Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Oui au libre choix des parents"

Lu sur Perspective catholique, par Eric Bertinat

L’UDC-Genève a lancé une nouvelle initiative qui mérite l’attention des catholiques. Alors que la plupart des femmes travaillent, la garde des enfants avant l’école obligatoire (dès 16 semaines) est devenue très problématique pour les parents. Les places de crèches sont insuffisantes et très coûteuses pour les familles, encore plus pour les finances publiques. Politiquement, le dossier des crèches ressemblent de plus en plus à une confiscation de l’enfance et du rôle irremplaçable de la famille par la gauche. Un gros dossier qui pourrait trouver une solution grâce à l’initiative de l’UDC-Genève.

Elle propose de rétribuer les mères – ou les pères – qui renonceraient à leur emploi pour «rester à la maison» à hauteur de 30’000 francs par année, quel que soit le nombre d’enfants pris en charge. Pourquoi cette somme plus qu’attractive ? Le coût d'une place de crèche varie selon les communes, mais s’agissant de la Ville de Genève (crèches collectives) celui-ci oscille entre 33’700 F et 52’800 F, avec une subvention moyenne d’environ 30’000 F.

Voilà de quoi faire réfléchir les parents et offrir à une partie de la société genevoise un retour à l’éducation familiale traditionnelle en lieu et place à celle étatique. Inutile de dire que cette proposition révulse la gauche, une éducation ne saurait être que basée sur un modèle bien rôdé, étatique, laïc et rejetant toute identité, y compris sexuelle.

L’occasion pour Perspective catholique de rappeler que la femme au foyer, bien plus que le père, contribue au bonheur du foyer. C’est la mission qui lui est imposée par la nature et par son union avec l’homme, pour le bien même de la société.

(…)

Commentaires

  • Que du bon sens, mais les gauchards qui gouvernent le monde ne vont pas laisser échapper leur main-mise sur les enfants.

  • Oui. Je n'avais pas d'enfant en bas âge à l'époque de la grosse farce covidienne. Ma cadette était en terminale. J'ai écrit à la proviseuse (C'est joli, "proviseuse") de son établissement (le fameux lycée Ampère où, selon Théofrède, les professeurs de gymnastiques étaient déjà pédés à la fin des années 50) pour lui rappeler qu'un élagueur du jardin de Rudolf Höss à Auschwitz avait été condamné fin 2021, alors qu'il venait de fêter ses 95 ans, à la prison à perpétuité pour avoir coupé, à l'âge de 17 ans, en 1943, une branche d'arbre à côté du camp où se sont perpétrées les pires atrocités anti-humaines de toute l'histoire de l'humanité. Bien fait pour sa sa gueule de nazi !
    J'ai dit à la proviseuse : ni tests, ni vaccin, ni quoi que ce soit sans mon autorisation expresse et signée. Et puis j'ai ajouté : Faites attention à ceux de vos profs qui s'excitent à faire remonter le masque aux gamins qui le porteraient sous le nez. Il y aura des procès Eichmann !
    On a fichu la paix à ma fille.

  • Effectivement je ne connais pas Genève mais en France les fonctionnaires des CAF expliquent que la crèche est préférable à la nourrice...

Écrire un commentaire

Optionnel