Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'escroquerie

Alors que s’ouvre au Sénat la discussion sur le projet de loi asile-immigration, et que l’on célèbre demain la Journée mondiale des réfugiés, Amnesty International a projeté la nuit dernière sur la façade de l'Assemblée nationale des slogans à faire pleurer sur le sort des réfugiés : "Parce que nous ne choisissons pas le pays où l'on naît", "Parce que ça pourrait être nous un jour", "Comment avoir bonne conscience en laissant des êtres humains mourir en mer ?", "Parce qu'il y a de la place pour tous"…

Ce matin, un « collectif de bénévoles » d'aide aux migrants (c’est-à-dire le parti communiste, mais oui il existe encore !) a entassé 348 gilets de sauvetage devant le Sénat (chacun avec le nom d’un sénateur, car ça peut arriver à tout le monde), manifestant avec une banderole : « L’Etat noie le droit d’asile ».

Et l’on a appris hier que la moitié des « réfugiés » de l’Aquarius voulaient venir en France.

L’escroquerie politico-médiatique est énorme. Car il n’y a pas de « réfugiés ». Il y a des Africains qui viennent chercher fortune en Europe, et qui ne sont en aucune manière éligibles au droit d’asile. On en a une illustration spectaculaire avec le désormais célèbre Mamoudou Gassama, qui vient de faire une visite triomphale au Mali. Mamoudou Gassama avait quitté le Mali pour l’Europe, en passant par la Libye, par un bateau pour l’Italie, par un camp de migrants en Italie, avant d’arriver en France où il a vécu une vie pénarde de clandestin jusqu’à ce qu’il devienne un héros en sauvant un enfant en péril. Mamoudou Gassama est le type même des migrants actuels. Il n’a rien d’un réfugié, c’est-à-dire de quelqu’un dont la vie est menacée dans son pays, puisqu’il est acclamé à Bamako…

Commentaires

  • L'esclavage a été rétabli adapté à l'époque, toujours pour avoir de la main d'oeuvre bon marché, et le système de sidération se dépense sans compter pour culpabiliser les opposants et faire passer ça pour une oeuvre hautement morale. On n'hésite pas à montrer un enfant mort mis en scène ou un immigré sauveur dans une mise en scène kabbaliste à la Marvel. Par contre, montrer les victimes de l'immigration, ça c'est immoral.
    En avançant dans le temps, le culot des malfaisants s'affranchit de toute limite, sûr de sa prochaine victoire.
    C'est à ça qu'on reconnaît les escrocs, ils finissent toujours par en faire trop.

  • "C'est à ça qu'on reconnaît les escrocs, ils finissent toujours par en faire trop."
    Et après, on les vire à coups de pompe dans le train ? Ce qui était vrai à l'époque de Philippe le Bel et d'Isabelle la Catholique est devenu impossible. La seule option, c'est que les migrants eux-mêmes virent les escrocs à coups de pompe dans le train, quand ils auront pris le pouvoir chez nous et se seront convertis à la foi catholique. Si l'Histoire pouvait bégayer, c'est ce à quoi nous aurions droit, car nous avons fait bien pire que les Romains. Mais l'Histoire ne bégaye pas, et notre sort sera bien pire que celui des Romains.

  • j'aimerais bien comprendre ce que les Romains viennent faire dans le "commentaire" de Stavrolus

Écrire un commentaire

Optionnel