Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le "Joyeux Noël !" du tyran romain

François fait un cadeau de Noël aux fidèles de la liturgie immémoriale de l’Eglise latine : un grand coup de massue supplémentaire.

C’est sous la forme de réponses à des dubia. François ne répond pas aux vrais dubia, mais il fait répondre par le Gauleiter de la Congrégation pour le culte divin aux dubia manifestement élaborés (en tout cas pour plusieurs d’entre eux) par ses bureaux (ça fait plus "synodal" que le décret qui était annoncé par la rumeur).

En bref :

Tout prêtre voulant célébrer la messe traditionnelle, ordonné après la publication du motu proprio, devra demander à un évêque diocésain susceptible de l’admettre dans son diocèse de demander à Rome l’autorisation de célébrer cette messe.

Autrement dit il n’y aura plus de nouveaux prêtres célébrant la messe traditionnelle. Déjà il y a peu d’évêques bienveillants qui acceptent ces prêtres, mais si en plus l’évêque doit demander l’autorisation à Rome, il n’y en aura plus guère. D’autant que, sauf cas exceptionnel, la réponse sera négative, conformément à ce qui est martelé tout au long du document : le motu proprio Traditionis custodes a pour but de ramener les fidèles du rite antérieur à la seule vraie liturgie et à supprimer la célébration de ce rite qui est aboli.

Les prêtres qui ont encore le droit de célébrer la messe traditionnelle pour les groupes déjà constitués n’ont plus le droit de célébrer quelque autre sacrement selon la forme traditionnelle : ni baptême, ni confession, ni mariage, ni extrême-onction, et l’évêque lui-même ne pourra pas conférer de confirmations, sauf dans les rarissimes paroisses personnelles. (C’est ce qui venait d’être édicté pour le diocèse de Rome.)

Le reste consiste en un saupoudrage de pitoyables mesquineries. Lorsqu’il n’y a pas d’autre église pour accueillir le groupe des pestiférés que l’église paroissiale, la feuille paroissiale ne doit pas indiquer l’horaire de la messe traditionnelle puisqu’elle est strictement réservée au groupe qui y assiste. Un prêtre qui dit la messe de Paul VI ne peut pas dire le même jour une messe traditionnelle, puisque les pestiférés peuvent assister à la messe de Paul VI qui est la seule vraie. L’autorisation donnée par un évêque à un prêtre ne vaut que sur le territoire de son diocèse…

La dictature se resserre donc tant sur le plan religieux que sur le plan civil. Si François arrive à ses fins l’Eglise dite latine n’aura plus de liturgie dans quelques décennies. Mais elle n’aura (logiquement) plus rien du tout. C’est la doctrine de la table rase, telle qu’elle vient d’être exprimée par le prédicateur pontifical Cantalamessa (ancien talentueux perroquet de Benoît XVI, devenu perroquet hystérique de François) dans son troisième "enseignement de l'Avent" :

« Nous devons tout faire » pour que l'Église ne devienne pas un «château compliqué et encombré » qui empêche le message du Christ d'en « sortir libre et joyeux ». Nous savons « quels sont les murs de séparation » qui peuvent retenir le messager. « Il s'agit tout d'abord des murs qui séparent les différentes Églises chrétiennes les unes des autres, puis de l'excès de bureaucratie, des vestiges d’un cérémonial devenu insignifiant : des oripeaux, des lois et des controverses passées, qui ne sont plus que des débris ». Mais inévitablement, « le moment arrive où l'on se rend compte que toutes ces adaptations ne répondent plus aux besoins actuels, voire qu'elles constituent un obstacle ». C'est pourquoi, a déclaré le cardinal, « nous devons avoir le courage de les abattre et de ramener l'édifice à la simplicité et à la linéarité de ses origines, en vue d’un nouvel usage ».

On va donc sans doute raser le Vatican. Mais c'est ce que s’acharnent à faire spirituellement les apôtres de « l’esprit du concile » depuis plus de 50 ans.

*

P.S. Je pense aux bisounours à œillères papolâtres qui affirmaient que la suppression de la commission Ecclesia Dei n'avait aucune importance...

Commentaires

  • Le plus étrange c est le côté incroyablement bureaucratique de cet oukaze...au moment où l on parle d Église synodale !

  • +1

  • Les Catholiques ont-ils la mémoire courte ?

    Qu'avait fait "saint" Paul VI en son temps, si ce n'est abolir le rite latin du jour au lendemain ?

  • Mon père a travaillé en Irak en 1975 et quand mes parents appelaient les leurs, ce qu'ils faisaient une fois tous les deux mois à peu près, il fallait attendre trente minutes pour obtenir la communication. Il y avait une autre manière de communiquer, de s'informer et de réagir à l'information, information qui était déjà étouffée par la propagande. La propagande était moins agressive, l'information moins censurée, et tout était adouci, assoupli par une certaine lenteur : "Je ne dis rien, mais je n'en pense pas plus..." Vous ne pouvez pas comparer.

  • Le texte de Cantalamessa est proprement ahurissant
    Ces gens sont littéralement et réellement possédés.
    Seule explication possible.

  • " des oripeaux, des lois et des controverses passées, qui ne sont plus que des débris ».

    Je crois qu il pense aux idées des années 1970 ?

  • Et bien, Bergoglio el Demonio toujours égal à lui-même; Ils maçonne ses murs au béton armé. Il se dépêche de tout casser, car il risque de casser sa pipe plus tôt que prévu par ses "maîtres".
    En février, il nous prépare des bien meilleures saloperies, si Dieu lui prête vie.

  • "ses murs au béton armé"
    Ce sont des ponts. Il y en a pour laisser entrer les envahisseurs chez nous et d'autres pour nous expédier plus vite dans l'autre monde (ou dans le N.O.M., faut dire que c'est exactement la même chose).
    L'extermination de la liturgie est secondaire par rapport à celles du dogme et de la chrétienté.

  • Non la liturgie n'est pas secondaire : il s'agit du premier devoir de l'Homme de rendre un culte à son Créateur. C'est d'ailleurs le premier commandement et toutes les considérations liées au NOM ne sont que matérielles et temporaires.
    Par ces décisions Bergiglio entend réduire le culte à Dieu. Il s'agit d'une offence au Créateur qui a droit à ce culte.

  • Vous avez raison et je ne dédouane pas le "pape" de vouloir en finir avec la messe traditionnelle et la liturgie tridentine, qui pour l'essentiel est d'ailleurs bien antérieure au concile de Trente.
    Mais le respect du dogme et l'amour pour la chrétienté font partie de la liturgie en un sens plus large et plus enveloppant que la seule liturgie de la messe. Ainsi l'on exige normalement des enfants, avant de leur permettre d'accéder à l'eucharistie, une connaissance et une compréhension au moins superficielle de ce mystère. Ici, le dogme précède la liturgie.
    Il conviendrait aussi de se demander jusqu'à quel point on massacre la liturgie en remplaçant l'eau bénite par l'hydrogel oligarchique, hydrogel auquel il vous est peut-être arrivé, comme à moi-même, de communier gustativement en raison de la propension de certains prêtres à en faire un usage immodéré, inconsidéré, absurde, et probablement nocif à leurs propres défenses naturelles.
    Et si vous êtes le loup déguisé en "pape" qui envoie ses brebis se faire injecter au nom de l'amour un produit imaginé par des tordus génocidaires en haine de l'humanité, c'est encore de la liturgie, au sens large, celui que vous employez.
    Par le mot liturgie, je visais le rite de la messe (sans rien vouloir rabaisser de son importance). Il faut relever ici que Dieu, dans sa sagesse, a voulu gratifier récemment plusieurs prêtres "conciliaires" (en Argentine et en Pologne notamment) de miracles eucharistiques, voulant sans doute souligner par là que même dans la messe du franc-maçon Bugnini l'essentiel était sauf.

  • Si quelque chose me heurte, quelle que soit la messe à laquelle j'assiste, c'est aujourd'hui le Una cum qui oblige le prêtre et l'assemblée à se revendiquer de ce Monsieur qui occupe la chaire de saint Pierre.

  • Voilà une heure que je cherche de l'humour sur internet, sur les thèmes du covid, des prêtres masqués, de l'oligarchie et de la situation de l'Eglise. Je ne trouve que ça, pas très drôle, même avec une légende : "Moi, c'est pas Don Corleone, c'est Le Dernier Tango à Paris. Vous voyez bien que ça rentre comme dans du beurre..." :
    https://www.reforme.net/wp-content/uploads/2020/03/Godong-IT624030K-e1583832716270.jpg

  • La hiérarchie conciliariste, chef en tête, ont un culot monstre quand ils accusent les prêtres et les fidèles attachés à la messe traditionnelle de rompre l'unité de l' Église.

    Mais de qui se moque-t-on ?

    Qui ont brisé cette unité sinon leurs prédécesseurs, les réformateurs conciliaristes, qui ont manipulé le Concile pour imposer leur satanée réforme ?... Ce sont les thuriféraires de ces fauteurs de troubles, auxquels le Peuple de Dieu n'avait rien demandé, qui, en revenant à plus d'humilité, doivent reconnaître les erreurs de leurs prédécesseurs et restaurer l'unité qu'ils ont détruite par leur orgueil et leur soumission au monde, celui pour lequel Notre Seigneur n'a pas prié.

    Et la seule voie pour restaurer l'unité dans l'Église est le retour à la Tradition et à sa liturgie en mettant au pilon la plupart des textes de Vatican II, dont la funeste et hérétique Déclaration Nostra Aetate ainsi que le missel de Paul VI.

    Car ce que l'on a voulu et que l'on veut encore nous imposer, c'est de renier notre sainte religion catholique pour nous faire adopter la religion humaniste et mondialiste, qui a mis l'Homme à la place de Dieu, c'est-à-dire qui a fait sienne cette fallacieuse promesse de Satan à Adam et Ève : " Vous serez comme des dieux !".

  • Vous êtes dieu si vous vous soumettez à Dieu.

  • C'est comme prêtre catholique latin, pratiquant intégralement et exclusivement "l'usus recentior" de la liturgie (Paul VI), que je reste abasourdi devant ce texte.

    D'un point de vue juridique, sur le terrain de la forme, une telle interprétation extensive de la loi par un décret général ayant force de loi demeure attaquable devant le Conseil Pontifical pour les textes législatifs. La raison en est que l'approbation pontificale a été donnée en forme générique ou commune, non en forme spécifique. Il ne s'agit donc pas d'un acte du Pontife Romain (inattaquable par principe), mais d'un acte porté par un Dicastère (attaquable par principe). Cependant, le plus important n'est pas là.

    Le plus important relève d'abord de la conception que l'on a de la loi liturgique. Pourquoi et comment la liturgie fait-elle loi dans l'Eglise ? Pour les positivistes, c'est par une décision de l'autorité compétente. Pour ceux qui tiennent à une conception raisonnable de la loi, qui inclut sa réception en vue du salut des âmes, la liturgie trouve sa légitimité dans son usage constant et en tant qu'usage constant ou fait coutumier. Autrement dit, la loi liturgique est d'abord la force obligatoire d'un usage commun et constant. Suivant cette conception pratique de la loi et de la liturgie, l'autorité compétente ne crée pas l'usage, mais l'authentifie et le purifie pour une communion dans la foi, dans l'espace et le temps. C'est à mon sens la limite de la réforme de 1970, qui a conduit à interpréter la norme liturgique dans un sens positiviste.

    Dans une disposition pacifiante et profonde, Benoît XVI avait voulu revenir au critère de l'usage constant de la liturgie. D'un point de vue diachronique, on était passé d'un usage à un autre du rite latin. D'un point de vue synchronique, deux usages coexistaient. D'où l'expression des "deux formes," de l'unique rite latin. Toute ma description repose sur une théorie de la norme et de la norme canonique. Cette conception tourne le dos à une conception de la loi comme expression d'un pouvoir de volonté ou d'un rapport de forces. Il faut retenir le principe posé par Benoît XVI : l'usage plus ancien de la liturgie n'a jamais été juridiquement abrogé. Comme il adoptait en outre le point de vue de l'usage liturgique pour parler d'une pratique et de sa force normative, on peut en déduire que l'abrogation d'un usage antérieur mais consciemment continué est impossible. Cette abrogation se heurterait au principe de la présence constante du Christ dans la tradition d'une expression de la foi de Son Église. C'est ici que l'ecclesiologie de Vatican II est précieuse, à cause du rôle de l'ensemble des fidèles (qui comprend aussi le Pape et les évêques) pour la réception et la pratique de la foi au regard de son contenu et de sa force normative.

    En résumé, je pense que nous nous heurtons ici à une conception positiviste et autoritaire de la loi, conception séculière moderne, qui empêche de considérer la continuité historique de la vie de l'Église et la présence du Christ Pasteur à cette continuité vivante.
    On remarquera la profonde connivence entre ces dispositions et les dispositions des États en matière sanitaire en ce que la constitution ontologique humaine se trouve rayée d'un trait de plume par la décision d'un seul. C'est sans doute ainsi que l'on compte apporter le témoignage chrétien en matière de justice et de droit. Tous les moyens sont alors bons pour déstabiliser les intelligences, y compris par l'adoption d'arguments risibles. S'il est impossible d'utiliser le Pontifical pour les confirmations parce que la forme du sacrement a changé, c'est vrai aussi pour tous les sacrements, sauf pour le baptême. Pourquoi alors autoriser les anciens rituels des sacrements ne nécessitant pas l'évêque dans les seules paroisses personnelles ?

    D'autres mesures tout autant irrationnelles constituent des attaques au salut des âmes, finalité de la loi canonique (c.1752). Je ne parle pas enfin de l'attaque contre la liberté de l'évêque, qui tourne le dos à la doctrine de Vatican II sur l'enracinement sacramentel de la triple charge de l'évêque. C'est donc sur une considération de la loi canonique et sur les fondamentaux de Vatican II que je pose un regard sévère sur ce document.
    Sur un plan général, les coutumes "contra legem" pouvant être légitimes et renvoyer la loi à sa désuétude, je ne vois pas d'inconvénients à ce que la pratique des usages plus anciens se maintienne, avec humilité, ténacité et astuce, et sans suspicion sur la foi catholique de ceux qui adoptent correctement la "forme ordinaire". Pour le reste, la vie commande le droit.

  • Cher Père Christian. Heureux prêtre êtes-vous qui peut se vanter d'un usage "correct" de la "forme ordinaire". Je n'en connais pas beaucoup. Et quand je voyage dans d'autres diocèses, c'est encore pire.
    Merci pour votre analyse qui souligne l'absolu respect par les rois et les papes des usages et coutumes légitimes de leurs sujets. Que l'esprit satanique des Lumières et sa révolution ont piétiné depuis 1789. Bergoglio est un fils des Lumières et il applique la synodalité quand cela l'arrange et gouverne par abus de pouvoir et diktats pas très apostoliques.
    Ce document du 18 décembre a été pondu pour forcer la main aux évêques qui avaient très mal digéré ce "motu-proprio" et qui ne voulaient rien changer aux autorisations préalables.
    Il ne reste plus aux évêques de la FSSPX qu' à ordonner des évêques. C'est ce que cherche le Vatican? Probablement. Ceux qui veulent rester catholiques n'ont pas à obéir aux schismatiques de fait actuellement à la tête de l'Eglise.
    Les traditionnalistes sont les non-vaccinés de l'Eglise, chasse à l'homme, extermination, exclusion, lynchage, camps sanitaires,....rien n'est de trop pour s'en débarrasser. Attendons les "visites" des commissaires politiques en début d'année prochaine dans les instituts portant les "oripeaux" du passé. Il va falloir qu'ils choisissent leur camp.
    Sait Noël .

  • Cher père, là où vous vous trompez c'est que votre façon d'offrir la Messe moderne n'est pas plus en adéquation avec le Missel de Saint Paul VI et la PGMR, que ceux qui font venir des fidèles autour de l'Autel pour faire la ronde lors du Pater NOSTER.
    Il a autant de variations possibles de mettre en œuvre le Missel de 1969 qu'il y a de prêtres qui la célèbre !!
    Alors peut être que vos fidèles- ( François nous permet il encore de dire vos "fidèles"? Sans avoir à ses yeux une mentalité rétrograde, digne des oripeaux du passé qui rendraient honteux les premiers Chrétiens)- ont la chance de vous voir offrir le Saint Sacrifice dans l'esprit des rubriques du Missel de 1962, mais sachez qu'en le faisant mon père, vous êtes aux yeux du nouveau cour loin de l'esprit du Concile !! Mais heureusement pour vos brebis vous vous en souciez guère, mais très peu de Catholique ont cette chance sachez le !!!
    SVP mon père, une dernière chose, priez pour moi ! Car François et ses disciples sont en train de détruire ma foi et mon amour pour la papauté.. Surtout comment est-ce possible qu'un pape puisse faire autant de dégâts sans que cela n'emeuvent si peu d'Eveques et après il y en a qui s'étonnent de voir des Catholique considéraient qui n'est pas le vrai pape et que le Pape légitime et emprisonné à Mater Ecclesia

  • À noter tout de même que la tirade sur "les oripeaux" du passé et la "linéarité des origines (de l'édifice chrétien)" sont des sottises de prédicateur italien emporté par sa verve, et qui n'engagent que lui-même (ironiquement nommé Cantalamessa, puisque chanter la messe n'est sûrement pas dans la linéarité des origines...)

  • Des oripeaux, vraiment ???
    Que ce vieux franciscain du serail commence par cesser alors de se pavaner en rouge et en moustiquaire devant son maître devant le baldaquin de St Pierre et aille s'installer en bleu de travail en Hlm comme ses confrères des années 70 qui avaient au moins de la cohérence et des cojones eux.

  • Asseyons nous sur les dires de Rome et faisons à notre guise
    Baptisons et marions nuitamment
    Il y a suffisamment d’églises inoccupées
    Prions pour ce vieil homme car nous devons prier pour nos ennemis
    Joyeux Noël

  • Il était de temps mettre fin à l’attitude de tous ces traditionalistes qui remettent en cause sans cesse la messe dite de Paul VI er considèrent qu’elle est invalide. Ils en veulent toujours plus. Eh bien non c’est fini ! Ils avaient qu’à être raisonnable. Il faut passer enfin à autre chose et imposer la liturgie voulue par l’Eglise. L’Eglise sait ce qui est bon pour eux et ces derniers doivent enfin se mettre à genou humblement et obéir au Pape et à l’Eglise.

  • C'est de l'humour au 33e degré?
    Ce n'est pas "l'Eglise" qui impose la "liturgie" de Paul VI, mais une poignée d'apostats. Autrement pourquoi l'Eglise n'impose pas cette "liturgie" aux syro-malabars, aux coptes catholiques, aux orthodoxes catholiques etc...? Si elle est si bonne, comme est "bon" le faux-vaccin, il faut obliger tous les catholiques à se la farcir, comme on oblige le monde entier à se faire injecter.

  • Je vous livre cette révélation privée reçue par le Frère Michel Rodrigue : " L'Antéchrist est dans la hiérarchie de l'église en ce moment, et il a toujours voulu s'asseoir sur la chaise de Pierre. Le pape François sera comme Pierre, l'apôtre. Il réalisera ses erreurs et tentera de rassembler l'Église sous l'autorité du Christ, mais il ne pourra pas le faire. Il sera martyrisé. Le pape émérite, Benoît XVI, qui porte toujours sa bague papale, interviendra pour convoquer un concile, tentant de sauver l'Église. Je l'ai vu, faible et frêle, soutenu de chaque côté par deux gardes suisses, fuyant Rome en pleine dévastation. Il s'est caché, mais a ensuite été retrouvé. J'ai vu son martyre. "
    Source : https://www.countdowntothekingdom.com/fr/fr-michel-rodrigue-l%27avertissement-la-tribulation-et-l%27%C3%A9glise-entrant-dans-la-tombe/
    Cela signifie que cette crise de l’Église se passerait dans les mois à venir, pour que Benoît XVI intervienne...

  • Mais bien sûr! Et le Père Noël co-présidera ce concile! Merci pour la bonne blague, Philou! (sacré filou, hein?), ça met un peu de gaieté dans ç'bas monde!

  • En terme de prophétie , j'ai mieux ;
    https://www.youtube.com/shorts/8WSEOuRKj_E

  • @Victor
    Votre (célèbre) laïc déguisé en prêtre me rappelle une remarque de Céline sur son ami Le Vigan. Il faudrait la retrouver dans l'un de ses derniers écrits (D'un château l'autre, peut-être), mais en substance l'idée était qu'un type qui a joué le rôle de Jésus-Christ se prend pour Jésus-Christ. On sent ça très bien (de Le Vigan) dans Le Quai des brumes. Et votre imposteur se prend pour Bossuet.
    Enrique Irazoqui, qui a endossé un Christ assez charismatique quoique un peu gringalet dans L'Evangile selon saint Matthieu, disait que les mamas italiennes venaient lui faire bénir leurs enfants quand il fumait une cigarette entre deux prises. David Suchet en a autant avec Hercule Poirot, mais pour retrouver les portefeuilles...

  • Les gens sont très très cons, quand même ! Pas étonnant qu'ils se fassent tous vacciner ! L'homme est à l'image de Dieu pour la durée, à mon avis. Sûrement pas par l'intelligence !

  • @Stavrolus
    https://www.youtube.com/watch?v=zjzGlXD6bsQ

  • " la feuille paroissiale ne doit pas indiquer l’horaire de la messe traditionnelle puisqu’elle est strictement réservée au groupe qui y assiste."

    Il faut lutter point par point ! J'ai déjà des amis qui collent des étiquettes mentionnant les messe tradies, sur les panneaux d'annonces des horaires de groupements paroissiaux dans les églises ! (Dans mon diocèse, le vicaire n'est pas sectaire, mais on va voir ce qu'il adviendra)
    Une imprimante, un stock d'étiquettes autocollantes, et en quelques secondes c'est en place ! Comme bien souvent le curé ne regarde même pas les panneaux, ça va rester en place un bon moment !

    Sur les autres points, il y a bien des choses à faire

  • Salve. In Italia esiste un detto famoso che dice: "chiedere all'oste se il vino è buono". In questo caso, chiedere a chi ha ricevuto una formazione manipolativa impositiva post conciliare di dare il permesso ad una Messa che umilia la lori incapacità di ribellarsi alle storture e falsità, pur di essere mandato avanti in modo falso senza leggere veramente e studiando i testi dei Padri e altro materiale, risulta una tortura per tutti.
    Alla lunga, trinfa la Fraternità San Pio X come la più previdente, lungimirante, preparata agli attacchi futuri e quindi ispirata dallo Spirito Santo per la battaglia finale tra massoneria e Chiesa Cattolica.

  • Les cadeaux de Noël pleuvent, maintenant de la part de Mgr Paglia, la plaie LGBT à la tête de l'Académie Pontificale pour la Mort, promoteur de l'injection pour les enfants, menteur comme son patron Bergoglio-el-D
    https://cruxnow.com/church-in-europe/2021/12/vaccinating-kids-essential-to-ending-pandemic-vatican-official-says

Écrire un commentaire

Optionnel