Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les 7 Frères et les saintes Rufine et Seconde

L’alléluia de la messe de ce jour fut celui de la messe de divers duos ou groupes de saints, et de communs de plusieurs martyrs. Il est toujours celui de la fête de saints Jean et Paul et Côme et Damien.

Allelúia, allelúia. Hæc est vera fratérnitas, quæ vicit mundi crímina : Christum secuta est, ínclita tenens regna cæléstia. Allelúia.

Alléluia, Alléluia. Voici la vraie fraternité, qui a vaincu les crimes du monde : ils ont suivi le Christ et possèdent la gloire du Royaume céleste. Alléluia.

Il ne faut pas le confondre avec un répons qui commence de la même façon :

Haec est vera fraternitas quae numquam potuit violari certamine qui effuso sanguine secuti sunt dominum contemnentes aulam regiam pervenerunt ad regna caelestia.

Voici la vraie fraternité, qui jamais ne put être altérée au combat : et, en versant leur sang, ils se sont mis à la suite du Seigneur, en dédaignant la sphère royale, ils sont parvenus jusqu’au royaume céleste.

Cet alléluia est doublement de mise en ce jour, puisque la double fête célèbre sept frères, les fils de sainte Félicité, ainsi que les saintes Rufine et Seconde, qui étaient deux sœurs.

alleluia.jpeg

Par les moines de Solesmes :
podcast

Écrire un commentaire

Optionnel