Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Pilule et cancer

Une nouvelle étude, réalisée auprès d’1,8 million de femmes danoises de 15 à 49 ans pendant onze ans, conclut que l’usage récent ou actuel d’une contraception hormonale augmente de 20% le risque de cancer du sein.

L’étude, rapportée dans le New England Journal of Medecine, démontre que si les « contraceptifs plus âgés » comportaient un risque plus élevé de cancer du sein, les nouvelles formules faiblement dosées en œstrogènes n’en sont pas exemptes non plus. Plus l’usage est prolongé, plus le risque est important : 9% après un an et 38% après dix ans d’utilisation. Ses effets délétères pourraient suivre la patiente en moyenne cinq ans après l’arrêt de la prise du contraceptif.

Écrire un commentaire

Optionnel