Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint Augustin de Cantorbéry

C’est seulement en 1882 que la fête du grand évangélisateur de l’Angleterre, envoyé par saint Grégoire le Grand, fut inscrite au calendrier romain, par Léon XIII, « comme un cri d’immense amour et un tendre appel de l’Église Mère à cette glorieuse île Britannique jadis si féconde en saints », dit le cardinal Schuster. Léon XIII avait fait cardinal John Henry Newman dès le début de son pontificat, en 1896 il affirmera dans Apostolicae curae que les ordinations faites selon le rite anglican « ont été et sont absolument nulles et sans valeur », et en 1899 il nommera le grand moine anglais et premier historien de l’Angleterre Bède le Vénérable docteur de l’Eglise et fixera sa fête le 27 mai, veille de celle du premier évêque de Cantorbéry.

Les oraisons de la messe ont été composées à cette époque, et c’est pourquoi elles font allusion au schisme anglican et à l’appel au retour à l’unité catholique et à la vérité eucharistique.

Collecte

Deus, qui Anglórum gentes, prædicatióne et miráculis beáti Augustíni Confessóris tui atque Pontíficis, veræ fídei luce illustráre dignátus es : concéde ; ut, ipso interveniénte, errántium corda ad veritátis tuæ rédeant unitátem, et nos in tua simus voluntáte concórdes.

O Dieu, qui, par la prédication et les miracles du bienheureux Augustin, votre Confesseur et Pontife, avez daigné éclairer de la lumière de la vraie foi la nation anglaise, faites que, par son intercession, les cœurs égarés reviennent à l’unité de votre vérité, et que nous soyons tous unis de cœur en votre volonté.

Secrète

Sacrifícium tibi offérimus, Dómine, in sollemnitáte beáti Augustíni Pontíficis et Confessóris tui, humíliter deprecántes : ut oves, quæ periérunt, ad unum ovile revérsæ, hoc salutári pábulo nutriántur.

Nous vous offrons ce sacrifice, Seigneur, en la solennité du bienheureux Augustin votre Pontife et Confesseur, en vous priant humblement : que les brebis qui se sont perdues, une fois revenues à l’unique bergerie, y soient nourries de cette nourriture salutaire.

Postcommunion

Hóstia salutári refécti : te, Dómine, súpplices exorámus ; ut eadem, beáti Augustíni interveniénte suffrágio, in omni loco nómini tuo júgiter immolétur.

Ranimés par cette hostie salutaire : nous vous supplions, Seigneur : qu’à l’appui de l’intercession du bienheureux Augustin, elle soit partout et sans cesse immolée à votre gloire.

Commentaires

  • Insondable mystère, Léon XIII a résisté à la manoeuvre des progressistes (abbé Portal, dom Lambert Beaudoin) qui voulaient obtenir la reconnaissance des ordinations invalides des Anglicans et a été d'une aveuglement dramatique en exigeant la ralliement des Catholiques français à la République maçonnique.

Écrire un commentaire

Optionnel