Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Immonde Irlandais

shutterstock-1361995796_1655189177.jpgSuite au massacre d’Owo au Nigeria, où au moins 50 fidèles ont été tués dans l’église le jour de la Pentecôte, le président irlandais Michael D Higgins a condamné l’attaque et présenté ses condoléances, mais en mettant en garde aussitôt contre « toute tentative de faire des bergers (peuls) un bouc émissaire, car ils sont parmi les premières victimes des conséquences du changement climatique ».

bishopjude_1654840310.jpgL’évêque du diocèse, Mgr Mgr Jude Ayodeji Arogundade, a fermement répondu. Il a qualifié d'« incorrecte et invraisemblable » l'attribution d'un rôle au changement climatique dans le massacre d'Owo et a déclaré que « toute allusion à une forme de politique de changement climatique dans notre situation est totalement inappropriée ». Il a appelé « ceux qui cherchent à profiter de cet événement horrible pour faire avancer toute forme d'agenda idéologique, à renoncer à un tel opportunisme ». Et encore : « Les commentaires associant le banditisme, les enlèvements et les attaques macabres contre des citoyens innocents aux questions de changement climatique sont des détournements de la vérité. »

Les condoléances irlandaises associées à l’alibi climatique généreusement accordé aux assassins musulmans vient de ce que l’église a été construite par des missionnaires irlandais et que les deux premiers évêques du diocèse d’Ondo étaient irlandais.

On ne sait toujours pas qui étaient les assaillants de la Pentecôte. Si l’on a d’abord pensé aux Peuls, les autorités accusent désormais la province d'Afrique de l'Ouest de l'État islamique (ISWAP, issue d'une scission de Boko Haram).

Écrire un commentaire

Optionnel