Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pas banal

Le Premier ministre tchèque, Andrej Babiš, a annoncé hier qu’il allait demander aux députés de lever son immunité parlementaire.

Andrej Babiš, milliardaire plus riche que Donald Trump, est poursuivi depuis longtemps dans le cadre de diverses affaires, manifestement montées en épingle par ses adversaires politiques.

En mai dernier il avait été limogé de son poste de ministre des Finances par le Premier ministre social-démocrate Bohuslav Sobotka, son principal adversaire. Le président de la République, Miloš Zeman, déclarait alors : « Je voudrais exprimer ma haute considération et mon grand remerciement à Andrej Babiš, qui a réussi à afficher un important excédent budgétaire, à améliorer la perception des impôts et à lutter contre l'évasion fiscale. C'est peut-être pour cette raison qu'il fait face à la jalousie de la part de ceux qui ont moins de succès. »

Vu que le remplaçant de Babiš était un homme recommandé par Babiš, l’opposition déclara que le vrai changement n’aurait lieu qu’après les élections. Elections qui ont été remportées par Andrej Babiš contre les deux partis institutionnels, malgré la campagne axée sur les « malversations » du milliardaire. Lequel demande donc aux députés de lever son immunité parlementaire. Il faut croire qu’il est sûr de lui. En tout cas ça ne manque pas de panache, face au peuple, de la part d’un populiste…

Addendum

Mais le problème n'était pas là... Aujourd'hui, Babiš, qui avait dû constituer un gouvernement uniquement avec des membres de son parti et des indépendants, n'a pas obtenu la confiance du Parlement. Il va donc devoir démissionner (et chercher à constituer un nouveau gouvernement qui puisse obtenir une majorité...).

Commentaires

  • Bonsoir, ayant eu l'opportunité de rencontrer M.BABIS à plusieurs reprises, je vous confirme que c'est un homme très intelligent et redouté. Quant aux malversations, elles sont partagées...

Écrire un commentaire

Optionnel