Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Discrimination" et culture de mort

Dans un document publié hier, le commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Nils Muiznieks, déplore que les femmes continuent à subir des « discriminations » dans leur « vie sexuelle et reproductive » au sein de nombreux pays européens.

En résumé, là où l’avortement n’est pas un droit reconnu, les femmes sont « discriminées », et c’est dangereux pour leur santé. Voilà ce que cela donne :

Dans certains pays, les lois et les politiques menées violent, limitent ou mettent en cause les droits des femmes à exercer leur vie sexuelle et reproductive sans mettre en péril leur santé. De plus, on observe une tendance préoccupante dans l’ensemble de l’Europe et plus particulièrement dans certains pays à revenir en arrière sur les garanties obtenues par les femmes, notamment en introduisant des restrictions aux droits à l’avortement et à la contraception.

Selon le rapport, l’Arménie, la Macédoine, la Géorgie, la Russie et la Slovaquie auraient récemment réduit le droit à l’avortement.

Et il dénonce les 8 « Etats » (?), sur les 47 membres du Conseil de l’Europe, qui interdisent encore l’avortement sauf circonstances exceptionnelles : Andorre, l’Irlande, le Liechtenstein, Malte, Monaco, l’Irlande du Nord, la Pologne et Saint-Marin.

Vient alors la phrase la plus atroce que j’aie entendue depuis longtemps :

Les conséquences de ces lois sur la santé et les droits de l’homme sont graves.

Écrire un commentaire

Optionnel