon Dieu. Quel scandale. Cet accord est un pacte avec le diable. Et je mesure mes mots. Jamais un tel accord ne pourra fonctionner. Sur le long terme j'entends. Notre Sainte Mère l'Église catholique et apostolique ne peut accepter un tel dictat humain. Ce serait trahir des frères dans la Foi. Trahir leurs sacrifices, leurs espoirs et leurs prières. Ce n'est point possible. Par expérience personnelle, issu d'une église des catacombes, je dirais que seul sacrifice des martyrs a de la valeur. Des prêtres, membres de ma famille. Persécutés, outragés, tués ... n'ont jamais signé le "concordat" proposé par les communistes albanais. C'est une longue histoire méconnue. Mais leur fidélité à notre Sainte Mère Église Catholique et Apostolique a été sans faille. Une fidélité chèrement payée. Et c'est grâce à leur fidélité que notre Sainte Mère l'Église Catholique et Apostolique a pu négocier un autre concordat avec l'État albanais. Bien plus avantageux que d'autres pays européens.

  • Si Bergoglio a choisi le nom inusité de François, c'est pour que l'expression proverbiale "faire le coup du père François" devienne le coup du pape François.
    C'est pour la même raison qu'il veut réhabiliter Judas. En attendant, on ne connaît toujours pas les termes de l'accord. Un article récent et pas très optimiste ici :
    http://eglasie.mepasie.org/asie-du-nord-est/chine/2018-09-27-laccord-chine-vatican-du-22-septembre-2018-un-ballon-dessai-au-gre-du-vent

Écrire un commentaire

Optionnel