14 février 2014

Un symposium de langue (liturgique) de buis

Du 18 au 20 février se déroulera à l’université du Latran un symposium "Sacrosanctum Concilium. Gratitude et engagement pour un grand mouvement de communion ecclésiale".

Le cardinal Antonio Cañizares Llovera, préfet de la congrégation pour le culte divin, s’est livré à la rituelle envolée de langue de buis sur le sujet : la constitution "Sacrosanctum Concilium" a soutenu « le grand et authentique renouveau liturgique de notre temps » ; le symposium permettra donc de « rendre grâce à Dieu » pour la « grande portée » de ce fruit du Concile, exprimée par « le renouveau de l’Eglise et de l’humanité qui a suivi » mais aussi pour le « dynamisme rénovateur de l’Eglise qui continue à en jaillir ». Etc.

Ce qui me fascine toujours est qu’on puisse affirmer ces contre-vérités avec la vérité du désastre sous les yeux…

On notera aussi le propos du recteur de l’université du Latran, Mgr Enrico dal Covolo, qui conclut l’article de Zenit : ces travaux devront conduire à « resserrer le lien intrinsèque entre la célébration liturgique et la mission d’évangélisation et de témoignage de l’Eglise, jusqu’aux périphéries les plus lointaines ». Eh oui, tout ce qui se fait au Vatican doit désormais avoir l’estampille “périphéries”. C’est du moins une façon facile de repérer les courtisans.

On notera aussi un sinistre gag. Alors que, en violation du texte même de Sacrosanctum Concilum (n.116), la liturgie grégorienne non seulement n’a plus « la première place » mais a été jetée aux poubelles de l’histoire et remplacée par des musiquettes dont même les supermarchés ne voudraient pas, le symposium organise un concert « Voix de l’Orient chrétien » pour mettre en relief « la beauté offerte par l’art au service de la liturgie »…

Si vous voulez de la beauté, allez chez les « orthodoxes », comme disait en substance le pape au retour de son happening « jeunes » de Rio.

Commentaires

Et pour être sûr que nous allions bien chez les orthodoxes, ils persécutent et massacrent la liturgie tridentine, belle et sobre (cf les Franciscains de l'Immaculée, ne pas les oublier ni les laisser tomber).
Je connais des catholiques qui après Vatican 2 ont rejoint les orthodoxes. Et ils sont très agressifs envers l'Eglise catholique (ou ce qu'il en reste).

Écrit par : Dauphin | 14 février 2014

Répondre à ce commentaire

Faire vivre une paroisse avec organiste, chorale etc. n'est décidemment plus possible, alors. A Dieppe, le piège s'est semble t-il refermé (sauf plus ample informé), on a changé de curé, il ne sait pas dire ni chanter la Sainte Messe traditionnelle.Que devient le groupe Motu Proprio ?
Eh oui, un peu partout des autels tristes et sans nappe...mais souvent une sorte d'icône orthodoxe puisqu'eux sont restés religieux et n'ont pas perdu le sens du sacré. Mais ça ne suffit pas ! Tout retour à la Tradition impliquant de pointer du doigt le Concile, c'est l'impasse, même dans un beau décor, les catholiques ont perdu la foi avec ses symboles.
Imagine t-on un Padre Pio stigmatisé ou un curé d'Ars dire la nouvelle et triste messe ?

Écrit par : Louis | 14 février 2014

Répondre à ce commentaire

Il n'est pas nécessaire d'aller chez les orthodoxes schismatiques mais on peut rester en France tout en demeurant un authentique catholique de la Tradition au sein de fraternités.

Écrit par : amédée | 14 février 2014

Répondre à ce commentaire

encore faut-t'il en trouver!!!Quand on est âgé et loin d'une chapelle tradi---ou d'un monastère orthodoxe---on prie dans son coin et on porte sa croix!!

Écrit par : Franç.poulain saivat | 16 février 2014

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.