Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

En Floride

Capture d’écran 2021-10-25 à 16.22.17.png

Le nouveau « surgeon general » (« médecin chef », directeur de la Santé) de Floride et secrétaire à la Santé s’appelle Joseph Ladapo (à droite sur la photo). Il est doublement diplômé de Harvard, comme docteur en médecine et docteur en politique de la santé. Il a été soigneusement choisi par le gouverneur, Ron DeSantis (à gauche sur la photo), opposant notoire à la dictature sanitaire. Joseph Ladapo a multiplié les articles "controversés" contre le confinement, contre l'obligation vaccinale, contre le port obligatoire du masque.

Jeudi dernier lors d’une réunion publique il s’exprimait devant les caméras aux côtés du gouverneur. Il a demandé aux participants de « prendre un moment de recul par rapport à ce que vous entendez constamment à la télévision » : « Très brièvement, en ce qui concerne les données qui soutiennent l'utilisation du masque chez les enfants et l’obligation du masque pour les enfants, elles sont très faibles, et c'est un fait. Les données sur le port du masque obligatoire ne soutiennent aucun bénéfice clinique pour les enfants des écoles. Les données de la plus haute qualité ne fournissent aucune preuve de bénéfice. Et nous allons nous en tenir à cela. »

En outre, a-t-il ajouté, « mettre un masque sur le visage de son enfant, cela relève de la décision des parents. Pas de la décision d'une école, ni d'un conseil scolaire, ni d'un gouverneur. Ce n'est la décision de personne d'autre que des parents, et les parents sont placés dans ces situations impossibles liées à la santé de leurs enfants » (à cause de l’obligation du masque, que de nombreux parents refusent) – mais en Floride le gouverneur DeSantis a interdit, par décret, toute obligation de masque pour les enfants.

Avant d’être nommé par le gouverneur de Floride, le Dr Ladapo était professeur de médecine à Los Angeles. Il a suivi de près la situation en Californie, et il relève que le port du masque strictement obligatoire dans cet Etat à partir d’avril 2020 n’a pas empêché un retour de l’épidémie l’hiver suivant.

« Nous devons prendre des décisions de politique sanitaire fondées sur des données et non sur la peur. Depuis la Californie, j'ai observé les différentes approches adoptées par les gouverneurs à travers le pays et j'ai été impressionné par les qualités de dirigeant et la détermination du gouverneur DeSantis à faire en sorte que les Floridiens aient toutes les possibilités de maintenir leur santé et leur bien-être tout en préservant leurs libertés en tant qu'Américains. C'est un privilège de rejoindre son équipe et de servir la population de Floride. »

Inutile de dire que le Dr Ladapo et DeSantis font l’objet d’une violente campagne de dénigrement dans la grande presse et chez les démocrates.

Mais le gouverneur tient bon. Et même, il a convoqué, vendredi, une session législative spéciale pour faire voter une loi protégeant les fonctionnaires fédéraux de Floride contre la perte de leur emploi en raison de l'obligation vaccinale.

Et, hier, il a déclaré qu’il allait offrir une prime d’installation en Floride de 5.000 dollars aux policiers qui perdent leur emploi dans d’autres Etats parce qu’ils refusent l’injection.

Commentaires

  • Le Dr Lapado devrait en profiter pour traiter ses contradicteurs démocrates de "sales racistes". Bravo au gouverneur qui a de bonnes idées et qui agit avec intelligence. Les dictateurs sanitaires étouffent de rage, s'ils pouvaient étouffer pour de vrai.
    Ce ne sont pas nos dictateurs préfectoraux ni nos députés et sénateurs vautrés qui oseraient aller contre les abus de pouvoir d'un gouvernement asservi aux mondialistes

  • "mettre un masque sur le visage de son enfant, cela relève de la décision des parents."
    Je suis bien content de n'avoir plus d'enfant dans le primaire ni dans le secondaire. Je souffre déjà assez comme ça.
    Le grand mythe contemporain (forcément cinématographique) n'est ni Superman, ni Star Wars, ni Matrix : c'est La Nuit des morts-vivants de George Romero, sorti en 1968. Une humanité de zombies, c'est ce à quoi nous sommes confrontés si nous refusons d'en faire partie. Merci Seigneur pour cette voie d'accès paradoxale (C'est le cas de le dire...) à la joie parfaite.
    Hitchcock disait dans une interview où on le titillait sur sa misogynie : "On dit que je n'aime pas les femmes, mais je n'aime pas les hommes non plus..."
    Je suis assez d'accord.

  • "Merci Seigneur pour cette voie d'accès paradoxale à la joie parfaite."

    :-)

  • En effet. Merci. Je corrige.

Écrire un commentaire

Optionnel