Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Dans l’octave de l’Assomption

Lecture des matines : extraits du début et de la fin du premier sermon de saint Bernard sur l’Assomption.

En montant aujourd'hui dans les cieux, la glorieuse Vierge a certainement porté à son comble la joie des citoyens du ciel. Car elle n'est rien moins que celle dont la voix fit tressaillir de joie, dans les entrailles d'une mère qu'elle a saluée, l'enfant qui y était encore enfermé. Si l'âme d'un enfant qui n'était pas encore né s'est fondue de bonheur à sa voix, quelle ne dut pas être l’allégresse des esprits célestes quand ils eurent le bonheur d'entendre sa voix, de contempler son visage, de jouir de sa présence bienheureuse ?

Mais qui pourra se faire une juste idée de la gloire au sein de laquelle la reine du monde s'est avancée aujourd'hui, de l'empressement plein d'amour avec lequel toute la multitude des légions célestes s'est portée à sa rencontre ; au milieu de quels cantiques de gloire elle a été conduite à son trône, avec quel visage paisible, quel air serein, quels joyeux embrassements elle a été accueillie par son Fils, élevée par lui au-dessus de toutes les créatures avec tout l'honneur dont une telle mère est digne, et avec toute la pompe et l'éclat qui conviennent à un tel Fils ?

Sans doute, les baisers que la Vierge mère recevait des lèvres de Jésus à la mamelle, quand elle lui souriait sur son sein virginal, étaient pleins de bonheur pour elle, mais je ne crois pas qu'ils l'aient été plus que ceux qu'elle reçoit aujourd'hui du même Jésus assis sur le trône de son Père, au moment heureux où il salue son arrivée, alors qu'elle monte elle-même à son trône de gloire, en chantant l'épithalame et en disant : « Qu'il me baise d'un baiser de sa bouche. » Qui pourra raconter la génération du Christ et l'Assomption de Marie ? Elle se trouve dans les cieux comblée d'une gloire d'autant plus singulière que, sur la terre, elle a obtenu une grâce plus insigne que toutes les autres femmes.

• La dernière phrase est un des innombrables "isocolons" qu'affectionne saint Bernard: une phrase en deux ou trois parties (parfois davantage) de construction analogue avec des mots et des sonorités qui se répondent:

Quantum enim gratiæ in terris adepta est præ cæteris
tantum et in cælis obtinet gloriæ singularis

• On peut remarquer qu’il y a trois fois le mot « aujourd’hui » dans les passages retenus par la liturgie. Dans le sermon entier, il y a sept fois le mot aujourd’hui, et ce n’est évidemment pas un hasard. Il s’agit pour saint Bernard de souligner l’actualité du mystère que l’on célèbre. La liturgie rend les mystères présents. Aujourd’hui. Il le dit sept fois parce que c’est le chiffre de la perfection, de l’achèvement. C’est pourquoi on célèbre la fête pendant sept jours, et que le huitième reprend le premier, comme le dimanche de la Résurrection est le huitième jour qui reprend le dimanche de la Création et fait entrer la création dans l’éternité. L'invitatoire des matines comporte lui aussi un "aujourd'hui", hodie, qui se dit neuf fois chaque nuit de l'octave en refrain du psaume 94. Enfin, l'antienne de Magnificat, tous les soirs, dit également "aujourd'hui" : Hódie María Virgo cælos ascéndit : gaudéte, quia cum Christo regnat in ætérnum.

Deuxième répons :

℟. Beáta es, Virgo María, Dei Génitrix, quæ credidísti Dómino : perfécta sunt in te quæ dicta sunt tibi : ecce exaltáta es super choros Angelórum : * Intercéde pro nobis ad Dóminum Deum nostrum. ℣. Ave María, grátia plena ; Dóminus tecum. * Intercéde pro nobis ad Dóminum Deum nostrum.

Vous êtes bienheureuse, Vierge Marie, Mère de Dieu, vous qui avez cru au Seigneur ; car ce qui vous a été dit, s’accomplira en vous : voici que vous êtes exaltée au-dessus des chœurs des Anges : * Intercédez pour nous auprès du Seigneur notre Dieu. Je vous salue, Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous. Intercédez pour nous auprès du Seigneur notre Dieu.

Écrire un commentaire

Optionnel