Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Jean de Kenty

painting-of-saint-john-cantius-high-altar.jpg

Ce tableau, montrant le miracle de saint Jean de Kenty réparant la cruche brisée, sur la place du marché de Cracovie (on reconnaît la basilique Sainte-Marie), est de Tadeusz Żukotyński (1855–1912), peintre polonais qui s’installa aux Etats-Unis et qui a essentiellement réalisé des peintures religieuses pour nombre d’églises. Celle-ci se trouve au-dessus du maître autel de l’église Saint-Jean de Kenty de Chicago (St John Cantius).

orindation-church-full.jpg

Cette église a été confiée à une communauté de chanoines qui a pris le nom de Chanoines réguliers de Saint Jean de Kenty : Canons Regular of St. John Cantius. Leur particularité est qu’ils célèbrent quotidiennement la messe dans les deux formes du rite romain, le dimanche une messe basse et une messe chantée de l’une et l’autre forme, la messe de Paul VI étant également chantée en grégorien. Les chanoines ont le culte du beau, et la paroisse compte pas moins de 7 chœurs, éventuellement accompagnés d’un orchestre.

Sur leur site on trouve un résumé de la vie de saint Jean de Kenty, dont voici une traduction.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Pour la plupart des catholiques de ce pays, saint Jean de Kenty est un saint obscur, mais même en Europe peu de gens connaissent la profonde dévotion que le pape Jean Paul II eut toute sa vie envers ce saint professeur.

Jean est né dans la petite ville polonaise de Kenty, en Pologne, à seulement 21 km du lieu de naissance du Saint-Père, le 24 juin 1390. À l'âge de 23 ans, il s'inscrit à l'Université Jagellonne située dans la ville peu éloignée de Cracovie - alors capitale du royaume de Pologne. Fondée en 1364 par décret royal, c'est dans la même université que l'astronome Nicolas Copernic étudie près de 80 ans plus tard.

Inscrit au département des arts libéraux, Jean devient docteur en philosophie en 1418. Durant les trois années suivantes, il entreprend de nouvelles études en vue de la prêtrise, tout en subvenant à ses besoins en donnant des cours de philosophie à l'université.

Immédiatement après son ordination, il accepte un poste de recteur à la prestigieuse école des chanoines réguliers du Saint-Sépulcre de Miechow. Qu'une telle école lui offre ce poste à son âge relativement jeune était la preuve de l'intelligence et des talents exceptionnels de Jean. C’est en dirigeant les cours de formation pour les jeunes novices qu'il est devint fermement ancré dans les écrits et la spiritualité de saint Augustin.

En 1429, un poste devint vacant au département de philosophie de l'Université Jagellonne. Jean retourna rapidement à Cracovie pour prendre ce poste, s'installant à l'université où il resta jusqu'à sa mort. Il entreprit également des études de théologie et après 13 longues années d'études entremêlées avec ses fonctions d'enseignement et d'administration en tant que chef du département de philosophie, il reçut finalement son doctorat. Plus tard, après la mort de son mentor, l'éminent théologien Benedykt Hesse, Jean assuma la direction du département de théologie de l'université.

Comme la plupart des savants de son temps, Jean passait beaucoup de ses moments libres à copier des manuscrits des Saintes Écritures, des traités théologiques et d'autres travaux savants. Bien que seulement 26 volumes nous soient parvenus, leur total de plus de 18.000 pages témoigne de son travail exceptionnel.

Au cours de sa vie à Cracovie, Jean se fit connaître parmi les résidents de la ville pour sa générosité et sa compassion envers les pauvres, sacrifiant toujours ses propres besoins afin d'aider les plus démunis. Se sentant une affinité particulière envers les étudiants de l'université, il était attentif à leurs besoins spirituels, physiques et scolaires. Que ce soit en classe ou en chaire, tout le monde le connaissait comme un ardent défenseur de la foi et ennemi des hérétiques.

Au moment où le Maître de Kenty mourut le 24 décembre 1473, le peuple de Cracovie le considérait déjà comme un homme très saint. Que cette opinion soit entièrement justifiée peut être mis en évidence par les nombreuses faveurs et nombreux miracles attribués à l'intercession de Jean à partir de sa mort. Jean de Kenty est bientôt devenu connu dans toute l'Europe, attirant des pèlerins de nombreux pays sur sa tombe dans la collégiale Sainte-Anne de l'université.

Malgré cela, le processus de sa béatification ne commença que 150 ans plus tard. Finalement, en 1676, le pape Clément XIII le déclara saint de l'Église catholique romaine, proclamant le 20 octobre comme jour de sa fête.

Tout au long de ses nombreuses années à Cracovie, notre pontife philosophe a souvent trouvé l’inspiration sur la tombe de son saint patron d’enseignement. Il n'est donc pas surprenant que lors de son pèlerinage en Pologne en 1997, il pria une fois de plus sur la tombe du Saint. Là, au cours d'une réunion particulière avec des professeurs de l'alma mater Jagellonne – la sienne et celle de saint Jean - il fit allusion au Maître de Kenty quand il déclara : « La connaissance et la sagesse cherchent une alliance avec la sainteté. »

Commentaires

  • Le tableau représente un miracle du saint réparant une cruche de lait brisée.
    Le miracle est représenté dans tableau antérieur de Tadeus Kuntze-Konicz (1733-1793)
    http://img4.hostingpics.net/pics/397498JeandeKenty.jpg

  • Merci.

Écrire un commentaire

Optionnel