Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Illustration du double langage de l’islam

Le 12 juillet dernier, le maire musulman d’Oldham (100.000 habitants, Grand Manchester), Shadab Qumer, a ouvert la séance du conseil municipal par une prière récitée par un imam.

Il s’agissait de prier pour « se souvenir de ceux qui ne sont plus avec nous ». On est prié de comprendre qu’il s’agit des victimes du terrorisme, particulièrement celles de l’attentat du 22 mai à Manchester. Et l’on voit que tout le monde, debout, participe, au moins par l’attitude, à la prière. Et il va de soi que personne n’aurait eu l’idée de protester… Au contraire, tout le monde trouve merveilleux que le maire musulman fasse dire une prière musulmane au conseil municipal d’une ville d’Angleterre.

Boris Le Lay, qui est à l’origine de la diffusion de cette vidéo, remarque que l’imam a notamment récité le verset 32 de la sourate 5 du Coran :

C'est pourquoi Nous avons prescrit pour les Enfants d'Israël que quiconque tuerait une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre, c'est comme s'il avait tué tous les hommes. Et quiconque lui fait don de la vie, c'est comme s'il faisait don de la vie à tous les hommes. En effet Nos messagers sont venus à eux avec les preuves. Et puis voilà, qu'en dépit de cela, beaucoup d'entre eux se mettent à commettre des excès sur la terre.

C’est un refrain désormais bien connu : l’islam réprouve le meurtre au point que quiconque tue un être humain c’est comme s’il tuait toute l’humanité.

Mais on oublie la précision : « une personne non coupable d'un meurtre ou d'une corruption sur la terre ». C’est donc qu’il est licite de tuer une personne coupable d’un meurtre ou d’une corruption.

Et le verset suivant, soigneusement passé sous silence par tous les apôtres du soi-disant islam modéré, le souligne :

La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s'efforcent de semer la corruption sur la terre, c'est qu'ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu'ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l'ignominie ici-bas; et dans l'au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment.

La corruption, c’est la corruption de la foi musulmane authentique. Par exemple ce que disent les chrétiens, qu’il faut donc crucifier s’ils ne s’en repentent pas. Ou bien sûr ce que disent les chanteurs de la décadence occidentale, dont Ariana Grande est un exemple typique – et c’est à l’issue de son concert à Manchester qu’a eu lieu l’attentat.

Commentaire de Boris Le Lay :

En d’autres termes, c’est une malédiction prononcée contre les victimes de l’attentat de Manchester et une célébration du djihadiste qui les a assassiné.

Voilà le double message de cette lecture du coran à Oldham. Le message visible, exotérique, récité en langue arabe et d’apparence magnanime, destiné aux idiots autochtones et le message invisible, ésotérique, destiné aux musulmans qui signifie précisément l’inverse.

Il ne s’agit donc pas de saluer la mémoire des victimes, mais bien celle des djihadistes morts pour Allah. “Ceux qui sont pas avec nous aujourd’hui”, comme le dit l’imam.

*

Shadab Qumer a été élu conseiller municipal d’Oldham pour la première fois en 2007, en battant le conseiller sortant Mohammed Masud. Il est devenu maire pour un an en mai dernier, selon le procédé qui consiste à faire maire un conseiller municipal différent tous les ans, dont le rôle est de représenter la municipalité. Comme les Anglo-saxons ont partout des « premières dames », le maire a une « mairesse ». Shadab Qumer a décidé que ce rôle serait partagé entre sa femme Sobia Arshi et sa fille de 16 ans Fiza Shadab.

2017517_14551.jpg

*

Une autre vidéo sur Oldham, qui fait froid dans le dos...

Enregistrer

Commentaires

  • L'absence de femmes n'est pas le fait d'un quelconque sexisme. En voyant les images, on comprend que cette délicate religion réserve ce rituel exotique aux hommes....

  • c'est bien évident, les "femen" n'ont rien à voir avec l'Islam, mais on aimerait quand même savoir quelle est cette cérémonie, sans doute d'origine pakistanaise et peut-être chiite, dont je ne pense pas qu'elle soit pratiquée en Afrique du Nord, pays d'origine de la plupart des musulmans qui vivent chez nous

  • C'est une coutume chiite, ceux qui sont considérés comme des hérétiques par 80% des musulmans.
    Mais hérétiques ou pas, même chez eux les femmes sont voilées de pied en cap alors que les hommes exhibent leurs chairs flasques.

  • Une sorte de flagellation. La reine E. n 'est pas au courant de l 'islamisation de son pays?

  • La reine E est chef de l'église anglicane, hérétique et schismatique. Cul et chemise avec la franc-maçonnerie, donc complice de l'islamisation programmée de l'Europe chrétienne. En tous cas de l'Europe latine catholique qui est surtout visée par cette islamisation. A moins que tout ce cirque ne soit que pour nous effrayer et que la solution proposée soit l'adhésion au gouvernement mondial. Gouvernement qui trouvera une solution radicale à l'islamisation en échange de notre liberté.

  • C'est la récompense des apostats (héritiers de Luther ?) qui, ayant renié la Croix, auront le croissant avec l'équerre et le compas en prime.

  • soyons précis
    l"église" anglicane fut d'abord seulement schismatique sous Henry VIII, "Défenseur de la Foi", qui ne se gênait pas pour envoyer les protestants au bourreau (contrairement à une opinion très répandue, la raison de ce schisme était politique et non sexuelle : l'Angleterre sortait d'une longue et sanglante guerre civile, la Guerre des Deux Roses, et le roi voulait un héritier mâle à la légitimité incontestable; il n'avait pas besoin de faire prononcer la nullité de son premier mariage pour avoir des maîtresses et en avait déjà eu)
    elle devint calviniste (et non luthérienne; je ne crois d'ailleurs pas que Luther ait renié la Croix) ) sous son fils Edouard VII, ou plutôt le tuteur de celui-ci car il était mineur
    après un bref retour au catholicisme sous le règne de Marie Tudor, femme du roi d'Espagne Philippe II, elle revint définitivement au calvinisme sous sa sœur Elizabeth Ière
    le successeur de celle-ci, Jacques Ier, dota son "église" d'une hiérarchie épiscopale postiche qui perdure et permet aux Anglicans de se prétendre un "pont" entre catholiques et protestants, prétention qui conviendrait mieux aux "églises" luthériennes scandinaves dont les successions épiscopales n'ont jamais connu de rupture, et qui, luthériennes, croient en la présence réelle sous la forme de la consubstanciation, qui n'est d'ailleurs pas le dogme catholique, alors qu'en Angleterre cette croyance fut longtemps interdite par la loi et entrainait une déchéance civile (Bill de Test)
    la reine Elizabeth II, chef de l"église" anglicane en tant que reine d'Angleterre, est également, en tant que reine d'Ecosse, membre de l"église" presbytérienne de ce pays, encore plus rigoureusement calviniste
    la franc-maçonnerie est bien née en Angleterre, ou peut-être en Ecosse, et la dynastie usurpatrice qui y règne depuis la fuite de Jacques II lui a toujours été très liée et lui a fourni des grands-maîtres; toutefois, il parait que le prince héritier actuel a refusé de se faire initier

Écrire un commentaire

Optionnel