Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Jean de Matha

juancarrenodemirandamisadesanjuan01 jpg (Image JPEG, 684 × 907 pixels).png

Le jour où il fut élevé au sacerdoce une colonne de feu reposa sur la tête du nouveau prêtre et manifesta l'onction du Saint-Esprit qui opérait dans son âme. Le bruit de ce prodige s'étant répandu, une nombreuse assemblée assista à sa première Messe. Au moment de la consécration, lorsque Jean élevait l'hostie, on vit le visage du saint resplendir d'une lumière surnaturelle et ses yeux se fixer au dessus de l'autel sur un spectacle invisible aux assistants. "J'ai vu, dit-il plus tard, un ange tout blanc, avec un vêtement brillant, portant sur la poitrine une croix de couleur rouge et bleue; ses bras se croisaient, et il présentait les mains à deux captifs, l'un chrétien et l'autre maure; ils étaient à ses pieds dans la posture de suppliants."

C'était l'annonce claire de l'œuvre qu'il devait établir; il fut, en effet, le fondateur de l'Ordre de la Sainte-Trinité pour la rédemption des captifs, dont les religieux portèrent le costume indiqué par la vision.

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année

Peinture de Juan Carreño de Miranda (1614-1685), peintre de la cour de Charles II d'Espagne, essentiellement portraitiste. Ce tableau de 1666 est au Louvre.

Commentaires

  • L'angelot est viril à souhait, comme vous les aimez... (àpart ça la peiture est bien).

  • Pour la mise en scène Ciel-Terre, j'ai pensé au Greco.

Écrire un commentaire

Optionnel