Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Girls Council"

unnamed-7-14.jpg

Au début de la semaine a eu lieu la première réunion et conférence du "Conseil des filles" de la province de Qassim, en Arabie saoudite.

C’est bien indiqué derrière les 12 hommes qui sont à la tribune de part et d’autre du prince Faisal ben Mishal ben Saoud : « Qassam Girls Council ».

Il paraît qu’il y avait cependant des femmes, mais dans une pièce à part, reliée par vidéo…

Commentaires

  • Il n'y a pas plus misogynes que ces hommes. Ils se servent de leur religion afin d' écarter les femmes de tout pouvoir.
    Si seulement les européens voulaient bien comprendre...

  • Il serait plus exact de dire qu'ils servent leur religion en mettant les femmes à part...

    C'est leur "religion" qui détermine leurs attitudes et leurs actes !

  • Si cela ne tenait qu'à moi, Najat serait aussi dans une pièce à part.

  • Et une pièce à part au Maroc, pas en France.

  • Merkel sera aussi dans une piece a part quand les 200 mosquees en construction en Allemagne seront pierationnelles.

  • Sur ce plan-là, l'Église catholique ne peut pas vraiment leur faire la leçon. Quand l'Église parle des femmes, ce sont toujours des hommes qui en parlent, et même si certaines femmes sont consultées, elles demeurent en coulisse. C'est bien dommage.

  • Ah? Bon? Les Saintes Thérèse (Avila, Lisieux et Calcutta), sainte Jeanne de Chantal, etc (ici , liste de milliers de femmes filles de l'Eglise de tous les temps) sont des hommes? Elles n'appartiennent pas à l'Eglise? Elles n'ont pas eu d'autorité dans l'Eglise par leurs discours et écrits?
    Il n'y a qu'à regarder autour de vous, seule l'Eglise accorde à la femme une place et une dignité que les femmes non-catholiques envient. A moins que vous ne parliez du ministère ordonné? Dans ce cas vous vous adressez au Fondateur, Il vous expliquera pourquoi.

  • Dauphin, je ne veux pas faite de polémique ici. Je peux simplement dire qu'avant d'ëtre catholique, j'étais protestant. Je suis profondément reconnaissant d'être catholique pour bénéficier de tous les sacrements,... Mais pour ce qui concerne les relations hommes-femmes, les églises protestantes (je ne parle pas des églises évangéliques fondamentalistes) ont une vision que j'appréciais beaucoup et que je regrette. Quant au sacerdoce réservé seulement aux hommes, il ne sert à rien de me renvoyer à Saint Pierre, dont les écrits me dérangent profondément en ce qui concerne les femmes.. Et si vous voulez parler de Jésus-Christ comme fondateur, je ne vois qu'une chose : il a mis en valeur les femmes, les a faites premières missionnaires de la résurrection et a reproché vivement aux hommes de ne pas accueillir leur parole. Je ne vais pas argumenter la-dessus. C'est tout simplement un point qui me dérange énormément dans l'Église, Nos compagnes ont énormément à nous apporter. Et je crois que si elles avaient été accueillies dans le sacerdoce, il y a bien des situations qui auraient été évitées. Je ne précise pas ma pensée, car je ne désire absolument pas entrer dans une polémique. Je sais cependant ce que j'ai vécu de très positif dans les église protestante à ce niveau-là. Si je reste catholique, avec profonde conviction, c'est pour les sacrements et la doctrine. Mais pour ce qui est de la position de la femme, non, l'Église catholique n'a vraiment pas à donner de leçon, et, non, les protestants - et les protestantes, bien sür - n'envient pas les femmes catholiques sur cette question-là.

  • Ça m’a toujours amusé les gens qui affirment ne pas vouloir faire de polémique pour se lancer dans une violente polémique. Car ce que vous dîtes est une violente polémique contre l’Eglise catholique, et contre le Christ lui-même. Si vous êtes catholique vous croyez ce que dit l’Eglise, et vous savez donc que, conformément à la doctrine et à la pratique du Christ, le sacerdoce est réservé à des hommes, et vous savez pourquoi. Toutes les fonctions ne sont pas interchangeables. Par exemple, malgré l’idéologie du genre, je ne peux pas être enceinte.

  • @Markus
    Oui, vous m'avez compris, le Fondateur, c'est Jésus-Christ, le Fils de Dieu incarné et pas Pierre, Paul ou Jacques. L'origine divine de l'Eglise a toujours posé un problème aux protestants. Et comme vous dites Jésus a donné toute dignité à la femme, à la femme qui reste fidèle à sa vocation. Et l'Eglise a fait de même et comme dit si Bien Yves Daoudal, elle ne mélange pas les genres. L'Eglise obéit aux commandements de son Fondateur. Même sa Sainte Mère n'a pas été ordonnée prêtre, ni diacre et pourtant son rang est le plus éminent de tous. Elle a soutenu l'Eglise dans les premières années comme personne ne l'a fait et suivant la vocation et la mission que son Fils lui a confiée: médiatrice, co-rédemptrice . On est catholique à 100 % autrement, vous vous croyez catholique, sans l'être. Et je sais de quoi je parle, mes ancêtres étaient tous protestants.

  • @Dauphin
    Je vous ai partagé en toute simplicité mon opinion, par simple politesse puisque vous aviez fait une remarque à mon commentaire. Je n'ai pas soutenu mon opinion par des arguments, car je ne désire nullement entrer dans une polémique à ce sujet. C'est pourquoi je me permettrai de ne plus répondre sur cette question.

    P.S. : il semble qu'il faille préciser, du moins pour M. Daoudal, qu'une polémique est un débat d'idée, sur un mode virulent, et que j'ai justement souhaité ne pas débattre de cette question, mais simplement répondre à une remarque, par simple politesse. Mais bon, peut-être que le mot polémique n'a pas la même signification au Canada qu'en France....

  • Mais, amusez-vous, amusez-vous donc! Moi aussi, je m'amuse de votre réaction.

  • Markus,
    Je comprends ce que vous dites, et je veux d'abord vous dire l'estime que j'ai pour votre cheminement, grâce à Dieu. Je crois que le malentendu vient en partie de ce que nous ne parlons pas de la même chose. Y. Daoudal met en cause une hypocrisie des musulmans, qui parlent d'un Concile des femmes qui est concrètement un concile d'hommes. Ce qui choque n'est pas le fait (chacun a les règles qu'il veut), mais l'hypocrisie.
    Vous, vous faites part d'une appréciation personnelle concernant le mode de fonctionnement de certaines communautés protestantes et la pratique de l'Eglise. Or, celle-ci ne peut honnêtement être taxée d'hypocrisie, dans la mesure où elle assume ses positions. A ce sujet, notez la nuance qui existerait entre un "Concile des femmes" et un "Concile sur les femmes". Ensuite, non, les femmes ne restent pas en coulisse. J'ignore la situation du Canada, mais c'est un fait qu'en France les femmes ont tout leur rôle dans la vie paroissiale, et il y a peu de choses qu'un laïc homme fasse qui soit refusé à une femme. Lisez pour vous en convaincre le dernier best-seller catho, Mr le Curé fait sa crise.
    Au niveau des instances dirigeantes, oui les femmes sont moins représentées, car les postes sont beaucoup tenus par des clercs. Mais aux divers synodes, il y a des femmes qui prennent la parole, et non en coulisse, je pense que là-dessus vous manquez simplement d'informations.
    Prenant acte de votre désir de ne pas polémiquer, qui vous honore, je n'entre pas dans les considérations sur le sacerdoce. Permettez toutefois de dire que l'Eglise ne cherche pas à "faire la leçon" sur ce sujet: les relations hommes-femmes ne font pas partie du kérygme, et les "règles" d'une communauté religieuse ne se comprennent bien que "de l'intérieur", avec le regard de la foi (ou des croyances de chacune): l'Eglise serait bien maladroite de chapîtrer les autres sur ce genre de question. Mais où l'a-t-elle fait?
    Amicalement,
    Eric

  • Le fait qui de lui-même règle la question est que les protestants n'ont pas le sacerdoce, donc il est impossible de comparer l'Eglise catholique et les dénominations protestantes de ce point de vue.

Écrire un commentaire

Optionnel