Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nos Caesar en Russie

Depuis une dizaine de jours circule la rumeur selon laquelle deux canons Caesar que nous avons gracieusement fournis à l’Ukraine (au bas mot 5 millions d’euros chaque) sont aujourd’hui aux mains des Russes. Ces derniers jours, la rumeur a ajouté que les deux canons n’avaient pas été saisis par l’armée russe, mais vendus par des Ukrainiens, pour… 120.000 dollars.

C’est ce qu’on pouvait lire dès le 29 juin sur Donbass Insider.

Aujourd’hui l’information est confirmée dans un article du site ukrainien TT-Info :

Un groupe de militaires ukrainiens a vendu des supports d'artillerie automoteurs français CAESAR pour 120.000 dollars l'unité, le coût réel d'un obusier étant d'environ 7 millions de dollars. Ceci est rapporté par la publication "Bulgarian Military" en référence à ses sources au commandement des Forces armées françaises et à Interpol.

« La nouvelle des armes capturées ne surprendrait personne pendant les combats. Nous avons été témoins de la saisie par les militaires de divers systèmes d'armes ennemis. Mais les mêmes sources françaises "non identifiées" affirment que deux obusiers automoteurs CAESAR ont été vendus par des Ukrainiens via un intermédiaire. Le prix, qui est discuté dans des cercles fermés, est de 120.000 dollars pièce », rapporte la publication. Des sources de la publication affirment que des installations d'artillerie automotrices ont été vendues avec l'aide d'un intermédiaire, dit revendeur militaire.

"Des militaires ukrainiens corrompus sont impliqués dans le commerce illégal d'armes afin de maximiser leurs profits, et cela ne s'applique pas seulement à cette affaire d'obusiers", écrit le journal. Des sources de la publication affirment qu'Interpol est au courant de la vente illégale d'armes par des Ukrainiens. Le secrétaire général d'Interpol, Jurgen Stock, a déjà fait part de ses craintes que les armes occidentales fournies à l'Ukraine ne tombent entre les mains d'organisations criminelles.

« En fait, même les agences de renseignement américaines ne savent pas où vont les armes fournies à l'Ukraine. Le commerce des armes se déroule avec la complicité tacite des gouvernements occidentaux, qui fournissent inconsidérément une aide militaire à l'Ukraine et ne vérifient pas exactement comment leurs armes sont finalement utilisées.

Pour le moment, les canons automoteurs français se trouvent à Uralvagonzavod, ce qui, selon des analystes militaires bulgares, indique l'intention de la Fédération de Russie « de les démonter et d'étudier les technologies en détail ». « Le système de guidage et de coordination des tirs du canon automoteur CAESAR intéresse réellement les ingénieurs militaires russes. Ils doivent être étudiés en détail, analysés et, très probablement, copiés. En conséquence, les forces armées russes peuvent même utiliser des analogues de CAESAR contre les forces ukrainiennes », expliquent les auteurs du document.

Auparavant, il a été signalé que le Bureau de la sécurité économique de l'Ukraine avait découvert des faits de vente d'aide militaire et humanitaire en provenance de l'Occident.

Commentaires

  • Je suis assez sidéré de constater combien Castelnau est bien renseigné. Il n'est même plus avocat! Et c'est pourtant le premier en France à sortir cette information.

  • Nexter met 18 mois à fabriquer un caesar 155 mm. Macron en a fait livrer 18 à Zelensky-la-pute sur les stocks de l'armée (76) qui n'en a pas commandé d'autres pour les remplacer. Car la version modernisée commandée à 33 exemplaires arrivera en 2026 (4 ans) Comme d'habitude, les dictateurs en la France se mettent en slip et cela ne leur portera pas bonheur.

  • L'Ukraine , ce sont mensuellement 5 milliards de dollars en numéraire , armes et munitions , dont les 2/3 sont aussitôt transférés sur des comptes offshore : https://reseauinternational.net/envoyes-a-une-mort-certaine-pourquoi-un-nombre-croissant-de-soldats-ukrainiens-refusent-de-se-battre/

Écrire un commentaire

Optionnel