Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Psaume 151"

psaume.jpeg

« Voici le psaume autographe de David et surnuméraire quand il combattit contre Goliath ».

Ainsi est présenté le psaume que l’on appelle aujourd’hui « 151 » parce qu’il est placé après les 150 psaumes canoniques dont le Sinaiticus, photo ci-dessus.

Ce psaume qui n’est donc pas reconnu se trouve pourtant dans diverses liturgies, et il est même cité dans un répons des matines latines du mois de juillet, le premier des « répons tirés du livre des Rois » dans l’antiphonaire de Hartker (c’est le deuxième de ce jeudi) :

e-codices_csg-0391_201_large.jpg

℟. Deus omnium exauditor est : ipse misit Angelum suum, et tulit me de ovibus patris mei: * Et unxit me unctione misericordiae suae. ℣.  Dominus, qui eripuit me de ore leonis, et de manu bestiae liberavit me. * Et unxit me unctione misericordiae suae.

Dieu exauce les prières de tous : lui-même a envoyé son Ange et m’a pris du milieu des brebis de mon père. Et il m’a oint de l’onction de sa miséricorde. C’est le Seigneur qui m’a arraché de la gueule du lion, et des griffes de la bête féroce. Et il m’a oint de l’onction de sa miséricorde.

J’ai mis en gras ce qui vient du « psaume surnuméraire ». La citation ne correspond exactement ni au texte latin du psaume tel qu’on le trouve dans les principaux manuscrits, ni au texte grec.

Le texte latin dit littéralement :

Lui-même a envoyé son ange et il m’a pris des brebis de mon père, et il m’a oint dans la miséricorde de son onction.

Cette version traduit exactement le texte grec du Sinaiticus (et de l'Alexandrinus), qui dit bien ἐν τῷ ἐλέει, dans la miséricorde, et non ἐν τῷ ἐλαίῳ, dans l’huile, comme le disent les éditions de la Septante : « il m’a oint de l’huile de son onction ». (Oralement la différence est mince, entre « éléi » et « éléo ».)

On voit que le répons dit : « il m’a oint de l’onction de sa miséricorde », ce qui est la plus belle version…

Deus.jpeg

Enregistrer

Commentaires

  • Encore une intéressante confrontation.

    Pour la prononciation.du grec en Egypte au moment de la traduction de la Septante, les lecteurs intéressés pourront commodément consulter :
    https://en.wikipedia.org/wiki/Koine_Greek_phonology

  • Est-ce qu'il existe quelque part une édition de ces psaumes surnuméraires 151-etc ? en latin par exemple?

  • Seul le psaume "151" figure dans la Septante, et dans certaines éditions de la Vulgate (notamment la Vulgate de Stuttgart). Il y en a une traduction française dans la TOB.

    Les psaumes "152-155" se trouvent seulement dans des Bibles syriaques.

    Les "psaumes 156-160" sont des fragments de Qumran.

Écrire un commentaire

Optionnel