Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sainte Claire

Lettre apostolique de Pie XII

Par un bienfait de la divine Sagesse le génie de l'homme brille d'un plus vif éclat et fait, surtout de nos jours, des découvertes qui suscitent l'admiration générale. Et l'Eglise, qui ne se montra jamais contraire au progrès de la civilisation et de la technique, encourage cette assistance nouvelle apportée à la culture et à la vie journalière, et s'en sert même volontiers pour l'enseignement de la vérité et l'extension de la religion. Parmi ces inventions si utiles, la Télévision a sa place, elle qui "permet en effet de voir et d'entendre à distance des événements à l'instant même où ils se produisent, et cela de façon si suggestive que l'on croit y assister." (Litt. Encycl. "Miranda prorsus", 8 sept. 1957). Ce merveilleux instrument - comme chacun le sait et Nous l'avons dit clairement Nous-même - peut être la source des très grands biens, mais aussi de profonds malheurs en raison de l'attraction singulière qu'il exerce sur les esprits à l'intérieur même de la maison familiale. Aussi Nous a-t-il semblé bon de donner à cette invention une sauvegarde céleste qui interdise ses méfaits et en favorise un usage honnête, voir salutaire. On a souhaité pour ce patronage sainte Claire. On rapporte en effet qu'à Assise, une nuit de Noël, Claire, alitée dans son couvent par la maladie, entendit les chants fervents qui accompagnaient les cérémonies sacrées et vit la crèche du Divin Enfant, comme si elle était présente en personne dans l'église franciscaine. Dans la splendeur de la gloire de son innocence et la clarté qu'elle jette sur nos si profondes ténèbres, que Claire protège donc cette technique et donne à l'appareil translucide de faire briller la vérité et la vertu, soutiens nécessaires de la société. Nous avons donc décidé d'accueillir avec bienveillance les prières que Nous ont adressées à ce sujet Notre Vénérable Frère Joseph Placide Nicolini, évêque d'Assise, les Supérieurs des quatre familles franciscaines, enfin d'autres personnes remarquables, et qu'ont approuvées de nombreux Cardinaux de la Sainte Eglise Romaine, des Archevêques et des Evêques. En conséquence, ayant consulté la Sacrée Congrégation des Rites, de science certaine et après mûre réflexion, en vertu de la plénitude du pouvoir Apostolique, par cette Lettre et pour toujours, Nous faisons, Nous constituons et Nous déclarons Sainte Claire, vierge d'Assise, céleste Patronne auprès de Dieu de la Télévision, en lui attribuant tous les privilèges et honneurs liturgiques qu'un tel patronage comporte, nonobstant toutes choses contraires. Nous annonçons, Nous établissons, Nous ordonnons que cette présente Lettre soit ferme et valide, qu'elle sorte et produise tous ses effets dans leur intégrité et leur plénitude, maintenant et à l'avenir, pour ceux qu'elle concerne ou pourra concerner; qu'il en faut régulièrement juger et décider ainsi; que dès maintenant est tenu pour nul et sans effet tout ce qui pourrait être tenté par quiconque, en vertu de n'importe quelle autorité, en connaissance de cause ou par ignorance, contre les mesures décrétées par cette Lettre.

Donnée à Rome, près Saint Pierre, sous l'anneau du Pêcheur, le 14 février 1957, de Notre Pontificat la 19ème année.

PIUS PP. XII

Commentaires

  • Merci de nous rappeler cette lettre qui à l'époque reçut peu de publicité de la part de l'épiscopat français. Pie XII était déjà isolé et persécuté par la clique à "Montini", ces modernistes "démocrates-chrétiens" et néo-protestants partisans du "dialogue" avec les ennemis de l'Eglise. Leur emprise, 60 ans après est presque totale.

  • Le Signe d'Apocalypse 12:1 Apparaîtra en 2017 !
    https://www.youtube.com/watch?v=xIy6qP0SmL4

  • Dans Inter mirifica, il n'y bien sûr aucune référence à cette lettre (il n'y a d'ailleurs aucune référence tout court). Ni à Miranda prorsus. Pourtant on peut se dire que les Evêques avaient ce titre dans l'oreille quand ils ont écrit leur texte. Et Pie XII, lui, trouvait le moyen de faire des références à st Thomas et à st Jean Chrysostome...

  • Il semblerait qu'il y a ait un problème de date : comment Pie XII pouvait le 14 février 57 citer une encyclique du 8 septembre 57...

  • C'est ainsi même sur le site du Vatican.
    http://w2.vatican.va/content/pius-xii/fr/apost_letters/documents/hf_p-xii_apl_21081958_st-claire.html

    Ça ne me paraît pas particulièrement bizarre, cette lettre étant une application de l'encyclique à paraître.

    Le texte a été publié en août 1958 dans les AAS.

  • La lettre apostolique de février 57 a été complétée avec la référence (entre parenthèses) à l'encyclique d'octobre, à posteriori. Donc comme le précise Yves, en août 1958. Pratique courante et qui permet de donner la référence d'un texte plus important aux lecteurs du texte antérieur.

  • Il est impossible (ça ne s'est jamais vu) qu'on cite un texte 8 mois avant sa parution... Je me demande si l'erreur n'est pas dans le millésime de la lettre. En effet, Pie XII est élu en mars 39: la 19e année de son pontificat s'étend donc de mars 57 à mars 58: l'encyclique est donc bien dans cette 19e année, mais la lettre de février 57 devarit se situer dans la 18e. Il serait probable que la lettre date de février 58, ce qui expliquerait la parution dans les AAS en août 58.

  • @ Dauphin
    Il n'y a pas seulement entre parenthèses une référence, mais toute une citation. Et vous pensez qu'on aurait attendu 18 mois pour publier aux AAS le texte modifié de la lettre? les publications des AAS sont quasi mesuelles. "c'est une pratique courante": exemples?

  • La citation entre guillemets de la lettre apostolique : "permet en effet de voir et d'entendre à distance des événements à l'instant même où ils se produisent, et cela de façon si suggestive que l'on croit y assister." ne se trouve pas exactement dans l'encyclique d'octobre. Dans l'encyclique "Miranda Prorsus" il y a
    "La télévision, outre les aspects communs aux deux précédentes techniques de diffusion, possède aussi ses caractéristiques propres. Elle permet en effet de participer par l'ouïe et par la vue, à l'instant même où ils se passent, aux évènements lointains, d'une façon suggestive, qui s'apparente à un contact personnel, et le sentiment de proximité s'accroît grandement à cause de l'intimité de la vie familiale.
    L'encyclique "Humanae Vitae" était prête presque 2 ans avant sa publication en juillet 1968. Ce sont les avis très hostiles des différents conseils que Paul VI prit qui lui firent retarder la publication. Il n'est donc pas impossible que des idées d'une encyclique non encore publiée soient utilisés dans des documents (lettres apostoliques, exhortations apostoliques, discours, lettres, homélies etc...) publiés auparavant.
    Il n'y a aucune erreur de date pour les 2 documents en question.

  • Rien ne vaut les sources... je viens de vérifier, il y a bien une erreur de date (p 513, dernière ligne ; la différnce de texte que vous relevez s'explique aisément par des traductions différentes: pour fréquenter pas mal de textes traduits du latin, je peux vous assurer qu'on voit bien pire ...)
    http://www.vatican.va/archive/aas/documents/AAS-50-1958-ocr.pdf

  • Je me disais aussi que j'allais vérifier, mais je n'en voyais pas du tout l'utilité.

    Donc il y a une coquille sur les ASS, puisque la date donnée est MDCCCCX*VIII, qu'il faut donc lire MDCCCCLVIII... 1958 et non 1957.

    Bon, franchement, et alors ?

  • Voici d'ailleurs le texte de l'encyclique, que vous pourrez comparer à la citation de la lettre (p 800 av dernier §)
    http://www.vatican.va/archive/aas/documents/AAS-49-1957-ocr.pdf

  • (L' abréviation "PP." est-elle encore toujours absente dans les textes importants du pape François?)

Écrire un commentaire

Optionnel