Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chronique des cinglé·e·s

Le Haut conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes a remis hier au président de l’Assemblée nationale François de Rugy son avis "Pour une Constitution garante de l’égalité entre les femmes et les hommes".

Il en ressort qu’il n’y a pas eu de progrès depuis le stupide évêque qui en 585 au synode de Mâcon avait demandé si le mot latin « homo » englobait aussi les femmes. Plutôt, la situation a gravement empiré. Car ce n’est plus un évêque isolé qui étale son ignorance, c’est toute une bande d’experts laïques qui affirment que le mot « homme » ne désigne pas la race humaine, contrairement à toutes les définitions qui en ont été données depuis… le synode de Mâcon (et bien avant).

C’est pourquoi le « Haut Conseil » demande qu’on bannisse l’expression « droits de l’homme », qui « désigne étymologiquement, historiquement et juridiquement la moitié du peuple seulement » (sic, comme le crétin de Mâcon !) et qu’on la remplace par « droits humains ».

En fait il est inutile d’aller chercher une raison grotesque de préférer « droits humains ». C’est l’expression qui a cours dans d’autres langues, particulièrement l’anglais qui est la langue internationale la plus utilisée. On fera seulement remarquer à nos cinglé·e·s (si tant est qu’il y ait des hommes dans ce Haut Conseil), que ce sont les idéologues des droits de l’homme (donc ceux qui sont aussi à l’origine des revendications des cinglé·e·s), qui jusqu’ici tenaient dur comme fer à l’expression « droits de l’homme », contre ceux qui – par exemple Jean-Paul II – donnaient une définition des « droits humains » qui ne correspond pas du tout aux « droits » idéologiques. Notamment sur le droit à la vie…

Or, précisément, le Haut Conseil demande que « le droit à la contraception et à l’avortement » soit « consacré » (sic) dans la Constitution. On ne savait pas que ce droit devait être égal pour les hommes et les femmes. Mais c’est parce que des hommes disent être des femmes et vice versa, sans doute.

Parmi les délires du Haut Conseil on notera aussi qu’il doit être inscrit dans la Constitution que « l’écart entre le nombre de femmes et d’hommes nommé.e.s ne doit pas être supérieur à un ». En bref il doit y avoir autant d’ambassadeurs femmes que d’ambassadeurs hommes (et les transgenres, alors ?), et autant de préfets femmes que de préfets hommes (et les intersexes et asexués +, alors ?). – On constate au passage que le Haut Conseil ne sait même pas écrire les points médians qu’il prétend imposer à tous.

On notera aussi, entre autres tristes farces, que le Haut Conseil veut supprimer le mot « fraternité », « qui exclut les femmes de la vie politique » (mais oui, c’est toujours l’évêque imbécile de 585 qui les inspire), et le remplacer par « adelphité ». Sic. Au moins ça donnera du boulot aux peintres et aux graveurs qui devront inscrire partout « Liberté, égalité, adelphité »…

« Ou la mort » ?

Et la mort. De la civilisation.

*

Addendum - Une autre expression utilisée par le magistère est "droits de la personne humaine", et c'est la plus précise. Mais sans doute doit-on la bannir aussi, puisque le mot "personne" est féminin et donc exclut la moitié de la population...

Commentaires

  • Hier le synode de Mâcon..... aujourd'hui le synode de Macron

  • Très sincèrement, je me fous de ces nouveaux iconoclastes que je conch.. (on peut dire "fachchistes", chef pour utiliser une fois leur vocabulaire approximatif et sans histoire ?).
    Personnellement, je continuerai de m'effacer devant une dame pour franchir une porte, de passer devant elle pour descendre un escalier,, de rester derrière pour le gravir, Et je continuerai d'apprendre ces comportements à mes enfants.
    Au fait, je suis un homme. Horresco referens !

  • Adelphité? J'aurais préféré adelphitude pour rendre hommage/femmage (soyons inclusif.e.s) à madame Ségolène Royal d'heureuse mémoire et qui nous manque tellement

  • Le plus stupide dans tout cela ce sont les rémunérations allouées à des guignols de cet acabit .

  • Mais c'est très bien tout ça, ça prouve bien que ces braves gens, affiliés ou non à certaines sociétés secrètes initiatiques, sont sur la voie de l'autodestruction.

  • Liberté.e, Égalité.e, Adelphité.e
    Ou
    Libertude, Egalitude, Adelphitude

    Quant à Madame Royale, pour souvenir, on l'avait expédié au pôle pour s'occuper des manchots. Tout est dit ,

  • Libertude, Egalitude, Adelphitude et Laicitude
    Puisqu'il y avait le projet d'ajouter cette belle valeur a notre devise

  • Comme dans le film " Le prénom " , je suggère la variante " adolphité " . Ensuite , on met en musique : https://www.youtube.com/watch?v=fc-DgRO1SrQ

  • Que pensez-vous de "AdolfHitlé.e" ? Crétinitude !
    En 1453, les "impo(r)tants" de Constantinople débattaient du sexe des anges ,tandis que les turcs franchissaient les remparts ...
    Mais nous en 2018 ... ???

  • Que pensez-vous de "AdolfHitlé.e" ? Crétinitude !
    En 1453, les "impo(r)tants" de Constantinople débattaient du sexe des anges ,tandis que les turcs franchissaient les remparts ...
    Mais nous en 2018 ... ???

  • @abenaton
    "En 1453, les "impo(r)tants" de Constantinople débattaient du sexe des anges ,tandis que les turcs franchissaient les remparts ..."
    C'est un bobard pseudo-historique. Comme "l'âme de la femme", "la terre plate", "la ceinture de chasteté", "le droit de cuissage", "Galilée brûlé vif" etc, etc, etc

  • Que pensez-vous de "AdolfHitlé.e" ? Crétinitude !
    En 1453, les "impo(r)tants" de Constantinople débattaient du sexe des anges ,tandis que les turcs franchissaient les remparts ...
    Mais nous en 2018 ... ???

  • Les Turcs et autres adeptes du (faux) prophète n'ont plus à franchir les remparts d'une citadelle devenue une passoire.

    « adelphité », ça ressemble bien à « adolphité », mais les précieux.ses ridicules de notre temps ne s'en sont même pas rendu compte.

  • L'on peut débattre "d'adelphité" comme l'on peut débattre du sexe des anges. Mais, l'essence du problème c'est la "création de 'homme nouveau". Pas celui dont parle St. Paul. Il s'agit de la "création de 'homme nouveau" que le régime communiste voulait accomplir. Un homme sans foi ni loi. Un homme sans Dieu. Un homme ennemi de Dieu. Un homme orgueilleux, renfermé en lui-même au point de renier sa propre nature. Et de là sa propre vocation. Un homme bête adorant les bêtes jusqu'à en imiter les plus bas instincts.

Écrire un commentaire

Optionnel