Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Barnabé

Barnabé signifie "homme de l'exhortation" (Ac 4, 36) ou "homme du réconfort"; il s'agit du surnom d'un juif lévite originaire de Chypre. S'étant établi à Jérusalem, il fut l'un des premiers qui embrassèrent le christianisme, après la résurrection du Seigneur. Il vendit avec une grande générosité l'un des champs qui lui appartenaient, remettant le profit aux Apôtres pour les besoins de l'Eglise (cf. Ac 4, 37). Ce fut lui qui se porta garant de la conversion de saint Paul auprès de la communauté chrétienne de Jérusalem, qui se méfiait encore de son ancien persécuteur (cf. Ac 9, 27). Envoyé à Antioche de Syrie, il alla rechercher Paul à Tarse, où celui-ci s'était retiré, et il passa une année entière avec lui, se consacrant à l'évangélisation de cette ville importante, dans l'Eglise de laquelle Barnabé était connu comme prophète et docteur (cf. Ac 13, 1). Ainsi Barnabé, au moment des premières conversions des païens, a compris qu'il s'agissait de l'heure de Saul, qui s'était retiré à Tarse, sa ville. C'est là qu'il est allé le chercher. Ainsi, en ce moment important, il a comme restitué Paul à l'Eglise; il lui a donné encore une fois, en ce sens, l'Apôtre des nations. Barnabé fut envoyé en mission avec Paul par l'Eglise d'Antioche, accomplissant ce qu'on appelle le premier voyage missionnaire de l'Apôtre. En réalité, il s'agit d'un voyage missionnaire de Barnabé, qui était le véritable responsable, et auquel Paul se joignit comme collaborateur, touchant les régions de Chypre et de l'Anatolie du centre et du sud, dans l'actuelle Turquie, et se rendant dans les villes d'Attalia, Pergé, Antioche de Pisidie, Iconium, Lystre et Derbe (cf. Ac 13, 14). Il se rendit ensuite avec Paul au Concile de Jérusalem, où, après un examen approfondi de la question, les Apôtres et les Anciens décidèrent de séparer la pratique de la circoncision de l'identité chrétienne (cf. Ac 15, 1-35). Ce n'est qu'ainsi, à la fin, qu'ils ont rendu officiellement possible l'Eglise des païens, une Eglise sans circoncision:  nous sommes les fils d'Abraham simplement par notre foi dans le Christ.

Les deux, Paul et Barnabé, eurent ensuite un litige, au début du deuxième voyage missionnaire, car Barnabé était de l'idée de prendre Jean-Marc comme compagnon, alors que Paul ne voulait pas, ce jeune homme les ayant quittés au cours du précédent voyage (cf. Ac 13, 13; 15, 36-40). Entre les saints, il existe donc aussi des contrastes, des discordes, des controverses. Et cela m'apparaît très réconfortant, car nous voyons que les saints ne sont pas "tombés du ciel". Ce sont des hommes comme nous, également avec des problèmes compliqués. La sainteté ne consiste pas à ne jamais s'être trompé, à n'avoir jamais péché. La sainteté croît dans la capacité de conversion, de repentir, de disponibilité à recommencer, et surtout dans la capacité de réconciliation et de pardon. Ainsi Paul, qui avait été plutôt sec et amer à l'égard de Marc, se retrouve ensuite avec lui. Dans les dernières Lettres de saint Paul, à Philémon et dans la deuxième à Timothée, c'est précisément Marc qui apparaît comme "mon collaborateur". Ce n'est donc pas le fait de ne jamais se tromper, mais la capacité de réconciliation et de pardon qui nous rend saint. Et nous pouvons tous apprendre ce chemin de sainteté. Quoi qu'il en soit, Barnabé, avec Jean-Marc, repartit vers Chypre (cf. Ac 15, 39) autour de l'année 49. On perd ses traces à partir de ce moment-là. Tertullien lui attribue la Lettres aux Hébreux, ce qui ne manque pas de vraisemblance car, appartenant à la tribu de Lévi, Barnabé pouvait éprouver de l'intérêt pour le thème du sacerdoce. Et la Lettre aux Hébreux interprète de manière extraordinaire le sacerdoce de Jésus.

Benoît XVI

Commentaires

  • " il fut l'un des premiers qui embrassèrent le christianisme..."

    Chez nous, on assiste à l'inverse. La droite bien pensante qui a voté Fillon devrait se demander si leur leader n'a pas embrassé l'Islam !

    Dans la salle Jean-Michel Bazire, en présence de l’imam Rachid Boumzi, vendredi soir, l’ancien Premier ministre François Fillon a pris part au repas servi vers 22 heures, qui vient rompre le jeûne observé depuis le lever du soleil par une partie de la communauté musulmane...
    http://www.lemainelibre.fr/actualite/sable-ramadan-francois-fillon-invite-au-repas-de-rupture-du-jeune-09-06-2018-221606

  • en quoi participer à un repas en présence d'un imam est-il une conversion à l'Islam
    la conversion à,l'Islam consiste à réciter la profession de foi musulmane en présence de témoins musulmans; Fillon l'aurait-il fait ?

  • Theofrède, il n' y a effectivement rien d'anormal de se sentir complice d'une religion qui comme le judaïsme préconise la lapidation des femmes et la mort des chrétiens. D'autant plus que dans les années à venir, comme cela est déjà le cas dans des quartiers européens, la charia sera la règle....

    Ce n'est pas parce que quelqu'un dîne officiellement avec des membres du Ku Klux Klan ou des neo-nazis qu'il exprime une certaine empathie envers eux.

  • @Agnes
    j'ignorai que le judaïsme préconisait la lapidation des femmes et la mort des chrétiens; je ne vois d'ailleurs pas ce que cela vient faire dans le fait que François Fillon ait diné avec des musulmans
    je ne vois pas non plus ce que le Ku Klux Klan et les neo-nazis viennent y faire
    une wquestion quand même : si les Juifs préconisent la lapidation des femmes,comment font-ils pour se reproduire ?

  • Sans doute devriez-vous relire votre Nouveau Testament. Particulièrement Jean 8,1-11 ! Vous verriez que la lapidation de la femme adultère était classique. D'ailleurs la femme dans le judaïsme n'est pas égale à l'homme. "Loué sois-Tu, Éternel..., qui ne m’as pas fait femme" récitent les juifs orthodoxes le matin :
    https://www.adathshalom.org/RK/Benediction_qui_ne_m_as_pas_fait_femme.pdf

    Sur les chrétiens, relisez le Zohar !
    Zohar (I, 28b) : Les chrétiens sont les enfants du serpent de la Genèse.
    Zohar (1, 160a) : Les Juifs doivent en permanence tenter de tromper les chrétiens.
    Zohar (I, 25a) : Les chrétiens doivent être exterminés, car ce sont des idolâtres.
    Zohar (II, 19a) : La captivité des Juifs prendra fin lorsque les princes chrétiens seront morts.
    Zohar (I, 219b) : Les princes chrétiens sont des idolâtres, ils doivent mourir.

    Et sur Jésus :
    Zohar III, (282) : Jésus, mort comme une bête et enterré dans un tas de fiente (d'où le Pisschrist et la pièce de théatre où de jeunes enfants chrétiens lancent des excréments sur le visage du Christ).

  • Arrêtez de recopier bêtement les fausses citations qui traînent sur internet. Merci.

  • @agnés
    vous avez parlé de la femme en général, pas de la femme adultère
    d'autre part, je ne vois toujours pas ce que les Juifs viennent faire dans un repas de "rupture de jeune"
    quant au Zohar,je vous le laisse,il ne fait pas partie de mes lectures habituelles

  • Je conseille à Yves Daoudal et à Theofrede de lire le livre de Justin Bonaventure Pranaitis (1861-1917), prêtre catholique lituanien, professeur d’hébreu à l’Université ecclésiastique impériale de Saint-Pétersbourg. Le titre : « Le Talmud démasqué », publié en latin en 1892 avec l’imprimatur de Mgr Kozlowski (l’archevêque métropolite de Moguilev), sous le titre : Christianus in Talmude Iudaeorum, — sive Ribbinicae doctrinae de christianis secreta (« Le chrétien dans le Talmud des Juifs – ou les doctrines rabbiniques secrètes au sujet du chrétien »).

    L’ouvrage, qui se présente comme une enquête approfondie sur les enseignements juifs antichrétiens, cherche à révéler ce que le Talmud contient comme passages blasphématoires, haineux et violents à l’encontre de la religion chrétienne, offrant en regard de chacune des citations latines, la version hébraïque accompagnée des références contextuelles précises, afin, comme le précise Pranaitis, « d’écarter l’accusation d’avoir utilisé une version falsifiée du Talmud ou de ne pas l’avoir traduit et interprété correctement, comme cela est généralement le cas lorsque l’on entreprend de révéler les secrets des enseignements juifs.

  • Là vous vous enfoncez... Renseignez-vous un peu, et maintenant arrêtez vos fantasmes, ou je les arrêterai pour vous.

  • Je conseille surtout à Agnès d'aller lire le volumineux "Jésus dans le Talmud" de Thierry Murcia, publié il y a 2 ans.

Écrire un commentaire

Optionnel