Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Une réaction (émérite)

55ce6c76aacc5.image.jpg

Non, pas celle de Benoît XVI : Mgr Gänswein a dit que le pape émérite ne commenterait pas le document Viganò (ce qui veut dire aussi - ou d'abord ? - qu'il ne le démentira pas). Celle de l’évêque émérite de Tulsa (Oklahoma), Edward J. Slattery :

C'est durant le "long carême de 2002" que l'Église en Amérique a été forcée de reconnaître le fait que des abus sexuels ont été commis au sein du clergé de l'Église, et la tentative systématique depuis des décennies de cacher cet abus.

Le nombre stupéfiant d’enfants et de jeunes adultes qui en ont été victimes et les détails des abus de confiance de la part d’hommes pour lesquels ils avaient un respect religieux et une affection spirituelle ont convaincu les évêques du pays de mettre en place de nouvelles politiques plus rigoureuses pour protéger ceux qui sont sous notre responsabilité. Avec un faux sentiment de sécurité, nous, évêques, avons assuré aux fidèles que les leçons douloureuses que nous avons apprises concernant les activités sexuelles prédatrices ne seraient pas oubliées.

Mais en plaçant notre confiance dans les politiques et les protocoles, les évêques des États-Unis ont encore une fois déçu notre peuple. Tout d'abord, nous avons échoué parce que nos plans étaient trop étroits pour inclure l’éventualité que les évêques eux-mêmes puissent en être les auteurs. Et deuxièmement, nous avons échoué précisément parce que nous avons mis notre confiance dans les politiques plutôt que d'appeler les fidèles - laïcs, clergé et hiérarchie - à une relation plus profonde avec le Christ. C'est seulement une conversion profonde à Jésus qui offre aux hommes et aux femmes brisés la possibilité de vivre une vie chaste dans une communauté bienfaisante où règnent respect et dignité pour tous.

À la fin de l'été, le deuxième échec de nos évêques américains est devenu cause de la honte des fidèles. Les allégations de corruption la plus vile serpente autour de la réputation des principaux évêques et cardinaux américains, et avec les allégations de l’archevêque Viganò le week-end dernier, même la réputation du pape François a été entachée. S'il y a de la corruption autour de la chaire de Pierre, alors, au lieu d'être la source visible et le fondement de son unité (comme le voulait le Christ), la fonction du successeur de Pierre devient source de méfiance, de division et de scandale.

Le moment est venu pour Sa Sainteté, le pape François, d’ouvrir une enquête immédiate, complète et exhaustive sur les allégations concernant ses bureaux et ses relations avec les plus hauts responsables de la hiérarchie américaine. Je souhaite remercier l’évêque David Konderla, du diocèse de Tulsa, du courage dont il a fait preuve en étant l’un des premiers évêques à demander une telle enquête. Je tiens à joindre publiquement mon nom à lui et à ces autres évêques en demandant cette initiative afin que, par cette enquête, l'Église puisse identifier sans crainte la corruption à l'intérieur et, par la prière et la pénitence, la déraciner. Il n'y a pas d'autre moyen.

+ Edward J. Slattery
29 août 2018
La passion de saint Jean-Baptiste

Commentaires

  • Le Pape émérite Benoît XVI ne souhaite pas commenter la lettre de Mgr Vigano parce qu'il n'ignore pas les éléments suivants sur ce prélat controversé, sulfureux et intrigant :

    1) 4 mois après l'élection du pape François, Mgr Carlo Maria Vigano, alors nonce apostolique aux États-Unis, participe à un colloque sur la bioéthique. Lors d'une pause, il croise un cardinal romain, proche du Pape :. « J'aimerais devenir cardinal, on me l'a promis, pouvez-vous en parler au pape ? » lance Mgr Vigano. L'anecdote en dit long sur la soif de pouvoir de celui qui exige aujourd'hui la démission du pape...

    2) Mgr Vigano a fait embaucher son neveu à la Secrétairie d'État. Ses collaborateurs se souviennent encore de ses coups de gueule dans les couloirs, des menaces aussi qu'il proférait si l'on touchait à son neveu...

    3) Mgr Vigano a tenté de prendre le contrôle des services de sécurité du Vatican...

    3) Mgr Vigano est fasciné par l'argent. C'est son frère Lorenzo qui lève le voile sur cet attrait : « Carlo Maria est un loup déguisé en agneau », explique-t-il au quotidien italien Il Giornale en 2013, racontant avoir été spolié lors d'un héritage familial. Un million d'euros ont mystérieusement disparu. « Si je deviens cardinal, cela pourrait être mal vu que l'on sache que j'ai autant d'argent », lui a expliqué Mgr Vigano, voulant encaisser l'argent au nom d'une société opaque...

    4) quand Mgr Vigano était en poste à Washington, il a encouragé un prélat à détruire des documents compromettants sur son supérieur, l'archevêque de Saint-Paul et Minneapolis, qui aurait fermé les yeux sur des scandales d'abus sexuels...

    Mgr Vigano ou l'arroseur arrosé....

  • Un loup ? Mais non, c'est un chien dont on dit qu'il a la rage.

  • @Petrus
    Bon.
    Et maintenant, vos sources ?

  • Selon le blog argentin Carminiente, cité par Benoit et moi, une "démission" forcée de Bergoglio créerait un précédent qui servirait les ennemis de l'Eglise : face, je gagne, pile, tu perds. Je vous renvoie à l'article.
    La seule solution, même si débile aux yeux de certains, serait de prouver l'invalidité de la renonciation de Benoit XVI (lui seul ou Dieu pourrait le faire) et donc de l'élection de son successeur inique.
    En ce sens, qu'il le veuille ou non, Vigano joue un rôle assez trouble.

  • La bonne solution ?
    Ce serait de faire la démonstration que le conclave de 2013 a été complètement vérolé par des cardinaux influents et comploteurs.
    Cette démonstration est quasi réalisée. Il reste surtout à faire constater par chacun que les pourris étaient bien pourris.

  • L'intérêt de l'article de Carminiente publié par Benoit et moi est de mettre en évidence le fait suivant : si ce dernier vrai monarque (électif) qu'est le Pape, représentant du Christ sur Terre, est contraint à la démission par un scandale, la dictature oligarchique et médiatique du mensonge aura tout pouvoir sur l'Eglise.
    La démonstration du caractère vérolé du conclave de 2013 est peut-être réalisée ; mais des conclaves vérolés et avant cela des Papes imposés par les empereurs byzantins et germaniques, il y en a eu quelques uns. En revanche, les renonciations sont bien rares et ne doivent pas être obtenues sous la contrainte, sous peine d'invalidité. C'est peut-être cela que Benoit XVI devrait commenter, s'il commentait quelque chose. Après tout, il y aura bientôt six ans qu'il a abandonné le Vatican aux loups pour cause d'épuisement et il ne se porte pas si mal...

  • Non pas "Carminiente" mais "caminante"

  • @Stravolus.
    Laissons le passé lointain où il est.

    De nos jours des règles ont été énoncées dans le but d'éviter que les conclaves soient vérolés.

    Si l'Eglise pouvait fermer les yeux sur ces magouilles (internes et/ou externes), ce serait plus simple de définir les conclaves de bêtes assemblées politiciennes.
    Et pour cela, déclarer la caducité des règles en vigueur.

  • Je ne sais pas ce que vous appelez "de nos jours", mais le conclave de 1958 eut une importance "colossale" (comme diraient nos amis allemands) pour les destinées de l'Eglise, et il me semble bien avoir lu quelque part que le cardinal conservateur Giuseppe Siri, élu le premier jour, dut renoncer sous la pression des libéraux.
    Et si vous croyez que les participants à un conclave subissent moins de pression de nos jours qu'il y a 60, 100 ou 250 ans, vous êtes dans l'erreur. Ce qui appartenait à Dieu n'a jamais été plus soumis à César, si tant est qu'on puisse rassembler sous le nom générique de César un gros sac en putréfaction de politicards corrompus esclaves d'une immonde oligarchie satanique.

  • Etes-vous Éric Sénanque, correspondant de RFI au Vatican, auteur du portrait de Mgr Vigano dans Le Point, pour nous en infliger le copié-collé en version résumée ? Dans ce cas je brûle d'en savoir plus. Si vous vous êtes contenté comme moi de lire l'article, ne prétendez pas que vos sources sont diverses et certaines, vous vous ridiculisez.

  • Etes-vous Éric Sénanque, correspondant de RFI au Vatican, auteur du portrait de Mgr Vigano dans Le Point, pour nous en infliger le copié-collé en version résumée ? Dans ce cas je brûle d'en savoir plus. Si vous vous êtes contenté comme moi de lire l'article, ne prétendez pas que vos sources sont diverses et certaines, vous vous ridiculisez.

  • @Petrus
    Donnez vos sources, on ne vous demande pas autre chose.

  • @Etienne1er : vous prenez vos fantasmes pour des réalités !

  • @Damien : merci d’avoir confirmé par votre post le sérieux et la vérité des informations concernant Mgr Vigano puisque des magazines et journaux nationaux comme Le Point ont montré selon vous que ce dernier est sulfureux

  • 1. Attendez avant de tranchez de si haut et affirmer que je rêve en couleurs : des enquêtes sont en cours et parions que d'autres suivront.

    2. Malgré ce que les "mainstreams" veulent prétendre sur Mgr Vigano, il n'est peut-être pas ce que vous et ces gens-là vous prétendez.

  • Je crains qu'on soit en train de s'égarer...

    Tout ce que, moi, je demande, c'est qu'on prouve que Mgr. Vigano MENT !!!

    Ce qu'il est, ce qu'il a dit, ce qu'il a fait, ne m'intéresse absolument pas, ce que je veux savoir, c'est si nous avons un Pape HONORABLE, SAINT, CRÉDIBLE, or tout ce qu'on apprend par Vigano ET PAR D'AUTRES, c'est que notre "pape" actuel est tout sauf normal, il est menteur, dissimulateur, faux, fourbe ( Bergoglio dixit !!! ), hérétique, manipulateur, la liste est longue, tout le contraire d'un saint...Il en découle que les Messes qu'il célèbre sont carrément sacrilèges et ce n'est pas rien, nom d'une pipe !!!!!!!!

    Je veux savoir ( entre autres...) si oui ou non il a non seulement remis McCarrick en selle après que ce dernier ait été sanctionné par Benoît XVI, mais aussi couvert et protégé de ce fait même alors qu'il est avéré que c'est un prédateur sexuel de premier ordre.

    Petrus est un malade qui ne recherche pas la vérité, tout ce qu'il dit m'indiffère ce que je veux savoir, encore une fois, c'est si oui ou non Vigano dit la vérité, et seule une enquête sérieuse pourra l'établir, tout le reste n'est que fumée de satan et noyade de poisson et les commentateurs ici ne devraient pas perdre leur temps à polémiquer avec un type comme Petrus.

    ON VEUT UNE ENQUÊTE, PUNTO E BASTA.

  • Si Bergoglio renonce demain, vous aurez deux renonciations successives, sans que soit mis en cause le bien-fondé de l'élection de l'imposteur. Celui-ci a créé quelque 70 cardinaux, depuis qu'il occupe indûment le siège de saint Pierre. Que pouvons-nous espérer, d'une Eglise avec deux papes "émérites", à la tête de laquelle se trouverait un "pape" dans les idées de Bergoglio ? Elle ressemblerait à la République française depuis le vendu Sarkozy, le pourri Hollande et l'inqualifiable homosexualiste Macron. Il n'y a rien à espérer de ce côté-là.
    En résumé, je suis convaincu que Mgr Vigano est un honnête homme, qui offre sans le vouloir une porte de sortie à l'innommable Argentin. Pour l'accomplissement du projet mondialiste (la destruction de la Sainte Eglise catholique), celui-ci devrait renoncer le ministère pétrinien et compter sur l'élection d'un pourri dans son genre, qui marierait les tantes et validerait l'avortement. Il est hautement probable que c'est ce qui nous attendrait, si Notre Seigneur n'avait promis d'être avec son Eglise jusqu'à la fin des temps.

  • En sous-titres, sur France Info TV, "le pape a averti des risques d'une catastrophe humanitaire dans la province d'Idlib, ciblée par l'artillerie de Bachar el-Assad."
    Salope !

  • Cet improbable pape, il ne faut pas qu'il démissionne, il faut qu'il soit viré.
    Pour le virer, le mieux serait de faire la démonstration que sa désignation a été entachée d'irrégularités graves, que c'est donc un usurpateur.

  • Je m'aperçois que le terme injurieux que j'ai employé est tout à fait excessif, ne serait-ce qu'eu égard à la fonction.

  • Benoît XVI a fait une faute en latin, lors de sa renonciation, ce qui la rend invalide.
    Pour Bachar, c'est étrange que c'est toujours à la fin, quand il va gagner qu'il utilise du gaz contre des populations. Je suppose qu'on verra le même hôpital palestinien pour justifier d'une intervention. Par contre nos "alliés" sahoudien contre les yéménites sont cleans dans leur guerre...

  • la ficelle est devenue bien grosse : on se souvient des "armes de destruction massive" utilisées par les Américains contre Saddam Hussein, armes de destruction massive qui se bornaient à une éprouvette dont on ignorera toujours le contenu brandie à l'ONU par le porte-parole américain
    en revanche, il semblerait que le pape Benoit XVI ignore que sa renonciation était invalide; olivier devrait aller le lui expliquer

Écrire un commentaire

Optionnel