Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Mésopotamie syrienne à l'agonie

A Hassakè, chef-lieu de la Mésopotamie syrienne, la population souffre du froid, ne dispose pas de carburant, l’eau manque et l’électricité n’est distribuée qu’une heure par jour. La population vit dans la terreur que font régner les bandes de rebelles et des bandes de brigands. Particulièrement les quelque 25.000 chrétiens – syro-orthodoxes, syro-catholiques, chaldéens et arméniens – massés dans la ville, dont nombre d’évacués des zones environnantes, qui lancent une alarme pour leur survie, par le biais d’un certain nombre de messages parvenus à l’agence Fides.

Lien permanent Catégories : Dans le monde 2 commentaires

Commentaires

  • Tant que les Chrétiens d'Orient n'auront pas un Etat pour les défendre, tant qu'il qu'il n'y aura pas l'équivalent nationaliste chrétien du sionisme, c'est à dire une idéologie prônant un Etat pour les Chrétiens comme le sionisme est une idéologie affirmant la nécessité d'un Etat juif, les Chrétiens d'Orient seront des cibles qui devront donner des gages pour survivre et finalement disparaîtront. Un Etat chrétien de Mésopotamie ou de Phénicie, outre qu'il porterait un beau nom, est une nécessité. Il faut encourager ces Chrétiens à se battre et non à fuir en Occident comme ils le font, laissant ainsi la place à l'Islam. Certes c'est facile à dire en Europe mais c'est la vérité.

  • Comment voulez-vous que les gens d'Hassaké, mourant de faim et de froid, dont les garçons nés entre 1990 et 1992 sont abattus froidement, se battent ? C'est facile à dire d'ici, bien nourris et au chaud, et où ou peut acheter des armes comme on veut dans certains quartiers.

Écrire un commentaire

Optionnel