Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

C’est encore pire

Réponse de Paloma García Ovejero, porte-parole adjointe du Bureau de presse du Saint-Siège, interrogée sur la médaille de commandeur de l’ordre de saint Grégoire le Grand décernée à la militante de la culture de mort Lilianne Ploumen :

« La décoration de l’Ordre Pontifical de saint Grégoire le Grand reçue par Mme Lilianne Ploumen, ancien ministre du Développement, en juin 2017 lors de la visite du couple royal néerlandais au Saint-Père, répond à la pratique diplomatique d’échange de décorations entre délégations à l’occasion des visites officielles de chefs d’Etat ou de gouvernement au Vatican. Par conséquent, ce n’est pas du tout un placet à la politique en faveur de l’avortement ou de la contraception que promeut Mme Ploumen. »

Le journal Dagblad souligne que c’était « purement une affaire de protocole » et que Mme Ploumen était… l’un des dix membres de la délégation à recevoir cette décoration.

De deux choses l’une.

Ou bien ce n’est pas vrai, et l’on ajoute le mensonge à l’ignominie.

Ou bien c’est vrai. Et alors c’est pire encore. Car cela veut dire qu’on décerne le titre de commandeur de l’Ordre de saint Grégoire le Grand à n’importe qui, sans le moindre examen de ce que fait ou dit le récipiendaire. De sorte que cette décoration, officiellement destinée à distinguer quelqu’un qui a rendu des services exceptionnels au Saint-Siège, est dévaluée et prostituée au point d’être distribuée à tous les membres des délégations, à des gens qui n’ont rien fait pour le Saint-Siège, ou qui œuvrent ouvertement contre la foi et la morale de l’Eglise, et contre l'Eglise elle-même. Et qu’on en fait un principe !

Commentaires

  • Certes

    mais la pratique des échanges de décorations est ancienne et antérieure à 1789 ...

    Le plus intéressant est que le bureau de presse ait tenu à répondre et n'ait pas gardé le silence... ce qui laisse penser que plusieurs journalistes l'ont interrogé et qu'il a cherché une réponse (probablement exacte) ...

  • Ce qui fait plaisir, c'est de voir qu'avec François, l'Eglise est vraiment sortie de l'ère des mondanités et des conventions sociales pour entrer résolument dans celle des pauvres, des périphéries et de l'évangile. "Ouarf", comme dirait Daoudal.
    Tout cela est à mettre en relation avec le voyage écolo. Un Eglise à 100% centrée sur la mission et l'évangélisation, etc.
    Et d'ailleurs, si on tient vraiment à être écolo, on peut faire comme plein de pauvres gens, qui ne voyagent pas. Avec les hologrammes, François pourrait faire des conférences à l'autre bout du monde sans aucun impact environnemental, non?

  • @Roger
    "mais la pratique des échanges de décorations est ancienne et antérieure à 1789 ..."
    Je ne comprends pas bien votre commentaire. Est-ce que des pratiques scandaleuses qui se seraient produites avant 1789 excuseraient ces mêmes pratiques après 1789?
    Par exemple, on sait que le roi François Ier ne s'est pas contenté "d'échanger" des décorations avec les Turcs, mais par une alliance militaire a permis à ces mêmes Turcs d'attaquer la Hongrie, menacer Gênes et ravager les villes côtières du sud de l'Italie. L'Eglise de l'époque avait qualifié cette alliance d'impie. et avec raison. Est-ce que la Vatican doit se comporter comme n'importe quel Etat temporel, sans aucune considération spirituelle?

  • Cela prouve l'état de décomposition avancée dans lequel se trouvent les organes du Vatican, décomposition accélérée brutalement avec l'accession à la papauté de François Premier, "l'hôte de la Maison Sainte Marthe".

  • Il n'est pas le seul Ordre Pontifical a décerner officiellement "médailles" et décorations à qui mieux mieux, parfois même a des patentés FM, Pro Avorteurs et/ou personnes dans la gai(tée) de tout poil, la plus complète .......... Peut-être un jour même l'ennemi hollandais) y sera t-il élevé.
    Qui sait.
    C'est aussi par et en cela que l'église (institution) parvient à traverser tant bien que mal les turpitudes des siècles, des régimes et des modes, me répondit-on lors d'une interrogation...............musclée.
    Puisse ces distinctions permettent, pour le moins, à ces personnes qui les reçoivent de s'interroger sur ce qu'elles signifies réellement et profondément (les distinctions Pontificales) ............. En tout les cas nous préférons y entrevoir ici, d'une certaine façon, l'exemple de la Miséricorde de Dieu Trinité, par l'intermédiaire de l'institution.
    Consolation me direz-vous certainement.

  • Je suis tenté d'aller dans le sens de Roger et de J.EFF.
    Peut-être en outre cette personne a-t-elle rendu des services à la cause catholique dans un domaine ignoré de nous, tout en faisant le pire dans d'autres domaines. J'ai un exemple sous la main.
    Je lis en effet dans une note de L. Veuillot, VOYAGES & LECTURES (éd Via Romana, 2013) à propos d'Ernest Armand (1829-1898, petit-fils du conventionnel Monge et lui-même "libéral") :
    "Rien ne le prédisposait à être nommé Comte pontifical (titre héréditaire !), mais, chef de l'ambassade de France à Rome alors que les Garibaldiens avaient coupé toute communication en octobre 1867, il sut conseiller à Pie IX de tenir et d'attendre une intervention française, qui vint en effet le 3 novembre à Mentana".

  • D'accord avec g.marie et J.EFF. Ces décorations doivent au fond servir à reconnaître des actes valeureux, davantage que des personnalités valeureuses (non, ce n'est pas une distinction jésuistique)
    De fait, ce n'est pas "encore pire" mais au contraire "moins grave bien que gênant"..,
    C'est moins grave de "prostituer" une décoration en l'accordant à tout va que de soutenir l'avortement.

  • @NB Pour le commun des mortels, c'est-à-dire le petit peuple,, décorer un criminel revient à approuver ses crimes. C'est le petit peuple qui est scandalisé, pas les intellos et autres bobos...

  • Une analyse approfondie sur
    http://benoit-et-moi.fr/2018/actualite/quand-le-silence-du-pape-devient-complicite.html

    "Il devient désormais évident que dans les hautes sphères du Vatican, il y en a qui profitent de ce pontificat pour faire avancer des projets qui n'ont rien à voir avec le Magistère de l'Église catholique. (...)
    Il est donc temps, et urgent, qu'il y ait une intervention claire du Pape pour mettre un terme à cette dérive, car dans ce cas - qu'on le veuille ou non - le silence devient complicité."

    Il s'agit d'une complicité avec le crime.

  • Complicité dont les intéressés semblent rire.

    En effet, il suffit de consulter la vidéo où la décorée (par habitude et convention) montre son bijou à l'équipe du reportage.
    Ils sont tous fendus d'un sourire qui n'est même pas en coin.

  • Bô... Ce drôle de pape, il est déjà bon copain avec maman Bonino, alors...

Écrire un commentaire

Optionnel