Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les pharmaciens anglais

Le Conseil général pharmaceutique de Grande-Bretagne vient de décréter que la clause de conscience dont bénéficiaient les pharmaciens est « incompatible » avec les « soins centrés sur la personne ». Désormais les pharmaciens britanniques ne pourront donc plus refuser de vendre des produits contraceptifs et abortifs.

Les évêques catholiques ont réagi :

« Le Conseil laisse entendre que l'objection de conscience, qu'elle soit motivée par des préoccupations religieuses ou autres, est un obstacle à la garantie de soins centrés sur le patient. Il semble suggérer qu’avoir une conscience morale et prodiguer des soins centrés sur le patient sont des facettes incompatibles de la profession d'un pharmacien. Cependant, nous soutenons que le fait d'être une personne de conscience est en fait une exigence de tout professionnel de la santé. »

En France les pharmaciens n’ont pas de clause de conscience (la tentative d’en instaurer une, l’an dernier, a tourné court) pour la même fausse raison que le patient a droit à des soins centrés sur sa personne : les contraceptifs et abortifs sont des « médicaments ». Alors qu’il n’y a ni « patient », ni « soins ». Mais la culture de mort impose l’idée que l’avortement est un « soin » dont toute femme a le droit de bénéficier…

Commentaires

  • Cette culture de la mort se retrouve avec l'Union Européenne et l'ONU. Il est étonnant de voir que malgré le brexit, elle continue à être imposée.

    En France, il faut savoir que quelque soit le candidat (à part Asselineau), au mois de mai, le président élu devra se plier aux directives de la commission européenne du 18 mai 2016. C'est à dire qu'il devra augmenter la TVA, abaisser l'impôt sur les sociétés, démanteler le droit du Travail et de toutes les professions réglementées (avocat, notaire, médecin, pharmacien, expert-comptable, huissier etc....), baisser le salaire minimum ainsi que les prestations chômage,.. Ce qui est surprenant, cette ubérisation de la societé, aucun média n'en parle.

  • Les media sont sous leur controle et entierement a leur service. C'est leur tamis ideologique.

Écrire un commentaire

Optionnel