Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Charles Borromée

Extrait d’un article de Sandro Magister sur les Mémoires de Mgr Giacomo Biffi, le 16 novembre 2010 :

Pour montrer que Dieu "peut toujours renverser en faveur des croyants les situations qui paraissent les plus désespérées", Biffi donne deux exemples.

Le premier est la nomination d’Ambroise comme évêque de Milan, en 374 :

"Après les vingt années d’épiscopat d’Auxence, qui était un homme à la foi polluée, un protégé de l’impératrice arienne Justine et un instrument docile des empiétements de la cour dans la vie de la 'nation sainte', personne n’aurait parié, humainement parlant, un sou sur la renaissance du catholicisme milanais. Mais Ambroise vint et tout changea. 'Après la mort tardive d’Auxence – écrit saint Jérôme dans son 'Chronicon' – Ambroise devint évêque de Milan et l’Italie tout entière revint à la vraie foi."

Le second exemple est l'arrivée de Charles Borromée à la tête du diocèse, en 1566 :

"Dans la seconde partie du XVIe siècle, après la longue période d’indisponibilité “de facto” des pasteurs qui avaient été nommés (avec, entre autres, l’épiscopat des deux prélats mondains de Ferrare, Hippolyte Ier et Hippolyte II d’Este), personne ne pouvait décemment espérer une renaissance de la chrétienté ambrosienne. Mais Charles Borromée, un cardinal âgé de vingt-sept ans, arriva en 1566 et la véritable 'Réforme catholique' commença."

Commentaire de Biffi :

"Dans un cas comme dans l’autre, le 'miracle' a été accompli en utilisant les comportements erronés des hommes. Le choix d’Ambroise, fonctionnaire impérial loyal et habile, comme évêque faisait partie des plans de Valentinien Ier pour augmenter son ingérence politique dans la vie de l’Église. La carrière de Charles Borromée trouvait son origine dans le déplorable népotisme du pape Pie IV, qui était le frère de sa mère.

"C’est, encore une fois, le signe de l’humour de Dieu, qui s’amuse à faire sortir le bien du mal. Comme on le voit, même dans les situations les plus déprimantes, le peuple des croyants peut toujours regarder vers le haut, prier en toute sérénité et espérer."

Commentaires

  • Karol (Charles en polonais) Wojtyla célébrait sa fête le jour de de son Saint Patron, Charles Boromée.

  • Benoît XVI le dimanche 4 novembre 2007 à l'Angelus :

    "Je me souviens de mon vénéré prédécesseur Jean-Paul II qui portait son nom avec dévotion, et je confie à l’intercession de saint Charles tous les évêques du monde, pour lesquels nous invoquons la céleste protection de la très sainte Vierge Marie, Mère de l’Eglise."

  • Vu sur le blog de Fr. Zuhlsdorf : un tableau saisissant montrant Saint Pie V et Saint Charles Borromée combattant les erreurs du protestantisme et de l'islamisme avec le soutien du Rosaire de la Bienheureuse Vierge Marie.

    http://wdtprs.com/blog/2017/11/beautiful-new-painting-st-pius-v-and-st-charles-borromeo-defending-catholicism-against-islam-and-the-protestant-heresy/

  • Pardonnez-moi, mais je trouve cela très laid...

Écrire un commentaire

Optionnel