Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un signe clair

Screenshot_2018-08-31 Church roof in central Rome collapses, damages chapel underneath.png

Lu sur le Forum catholique :

Ce 30 août 2018, le toit de l'église San Giuseppe dei Falegnami à Rome s'est effondré.

Deux éléments méritent d'être mentionnés:

1- Le Cardinal Coccopalmerio est cardinal-diacre de San Giuseppe dei Falegnami.

2- Cette église a été construite sur la prison où l'Apôtre Pierre fut détenu avant d'être crucifié

On lit dans le témoignage de Mgr Viganò :

En ce qui concerne la curie romaine, je vais m’arrêter ici pour le moment, même si les noms d’autres prélats du Vatican sont bien connus, y compris très proches du pape François, tels le cardinal Francesco Coccopalmerio et l’archevêque Vincenzo Paglia, qui appartiennent au courant homosexuel en faveur de la subversion de la doctrine catholique sur l’homosexualité.

Le cardinal Coccopalmerio, président du Conseil pontifical pour les textes législatifs (jusqu’à avril dernier) avait obtenu du pape pour son secrétaire un appartement, dans le palais du Saint-Office, où celui-ci se livrait à des orgies d’invertis drogués à la cocaïne tellement bruyantes que la gendarmerie vaticane dut intervenir.

Commentaires

  • Avant le conclave, il a dit : "Il est temps de regarder hors d'Italie et d'Europe, en particuliers vers l'Amérique latine." Il participa au conclave de 2013, et certains journalistes italiens estimaient même qu'il puisse être élu. Cela illustre parfaitement l’existence du lobby dont il fut question à la renonciation de Benoit XVI, et que l'issue du conclave qui la suivit était toute préparée.
    En tout cas ce cardinal semble bien plus préoccupé par ses manigances et ses activités douteuses que par l'entretien de son église.

  • Bonjour Ant.

    Dans ce cas-là, si on lit Universi dominici gregis, (au moins les points n° 79, 81 et 82), cela fait penser que le conclave de 2013 était pourri jusqu'au trognon.
    En effet, il réunissait un lot de participants influents mais excommuniés latae sentenciae. Et dans l'incapacité de recevoir l'absolution du pape : démissionnaire,

  • Il y a eu plusieurs signes depuis 2013 : la foudre a frappé Saint-Pierre le soir de la renonciation de Benoit XVI. Quelques jours plus tard, il y eut cette pluie de météorites dans l'Oural. En janvier 2014, deux colombes lâchées par Bergoglio ont été attaquées par une mouette et un corbeau. L'avant-veille de la canonisation de Jean-Paul II, l'affreuse croix de Brescia s'effondrait, tuant un malheureux jeune homme. J'en oublie, et je ne saurais dire si ce sont là les "grands signes" annoncés par le Christ dans l'Evangile... Il reste à déplorer que Coccopalmerio n'ait pas reçu le toit sur la tête en célébrant une messe spéciale LGBT dans son église, au moment de l'élévation, par exemple. Ç'aurait davantage fait sens.

  • Remarque : ce Coccopalmerio et ce McCarrick ont des figures inquiétantes, pour ne pas dire de sales gueules. Encore un effort et ils ressembleront à feu David Rockefeller et à vif (quoiqu'il ait l'air d'un blobfish crevé) George Soros.

  • Il me semble que c'est la police italienne qui est intervenue, ce qui est évidemment beaucoup plus gênant que la police vaticane...

Écrire un commentaire

Optionnel