Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De la Sainte Vierge le samedi

00842_hires.jpg

(Novgorod, fin XVe.)

Bonus regéndæ castitátis pudor est comes. Hic primus, in ipso cognitiónis ingréssu, Dómini Matrem comméndat legéntibus, et tamquam testis lócuples, dignam quæ ad tale munus eligerétur, ástruit; quod in cubículo, quod sola, quod salutáta ab Angelo tacet, et mota est in intróitu eius, quod ad virílis sexus spéciem peregrínam turbátur aspéctus Mariæ in sabbato Vírginis. Itaque, quamvis esset húmilis, præ verecúndia tamen salutántem non resalutávit, nec ullum respónsum rétulit, nisi ubi de suscipiénda Dómini generatióne cognóvit; ut qualitátem efféctus dísceret, non ut sermónem reférret.

La pudeur a sa place bien marquée dans la conduite d’une vie chaste. Dès l’abord, elle fait découvrir aux lecteurs qu’il s’agit bien de la Mère du Seigneur et, telle un témoin autorisé, elle montre Marie digne d’être élue à une si haute fonction. En effet, la Vierge se tient dans la chambre secrète, et s’y tient seule ; saluée par l’ange, elle ne dit mot ; à son entrée, elle se trouble, son attitude trahit l’émotion à l’apparition insolite d’un être masculin. Aussi, malgré sa déférence, la pudeur la retient-elle de rendre le salut ; elle ne donne aucune réponse, avant d’apprendre qu’elle mettra au monde le Seigneur et alors, c’est pour interroger sur la réalisation de l’événement, non pour donner la réplique.

Lecture des matines: saint Ambroise, De officiis, I, 18.

Commentaires

  • virílis sexus
    Voilà enfin réglée la question du sexe des anges!

  • oh ! la citation tronquée... Virilis sexus SPECIEM (l'apparence du sexe mâle)

  • Votre réponse, chère g marie, ne règle pas plus la question que celle du sexe des anges.
    Je ne sait pas d'où Y. Daoudal a pris le texte latin, mais mon édition Budé donne "speciem peregrinatur aspectus virginis". La lectio peregrinatur, contre peregrinam que donne toutes les éditions, ainsi que la suppression de "turbatur" est expliquée en note. Mais l'apparat critique ne mentionne aucun "insabbato Mariae", que la traduction donnée ci-dessus ne... traduit pas.
    J'en viens à ce qui nous occupe. Species a les deux sens, et celui d'aspect est fréquent dans le De Officiis. Sed contra, le 1e sens est bien celui de vue, regard, choisi par le traducteur de Budé"à la vue d'un homme le regard de la vierge se trouve déconcerté" . Mais un argument d'autorité ne vaut pas.
    Ad speciem: la construction n'est pas classqiue mais se trouve au 4e s. (voir Gaffiot, ad, III,8 Végèce et Spartien). Speciem est en parallèle à aspectus. On peut donc conclure que les deux ont un sens parallèles: à l'apparence d'un homme, l'apparence de la vierge", tout cela sans répéter le même mot (variatio).
    Mais rien n'empêche de pencher pour le sens de vue. Ou encore pour celui d'aspect, qui ne s'oppose pas forcément à l'être!
    Bref, même avec St Ambroise, la querelle est loin d'être close...

  • Le regard (aspectus) de la Vierge, un jour de Sabbat (in sabbato), est troublé à l'aspect étranger (peregrinam) d'un sexe masculin

    Le personnage lui paraît masculin et étranger (il n'est ni l'un ni l'autre)

  • Comme indiqué, c'est la lecture des matines: c'est donc le texte officiel du bréviaire. Pour être précis, du bréviaire monastique de 1963 (puisque auparavant il n'y avait pas plusieurs lectures du samedi dans le mois). La traduction est celle du lectionnaire bénédictin de l'abbaye Sainte-Gertrude de Louvain (1967).

Écrire un commentaire

Optionnel