Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le crucifix du Parlement

sejm.jpg

Le tribunal administratif de Varsovie a rejeté la demande des élus du mouvement anticlérical Palikot de faire enlever le crucifix de l’hémicycle du Parlement polonais.

Selon eux, les croix placées dans des lieux publics violent la Constitution et la liberté de conscience et de religion, et cette croix influencerait les décisions prises au Parlement.

Le tribunal a répondu que le symbole religieux n’est « pas une atteinte aux droits personnels » et ne peut pas être « source de préjudice ».

Lien permanent Catégories : Dans le monde, Religion 5 commentaires

Commentaires

  • si un "morceau de bois" influence des non croyants dans le Christ, où va-t-on? Et si l'absence de Croix influençait aussi?!

  • C'est l'évidence même. La liberté et l'égalité des êtres humains et la laïcité permettent ces emblèmes religieux et personne ne peut s'y opposer licitement surtout au nom de principes absurdes (la minorité peut imposer ses idées à la majorité parce que la minorité est athée !). Laïcité, liberté ! Liberté ! Liberté !

  • Ça fait tout drôle de voir qu'il y a encore des états de droit (et de bon sens) en Europe.

  • La photo montre la croix a-dessus d'une issue de la salle. Donc dans le dos des élus. Si à cette place , on redoute qu'elle " influence[rait] les décisions prises au Parlement", c'est qu'on reconnaît à la Croix un pouvoir bien plus important qu'on ne veut l'admettre.

  • Non. Elle est dans le dos du bureau de l'Assemblée. On aperçoit des députés tout en bas de la photo dans les coins droit et gauche.

Écrire un commentaire

Optionnel