Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un évêque se rebiffe

L’évêque auxiliaire de Bois-le-Duc, Mgr Robert Mutsaerts, désigné par la conférence des évêques des Pays-Bas pour participer au synode sur la jeunesse, a décidé qu’il n’irait pas, et l’a écrit au pape :

« Vu tous les développements récents et le manque actuel de transparence, ce synode ne sera guère crédible. »

Quant à l’instrumentum laboris :

« Cela ressemble davantage au rapport d’une enquête sociologique que d’un énoncé de ce que l’Eglise représente. (…) il ne nous est pas demandé d’amener l’Eglise au monde mais d’amener le monde à l’Eglise. C’est pour le moins un angle différent. »

Lire l'interview de Mgr Mutsaerts par Jeanne Smits.

Commentaires

  • Dans leur instrument de travail, le Christ est mentionné 23 fois, la Très sainte Vierge 3 fois et la morale 5 fois. Encore s'agit-il de la morale familiale et sexuelle en quatre occurrences, une seule fois de celle de l'Eglise. L'homosexualité est abordée à 6 reprises, tandis que les migrants et les migrations apparaissent 15 fois, toujours dans la même tonalité irénique et lénifiante. On nous balance un tas d'abréviations et d'acronymes, comme dans les instructions officielles de l'Education nationale. On en sera bientôt aux TICE et aux EDJ, avec des néologismes débiles du niveau d'"apprenant" pour élève.
    Parler de la jeunesse, c'est déjà une connerie réductrice et même réductionniste. Va-t-on faire un synode du troisième ou du quatrième âge ? Il y a des jeunes, et ceux qui ont le plus de valeur, dans tous les sens du terme, sont rarement ceux qui la ramènent le plus.
    On remarquera que sur l'affiche de propagande pour son prétendu synode, le "pape" pose en compagnie de deux prêtres qui se regardent en chiens de faïence et de six "jeunes" : trois métèques, trois Européens, dont l'un m'a tout l'air d'être de la jaquette :
    http://www.synod2018.va/content/synod2018/fr.html
    Enfin on ne se lasse pas de lire et relire l'article 197, qui a lui seul suffirait à faire descendre le feu du Ciel sur la Terre, si Notre Seigneur n'avait pas décidé de mettre la patience de ceux qu'Il aime à l'épreuve :
    "197. Par exemple, dans le SI, certains experts ont fait remarquer que le phénomène migratoire peut devenir une chance pour un dialogue interculturel et pour le renouvellement de communautés chrétiennes tentées par le repli sur soi. Des jeunes LGBT, par l’intermédiaire de diverses contributions parvenues à la Secrétairerie Générale du Synode, désirent « bénéficier d’une plus grande proximité » et expérimenter une plus grande attention de la part de l’Église, tandis que certaines CE s’interrogent sur ce qui peut être proposé « aux jeunes qui au lieu de former des couples hétérosexuels décident de constituer des couples homosexuels et, surtout, désirent être proches de l’Église »."
    Pour (mal) pasticher Voltaire, tout cela forme une harmonie telle qu'il n'y en eut jamais en enfer.

  • "dont l'un m'a tout l'air d'être de la jaquette"
    Celui de droite, ben sûr : la jaquette triomphante. Celui du centre est plus indécis, un peu intimidé entre les deux gonzesses (laquelle choisir ?) : flottant. Le plus à l'aise est encore le Malabar (plutôt chétif) à gauche.

  • Peut-être que les jeunes "LGBT" pourraient fonder une secte avec les cardinaux, évêques et prêtres de leur mouvance?
    L'église de Sodome et Gomorrhe des derniers temps. Là ils pourraient se sentir proches de "leur église", pardon, leur secte.
    C'est curieux de constater que tous les démolisseurs de l'Eglise ne veulent pas la quitter en allant fonder un truc à leur goût. La raison, parce qu'ils obéissent à Satan qui trouve plus efficace la démolition de l'intérieur.

  • Exactement. C'est la seule explication. Même la déraison a sa raison ultime. Si ce n'est pas l'être, c'est le non-être.

  • Dans un message précédent à ce sujet, j'avais écrit que l'Eglise aux Pays-Bas avait rapidement trouvé un lèche-babouches pour remplacer un 1er évêque qui se désistait.

    Je me trompais : je le confesse donc devant notre Seigneur et je prie Mgr Mutsaerts de bien vouloir recevoir mes excuses.

Écrire un commentaire

Optionnel