Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Danemark résiste

Le 2 mai dernier, la Commission européenne a fait savoir que l'Autriche, le Danemark, l'Allemagne, la Suède (et la Norvège comme membre aussi de l’espace Schengen) étaient autorisés à prolonger les contrôles aux frontières pendant six mois supplémentaires, mais que ce serait la dernière fois.

En réponse à une question d’un député du parti du peuple danois, hier, le Premier ministre Lars Løkke Rasmussen a déclaré :

« Nous continuerons les contrôles aux frontières, à moins que l'UE ne trouve miraculeusement le moyen de reprendre le contrôle de ses frontières extérieures et que l'Italie freine le flux de réfugiés vers Europe. Il y a beaucoup beaucoup trop de gens venant d’Afrique en Europe via l’Italie pour que nous rouvrions les frontières. »

Et d’insister :

« Tant que les frontières de l’UE ne seront pas sous contrôle, nous devons maintenir nos propres contrôles. »

Et d’ajouter que son « propre pronostic » est que « ce n’est pas un scénario probable dans les six prochains mois ».

Rasmussen a ajouté :

« Personne dans mon entourage politique n'est en faveur de frontières ouvertes avec l’Afrique, c’est plutôt le contraire... Nous avons introduit des règles pour protéger le Danemark, avec grand succès. C'est pourquoi nous avons maintenant le plus petit nombre de demandeurs d'asile depuis huit ans. »

Commentaires

  • de quel droit la Commission donne-t-elle des ordres à la Norvège ?
    j'ignore comment elle a mis la main sur les accords de Schengen, à moins que ce ne soit pure usurpation de sa part, mais ces accords ont été signés par les administrations d'un certain nombre d'états qui ne sont pas tous membres de l'Union européenne, et en dehors de celle-ci, pour mutualiser le contrôle aux frontières qu'aucun d'entre eux n'a plus les moyens de faire; l'expérience prouve que cette solution a échoué

  • On continue de parler de "Schengen" par commodité, mais les accords de Schengen n'existent plus en tant que tels depuis qu'ils ont été intégrés dans le traité de l'UE (traité de Lisbonne).
    Et je suppose que, puisque c'est dans le traité européen, la Commission a autorité, sur ce point, sur la Norvège... qu'elle le veuille ou non.

Écrire un commentaire

Optionnel