Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saints Nabor et Félix

Santi_Nabore_e_Felice.jpg

Avant l’inscription dans le calendrier de saint Jean Gualbert, la fête de ce jour était celle des martyrs Nabor et Félix, dont demeure la mémoire. Ils étaient des soldats romains venus de Maurétanie, membres de l’armée de Maximien en garnison à Milan. Au début de la persécution de Dioclétien ils furent repérés comme chrétiens et décapités à Lodi (Laus Pompeia) après qu’ils eurent refusé de sacrifier aux dieux de l’empire. Ils furent enterrés à Milan où ils firent l’objet d’une grande vénération. Saint Ambroise parle d’eux dans son commentaire de saint Luc (à propos du grain de sénevé), et il composa l’hymne suivante. (Saint Victor eut ensuite une sépulture séparée et une fête particulière, sous le nom de saint Victor de Milan ou saint Victor le Maure.)

Victor Nabor Felix pii
Mediolani martyres,
solo hospites, Mauri genus
terrisque nostris advenae,

Saints Victor, Nabor et Félix
Les martyrs de Milan,
Hôtes sur notre sol, de race Maure,
Etrangers sur notre terre,

Torrens harena quos dedit
Anhela solis aestibus,
Extrema terrae finium
Exulque nostri nominis.

Que nous a donnés le sable brûlant
Haletant sous les feux solaires,
Aux derniers confins de la terre,
Exilé loin de notre nom.

Suscepit hospites Padus
Mercede magna sanguinis,
Sancto replevit Spiritu
Almae fides Ecclesiae,

Le Pô les accueillit en hôtes,
Riche salaire de leur sang,
La foi de l’Eglise leur mère
Les a remplis du Saint-Esprit;

Et se coronavit trium
Cruore sacro martyrum
Castrisque raptos impiis
Christo sacravit milites.

Mais elle, s’étant couronnée
Du sang sacré des trois martyrs
Arrachés à un camp impie,
Les consacra soldats du Christ.

Profecit ad fidem labor
Armisque docti bellicis
Pro rege vitam ponere,
Decere pro Christo pati,

Leurs travaux ont servi leur foi:
Instruits dans les armes guerrières
À risquer leur vie pour le prince,
À devoir souffrir pour le Christ,

Non tela quaerunt ferrea,
Non arma Christi milites;
Munitus armis ambulat
Veram fidem qui possidet.

Point ne cherchent de traits de fer,
Point d’armes, les soldats du Christ;
Il marche équipé de ses armes
Celui qui détient la vraie foi.

Scutum viro sua est fides
Et mors triumphus, quem invidens
Nobis tyrannus ad oppidum
Laudense misit martyres.

Sa foi est bouclier du brave,
La mort son triomphe; un tyran
Qui nous l’enviait les envoya
Subir le martyre à Lodi.

Sed reddiderunt hostias;
rapti quadrigis corpora,
revecti in ora principium
plaustri triumphalis modo.

Mais on a rendu ces victimes:
Leurs corps, enlevés en quadriges,
Reviennent sous les yeux des princes
Comme sur un char de triomphe.

9765_-_Sant'Ambrogio_-_Sarcofago_SS._Nabore_e_Felice,_sec._VI-VII-_Foto_Giovanni_Dall'Orto_-_25-Apr-2007.jpg

Sarcophage (VIe-VIIe siècle) des saints Nabor et Félix, Materne (l’évêque qui transféra de Lodi à Milan les corps des martyrs) et Valérie, dans la basilique Saint-Ambroise de Milan.

Enregistrer

Commentaires

  • Je crois qu'il serait plus juste de parler de la Maurétanie au lien de Mauritanie. La Maurétanie était un ancien royaume client et allié de Rome, devenu province de l'Empire romain. A l'époque des saints Nabor et Felix, cette province romaine recouvrait le Nord-Ouest de ce qui est actuellement le Maroc et l'Algérie.
    Le nom de l'actuelle Mauritanie vient de là, même si son emplacement géographique est complètement différent.

  • cette confusion a permis à l'illustre Mgr Gaillot de commettre une erreur réjouissante : apprenant qu'il était déplacé sur un siège de Maurétanie, il a, le soir même, publié une longue plainte dans laquelle il se plaignait d'être envoyé dans les sables du désert
    son nouveau diocèse de Parthenia, en Maurétanie, se trouve en réalité dans la partie la plus pluvieuse de l'Algérie; tous les fidèles de ce diocèse faisant maintenant partie selon toute vraisemblance de l'Eglise triomphante, il pourra bénéficier de leurs prières

  • Exact. Merci. Je corrige.

Écrire un commentaire

Optionnel