Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Il s’appelle Eric Fournier

h_d_2560.jpg

L’ambassadeur de France à Budapest (photo du 14 juillet 2016) a envoyé le 18 juin dernier une note diplomatique au ministère des affaires étrangères et à la présidence de la République, où il fait l’éloge du gouvernement Orbán et fustige les médias français et anglo-saxons qui font de la désinformation sur ce pays.

La Hongrie est « un peu le Real Madrid du monde politique moderne », dit Eric Fournier, en référence au club de foot triple champion de la Ligue des champions. Halte à la « magyarophobie » de la presse ! La Hongrie est « un modèle ayant su anticiper les problèmes posés par les mouvements migratoires illégaux ».

Il dénonce « l'habitude intellectuelle » qu'ont « les médias anglo-saxons et français à qualifier de populiste tout régime élu démocratiquement mais ne correspondant pas à leur vision du monde ». Or « aucun autre gouvernement européen ne peut se prévaloir d'une triple victoire électorale consécutive avec deux tiers des suffrages ».

En agitant la menace de la procédure de l’article 7, la Commission européenne « cherche à faire payer à la Hongrie son discours critique », et aussi les récents amendements constitutionnels, dont celui qui stipule que toutes les institutions du pays doivent défendre la culture chrétienne : « Quoi de plus normal, a priori, de la part d’une nation qui continue depuis 1.018 ans de faire de saint Etienne l’un de ses pères fondateurs ? »

Quant aux accusations d’antisémitisme (par la campagne anti-Soros), c’est un « fantasme » de journalistes étrangers, et aussi un moyen de faire diversion quant au « véritable antisémitisme moderne » qui est « le fait des musulmans de France et d’Allemagne ».

La note, évidemment confidentielle, a été révélée hier par Mediapart. Le Quai d’Orsay en a confirmé l’existence, soulignant que ces propos « ne reflètent nullement la position des autorités françaises », mais relèvent au contraire d’« un commentaire non sollicité et malvenu de son auteur, auquel il a été fermement rappelé la nécessité d’une expression précise et mesurée, dans le strict champ de ses compétences ».

Emmanuel Macron a été interrogé à ce sujet lors de sa conférence de presse à l’issue du sommet européen. Il a répondu lui aussi que la note ne correspondait « en rien à la position officielle française », ce qu’on avait remarqué. Il a ajouté : « Si une preuve m’était apportée que de tels propos aient été tenus publiquement, alors cet ambassadeur serait révoqué. » Mais, soulignant qu’il s’agissait d’une note confidentielle exprimant une opinion personnelle, il a conclu : « Est-ce qu'il appartient à l'autorité de révoquer un ambassadeur parce qu'il dit ce qu'il pense ? Je ne le crois pas, ou alors nous créerions un délit d'opinion dans la fonction publique. »

 

Addendum

Macron vient de le virer, par un décret daté du 28 juin (la veille de sa réponse aux journalistes). Macron est donc un fieffé menteur. Ou plutôt : il a donc créé un délit d'opinion dans la fonction publique.

On voit aussi que Edwy Plenel poursuit avec constance son travail de corbeau, qu'il commença il y a 36 ans au Monde quand ce "journaliste d'investigation" était informé directement par le ministère de l'Intérieur.

Commentaires

  • Tout gouvernement digne de ce nom détermine sa politique vis-à-vis d'un pays suivant les informations et l'opinion de son ambassadeur. Sinon, à quoi sert un ambassadeur ? Il est les yeux et les oreilles de son gouvernement.

    Cela dit, ledit gouvernement doit être dépourvu d'a priori et doit choisir comme son représentant un homme avisé, qui n'est pas aveuglé par une idéologie.

    Éric Fournier semble bien être le type-même de l'ambassadeur qui fait honneur à son pays et à sa profession : il fait exactement ce qu'on attend de lui.

    Il est évident que Mediapart publie son article pour le torpiller et il est lamentable que Macron et son larbin Le Drian se croient obligés de le désavouer : c'est à vomir devant tant de lâcheté et d'absence de vision.

  • Bien vu : Mediapart, procureur, juge et bourreau.
    Nous en avons déjà vu de ce feuilleton en 2017...

  • Soyons raisonnable : cet ambassadeur n'est pas sanctionné...mais son collègue de Washington ne l'a pas été non plus alors qu'il avait diffusé un tweet assassin contre Trump en novembre 2016 ..

  • et bien si, il a été sanctionné
    autrement dit, notre Macron ne demande pas à ses ambassadeurs de faire leur métier, il leur demande de lui faire plaisir
    le plus important serait d'ailleurs de savoir d'où est venue la fuite qui a permis à un organe de presse d'avoir accés à un document a priori confidentiel, sinon, cela nous promet dans l'avenir proche des surprises qui pourront être désagréables

  • @ Théophrède. République des fuites. Scandale des PV d'enquêtes en cours parues dans cette presse partisan en dépit du secret de l'instruction. Règlement de compte (ou convoitise carriériste) interne aux institutions républicaines par voie de presse médiapartique interposée?

  • @Luc'
    mon pseudo est Théofrède; il n'est pas d'origine grecque; je l'ai déjà fait remarquer cent fois
    la fuite ne concerne pas le secret de l'instruction, mais une note envoyée par un ambassadeur de France à son gouvernement : il y a des centaines de juges d'instruction en France, il n'y a qu'un seul président de la république

  • Macron devrait plutôt demander une enquête pour savoir comment une "note confidentielle" diplomatique est arrivée chez les journalistes. Il y aurait matière à sanction. Mais il s'en gardera bien. Mais merci à ces connards de Médiapart, ils nous apprennent qu'il y a encore de bons ambassadeurs de la France.

  • Je ne donne pas cher de la carrière à venir de cet ambassadeur.

  • Ça n'a pas tardé...!
    https://francais.rt.com/france/52054-emmanuel-macron-remplace-ambassadeur-france-hongrie-orban

  • Orban devrait faire un scandale et récuser la nomination du remplaçant de M Fournier.
    Tout cela va mal finir.

  • @ Dauphin. Riche idée. Curieux de voir la réaction hongroise à ce mélo franco-français.

  • Ce n'est pas stalinien, c'est républicain et, tout simplement, fort logique. Les ambassadeurs sont comme les préfets, "à la discrétion du gouvernement" : ils doivent donc appliquer sans discuter la ligne gouvernementale, que cela leur plaise ou non.

  • @Pierre
    j'ai l'impression que vous n'avez pas trés bien saisi ce qui se passe : cet ambassadeur n'a fait que son métier en donnant son avis sur les relations franco-hongroises dans une note destinée au gouvernement, note qui normalement n'aurait pas du être connue de la presse
    ce qui est extrêmement inquiétant, c'est qu'il y a eu une fuite et que cette note est tombée entre les mains de gens à qui elle n'était pas destinée
    un gouvernement normal devrait avoir pour premier souci de rechercher l'origine de cette fuite
    qu'il ait destitué l'ambassadeur peut n'être que de la gesticulation à l'usage du public, mais depuis la victoire de Macron, on voit tellement de bavures que tout est à craindre

  • Merci Monsieur l'ambassadeur. Je lisais cette belle phrase :
    "Le bonheur vient de la liberté, la liberté résulte du courage."
    Très sincèrement, je vous admire. Comme tant d'autres !
    Vous n'êtes sans doute plus ambassadeur de Monsieur Macron. Vous l'êtes plus encore du peuple de France !

  • à qui profite la fuite ? Au Président. Elle lui permet de se débarrasser d'un ambassadeur récalcitrant.

    (reste à trouver un remplaçant ; belle promotion pour celui qui a eu la bonne idée d'apprendre le magyar, pas facile !)

  • rien ne dit que l'ambassadeur soit récalcitrant parce qu'il a fait son métier en rendant compte de ce que devraient être de bonnes relations franco-hongroises
    il y a déjà un certain temps que la vie politique française marche à coup de "fuites", à commencer au moins par l'affaire Fillon, qui a certes bénéficié à Macron, mais dont on peut difficilement penser qu'il soit responsable
    un gouvernement sérieux devrait commencer par boucher ces fuites

  • LA remplaçante est Pascale Andreani, une européiste patentée.

  • encore faut-il que le gouvernement hongrois donne son accord

Écrire un commentaire

Optionnel