Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Libération lâche Ursule

Lu sur RT France :

Le quotidien Libération a révélé le 22 septembre une affaire embarrassante pour Ursula von der Leyen. Celle-ci aurait en effet bloqué, depuis le mois d'août, l’exportation d’engrais agricoles russes en dépit de l'accord âprement négocié entre Moscou et Kiev et signé à Istanbul en juillet 2022.

Comme le rappelle le journal, le président russe Vladimir Poutine a accusé l'Union européenne (UE) le 16 septembre, à l'occasion du sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai, de bloquer ses exportations d'engrais, et de contribuer ainsi à mettre en péril, malgré «sa rhétorique pour éradiquer la faim dans le monde», l'approvisionnement des pays pauvres et la sécurité alimentaire mondiale. Les Européens ont alors multiplié les démentis, y voyant une tentative du Kremlin pour faire croire que les sanctions européennes étaient responsables de la crise alimentaire.

Or, relève Libération – peu suspect de complaisance à l'égard de Vladimir Poutine – les affirmations du président russe étaient tout à fait justes, puisque la Commission européenne aurait bel et bien édicté une interdiction de tout achat, transport et transit des engrais russes, qu'elle n'aurait levé, «en catastrophe et très discrètement» que le 19 septembre.

Cette violation d'un accord international est intervenue au cœur de l'été, après le septième paquet de sanctions adopté par l'UE à l'encontre de Moscou, encadré par un texte européen très clair indiquant qu'aucune des sanctions ne devait viser «de quelque manière que ce soit, les échanges de produits agricoles et alimentaires, dont le blé et les engrais, entre des pays tiers et la Russie». Or, la Commission a ensuite publié, le 10 août, des «lignes directrices» afin de lister les produits visés par lesdites sanctions, mais sans mentionner de dérogation pour les engrais, un point également confirmé par le magazine économique Forbes. Avec pour conséquence directe le blocage des navires transportant des engrais transitant dans les ports européens, et un refus des assureurs, inquiets de s'exposer, de couvrir ces cargaisons.

L'initiative de la Commission européenne a déclenché une tempête de protestations, à la fois au sein de l'UE et au niveau international. D'après Libération, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a ainsi immédiatement demandé des explications à Ursula von der Leyen, dont les services ont confirmé que les engrais étaient frappés par l’embargo. Selon un fonctionnaire européen contacté par le journal, il aurait pu s'agir d'une «erreur» des services de la Commission, mais la décision a été assumée par Ursula von der Leyen, en faisant «un choix politique». La Commission a ensuite modifié le 19 septembre ses «lignes directrices» du 10 août sous pression des Etats membres, mais a invoqué un «malentendu». Dans le même temps, elle a décidé que le ciment, le bois et le charbon russes – visés par l’embargo – pourraient être exportés vers les pays tiers, ajoutant encore à la confusion et ne fournissant aucune explication à ces exemptions.

Toujours selon Libération, cet imbroglio a suscité un vif mécontentement dans les capitales européennes, à tel point que les ministres des Affaires étrangères se sont réunis en urgence à New York en marge de l’Assemblée générale de l’ONU le 19 septembre, pour demander des comptes. En vain, puisque le commissaire européen chargé de la gestion des crises Janez Lenarcic, tout comme le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell n'étaient au courant de rien. Ces deux responsables auraient été «totalement tenus à l’écart», dans la mesure où le dossier ukrainien est directement géré par Ursula von der Leyen et son chef de cabinet, Bjoern Seibert, que le quotidien qualifie de «véritable vice-roi de la Commission».

«L’affaire est tellement grave qu’elle est même remontée aux chefs d’Etat et de gouvernement», complète le journal, qui rapporte que la secrétaire générale de la Commission Ilze Juhansone a fini par présenter ses excuses aux ambassadeurs des Etats membres le 21 septembre pour ce fiasco diplomatique.

Si la Commission s'est engagée à «réexaminer» ses lignes directrices, c'est une véritable «défiance qui s’installe entre les Vingt-sept et [Ursula] von der Leyen», décrypte Libération. Le quotidien énumère d'ailleurs plusieurs dossiers dans lesquels la présidente de la Commission a fait preuve d'amateurisme, dont le blocus de l'enclave russe de Kaliningrad, décidé «sur pression de quelques Etats dont la Pologne» avant d'être abandonné face à la montée des tensions avec Moscou.

Commentaires

  • Cette Ursule est une véritable luciférienne qui se croit exemptée de rendre des comptes à quiconque. Le tollé (apparent) va accoucher d'une souris. Ursule fait ce qu'on lui demande de faire.

Écrire un commentaire

Optionnel