Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Matthieu

evangeliaire Lindisfarne vers 715.jpg

Illustration du célèbre évangéliaire de Lindisfarne, vers 715. Saint Matthieu écrit son évangile. Au-dessus de lui, comme au-dessus des autres évangélistes, il y a son symbole ailé : « imago hominis » image d’homme qui sonne de la trompette. On remarque aussi que l’artiste a copié une inscription grecque : O Agios… saint… puis Mattheus en latin…

C’est le seul portrait d’évangéliste où l’on voit un autre personnage : celui qui est derrière le rideau, qui paraît épier, et qui porte une auréole.

Personne ne sait aujourd’hui qui est ce personnage, bien que de nombreuses hypothèses aient été formulées. Il convient de prendre en compte qu’il tient un livre à la main, et que c’est le seul portrait avec un tel personnage : celui de Matthieu, le premier évangéliste. C’est le début des évangiles, et Matthieu souligne comment le Christ était annoncé par l’Ancien Testament, et il commence par la généalogie du « fils de David, fils d’Abraham ». Le livre à la couverture vert pâle, de la même couleur que le manteau dans lequel s’enveloppe l’évangéliste, est forcément l’Ancien Testament, dont saint Matthieu s’est revêtu pour révéler le message du Messie. Le personnage pourrait donc être Moïse, auteur du Pentateuque. Ou symboliser les divers auteurs (Moïse, David, les prophètes). On a suggéré que ce puisse être le Christ, qui signale lui-même à Matthieu ce qui le concerne dans l’Ancien Testament. Mais la tête du personnage ne me paraît pas correspondre à d’autres représentations du Christ.

Et voici la première page de l’évangile : « Liber generationis Iesu Christi filii David, filii Abraham. » (On voit des mots dans la marge : c’est la traduction en vieil anglais, ajoutée au Xe siècle entre les lignes de l’évangile.)

LindisfarneFol27rIncipitMatt.jpg

Commentaires

  • Saint Pierre ? Les cheveux bouclés denses, depuis les fresques des catacombes, c'est bien la marque du Prince des apôtres non?

  • Parmi les évangélistes c'est pourtant Saint Marc qui est le fils spirituel de Saint Pierre pas Saint Mathieu

  • Merci cher Yves pour ces recensions.
    Je conteste qu'on puisse parler "d'artiste", comme dans cette proposition : "On remarque aussi que l’artiste a copié..."
    La notion d'art et d'artiste sont beaucoup plus récentes et, en ce temps, elles eussent paru vaines.

Écrire un commentaire

Optionnel