Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et hop…

Selon Gloria.tv, le Vatican, l’ordre trappiste et le diocèse d’Aix-la-Chapelle ont annoncé hier la fermeture de l’abbaye de Mariawald. Je ne vois pas encore de confirmation de cette nouvelle, mais Gloria.tv paraît bien informé. De plus, c’est hélas dans la logique des choses, et de l’occupant du Saint-Siège.

En 2006 avait été élu père abbé de Mariawald dom Josef Vollberg. En 2008, il avait obtenu que soit appliqué à son monastère l’article 3 de Summorum Pontificum. Dans le cadre d’un retour non seulement à la liturgie traditionnelle cistercienne, mais à toute l’antique discipline des cisterciens dits de la stricte observance.

Et l’on a assisté au même processus qui a conduit à la destruction des Franciscains de l’Immaculée. Quelques moines de la vieille garde post-conciliaire se sont révoltés parce que... c’était trop fatigant de se lever à 3 heures du matin… En 2016, le « père immédiat », Dom Bernardus Peeters, père abbé de Koningshoeven, fit une « visite régulière » en compagnie d’un autre père abbé, Dom Erik Varden, ce qui laissait entendre qu’il y avait un problème à régler. Le problème fut réglé par la démission de dom Josef Vollberg en octobre de la même année. Le mois suivant, dom Bernardus Peeters publiait un texte où il disait tout son amour de Mariawald, soulignait que dom Josef avait librement démissionné de lui-même sans être contraint par qui que ce soit... et disait plusieurs fois que son but était que Mariawald puisse continuer à vivre dans les meilleures conditions…

On a beau être habitué à l’hypocrisie ecclésiastique, je reste effaré de voir comment un abbé cistercien peut parler comme un fonctionnaire de la curie romaine et affirmer tranquillement, à des moines, le contraire de la vérité.

Mariawald était le seul monastère de trappistes hommes en Allemagne.

Addendum 23 janvier

L'information est confirmée par la Congrégation pour les instituts de vie consacrée. Dom Bernardus Peeters est devenu le commissaire pontifical chargé de la fermeture...

Commentaires

  • Les sources sont très maigres.
    Ne faut-il pas pas attendre d'avoir des communiqués officiels ?

  • Il semble que l'information se confirme. Elle n'est hélas pas étonnante dans le climat actuel, qui voit cette pauvre Église catholique obéir par la voix de son "chef" aux ordres de Satan lui-même.

  • J'apprécie votre blog, notamment pour ses titres souvent facétieux. Que n'avez-vous pensé ici "à la trappe"? Nonobstant le caractère tragique de cette nouvelle.

    Des moines qui se révoltent contre leur supérieur. Quelque chose a dû leur échapper au cours de leurs voeux, l'obéissance à la règle par exemple?

  • Ni Rome, ni le diocèse n'ont accepté les solutions de l'économe de l'association qui gère Mariawald, Wolgang Nowark. La trappe vit en autonomie financière, emploie 30 personnes (qui sont virées). Le grand âge de certains moines est un prétexte, il y a tout pour les soigner sur place, comme cela se fait très souvent en Allemagne. Le départ (forcé, comme vous le suggérez) de Dom Josef Vollberg a entraîné celui de 2 jeunes novices. On dit que les moines sont vieux, mais on fait partir les jeunes. Le "commissaire" Bernardus Peeters, hollandais, nommé par Braz de Aviz après dénonciation venant de trappistes extérieurs à Mariawald doit tout liquider d'ici la fin de l'année, envoyer les vieux en maison de retraite et les plus jeunes dans d'autres trappes. La viabilité économique de l'abbaye a été confirmée par le maire Peter Cremer: distillerie, librairie, fermes agricoles et 30 emplois! Bref, un Bergoglio's drama.

  • Le bavard du Vatican veut faire taire les Trappistes. Tout un programme...

Écrire un commentaire

Optionnel