Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Crudelis Herodes

Le « temps après l’Epiphanie » (inventé en 1960 après la suppression de l’octave de l’Epiphanie) garde les hymnes de la fête, dont celle-ci, qui évoque les trois mystères de ce temps. Par le groupe grégorien et la manécanterie de la cathédrale de Rennes.


podcast

Crudélis Heródes, Deum
Regem veníre quid times ?
Non éripit mortália,
Qui regna dat cæléstia.

Hérode, roi cruel, pourquoi crains-tu
L'arrivée d'un Dieu qui vient régner ?
Il ne ravit pas les sceptres mortels,
Lui qui donne les royaumes célestes.

Ibant Magi, quam víderant,
Stellam sequéntes prǽviam :
Lumen requírunt lúmine :
Deum faténtur múnere.

Les Mages s'avançaient, suivant l'étoile
Qu'ils avaient vue et qui marchait, devant eux :
La lumière les conduit à la Lumière ;
Leurs présents proclament un Dieu.

Lavácra puri gúrgitis
Cæléstis Agnus áttigit :
Peccáta, quæ non détulit,
Nos abluéndo sústulit.

Le céleste Agneau a touché l'onde
Du lavoir de pureté ;
Dans un bain mystique, il lave en nous
Des péchés qu'il n'a point commis.

Novum genus poténtiæ :
Aquæ rubéscunt hýdriæ,
Vinúmque jussa fúndere,
Mutávit unda oríginem.

Nouveau prodige de puissance !
L'eau rougit dans les urnes de pierre.
Jésus ordonne de verser ;
L'eau coule et c'est du vin.

Jesu tibi sit glória,
Qui apparuísti Géntibus,
Cum Patre, et almo Spíritu,
In sempitérna sǽcula. Amen.

O Jésus, à vous soit la gloire,
Vous qui vous fîtes voir aux Gentils,
Avec le Père et le Saint Esprit,
Dans les siècles sempiternels.
Ainsi soit-il.

Écrire un commentaire

Optionnel