Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Barthélémy

L’hymne des matines des apôtres, et son adaptation en alexandrins dans le Breviarium Benedictinum latin-français de 1725, donc a priori de Lemaitre de Sacy.

Æterna Christi munera,
Apostolorum gloriam,
Laudes canentes debitas
Lætis canamus mentibus.

Chantons les dons de Dieu, chantons en ce grand jour
Des apôtres du Christ la gloire et les louanges ;
Que transportés de joie, à l’exemple des anges,
Pour eux dans nos concerts éclate notre amour.

Ecclesiarum principes,
Belli triumphales duces,
Cælestis aulæ milites,
Et vera mundi lumina.

Vrais princes de l’Eglise, dignes chefs pour la foi,
Ils vont, sans craindre rien, désabuser le monde ;
Ils portent la lumière, et Dieu qui les seconde,
Les fait vaincre partout, soumet tout à sa loi.

Devota sanctorum fides,
Invicta spes credentium,
Perfecta Christi caritas
Mundi triumphat principem.

La foi les soutient seule en leurs travaux divers ;
L’espérance est leur vie et console leur âme ;
L’ardente charité dont Jésus les enflamme
Renverse devant eux tout l’effort des enfers.

In his Paterna gloria,
In his voluntas Spiritus,
Exsultat in his Filius,
Cælum repletur gaudio.

Dans eux, et dans la foi qui s’accroît sous leurs pas,
Triomphent à la fois et le Père adorable,
Et le Fils tout-puissant, et l’Esprit ineffable :
Tout le Ciel à l’envi chante leurs saints combats.

Te nunc, Redemptor, quæsumus,
Ut ipsorum consortio,
Jungas precantes servulos,
In sempiterna sæcula. Amen.

Toi, de tout l’univers la paix et le salut,
O Christ, en leur faveur écoute nos prières,
Fais-nous prendre à jamais, touchés de tes lumières,
Leur exemple pour guide, et leur bonheur pour but.
Ainsi soit-il.

La première strophe chantée par les Carmes de Londres en 1965 (en prélude au Kyrie de la messe Æterna Christi munera de Palestrina).


podcast

La première et la troisième strophes dans la version polyphonique de Jacek Rózycki (fin du XVIIe siècle).

Écrire un commentaire

Optionnel