12 février 2014

Le 11 février apocalyptique

Dans un article de la Nuova Bussola traduit par Benoît et moi, Massimo Introvigne revient sur la renonciation de Benoît XVI, « l'un des événements les plus bouleversants de l'histoire de l'Eglise ». Après avoir souligné que l’on doit accepter l’explication donnée par le pape, il ajoute :

D'autre part, le geste était objectivement - et je crois même qu'il voulait l'être - techniquement «apocalyptique»: un mot qui ne se réfère pas à la manie de prévoir des dates pour la fin du monde, certes étrangère à Benoît XVI, mais à une «révélation», à un choc positif destiné à mettre les catholiques du monde entier en face d'une réalité dramatique du temps présent, à un long Vendredi saint de l'Église attaqué par des ennemis internes et externes.

En ce sens, à la lumière de la renonciation au ministère pétrinien, nous pouvons relire les fréquentes références à Benoît XVI à Fatima, aux prophéties sur la crise qui allait frapper le sacerdoce, et à la bonne doctrine de sainte Hildegarde de Bingen (1098-1179), par lui proclamée Docteur de l'Eglise, et aussi au caractère ultime et vraiment «apocalyptique» du défi de l'idéologie du gender, définie comme le plus grand danger pour l'Eglise et l'humanité lors du dernier discours de Noël à la Curie romaine, le 21 décembre 2012.

Commentaires

Pourquoi Hildegarde?

Écrit par : Métonyme | 13 février 2014

Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas !

Mais ça m'incite de nouveau à lire l'oeuvre de sainte Hildegarde, que je n'ai pas encore lue...

Écrit par : Yves Daoudal | 13 février 2014

Bien que l'idéologie du gender soit vraiment pernicieuse, il ne faut pas croire qu'elle réussisse si bien que cela.

En 1920 tout un kibboutz d'enfants ont été élevés garçons et filles selon cette idéologie. Vers leur 12 ans, les filles ont réclamé des toilettes à part, puis des dortoirs. Cependant l'éducation gender s'est poursuivie.

Le résultat finalement montra que les filles prirent des métiers classés "féminins" (santé, couture, etc) et les garçons des métiers "masculins" (agriculteurs, etc.)

La fameuse théorie n'avait pas du tout abouti malgré les moyens mis en oeuvre.

Écrit par : Jean Theis | 13 février 2014

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.