Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bravo Mr Robinson

Screen-Shot-2021-10-13-at-10.10.41-PM-810x500.png

Il s’appelle Mark Robinson. Il est lieutenant-gouverneur de Caroline du Nord.

Une organisation stipendiée par Soros a fait connaître un propos qu’il avait tenu dans une église baptiste en juin dernier : « Il n'y a aucune raison pour que quiconque, où que ce soit en Amérique, parle à un enfant de transgendérisme, d'homosexualité, de toutes ces saletés. »

Sommé de se rétracter, il a déclaré : « Eh oui, j'ai appelé ça des saletés. Et si vous n'aimez pas que je l'aie appelé saleté, venez me voir, et je vous l'expliquerai. Il est temps pour nous d'arrêter de laisser les enfants être abusés dans les écoles, mais cela n'arrivera pas tant que le peuple de Dieu ne se lèvera pas pour exiger autre chose. »

Premier lieutenant-gouverneur noir de cet Etat, Mark Robinson en a profité pour dire ce qu’il pense de Black Lives Matter : « La vie des noirs ne compte pas pour Black Lives Matter. Vous savez comment je le sais ? Parce que si c'était le cas, vous savez où ils seraient au lieu d'être devant le poste de police ? Ils seraient dans le repaire du gang, dans la maison du dealer, en train de la brûler. Ils seraient à la clinique d'avortement en train de la brûler, si les vies des Noirs comptaient vraiment. »

Les démocrates et les militants LGBT ont demandé la démission du lieutenant-gouverneur. Le gouverneur a qualifié les propos d’« odieux » et a jugé qu’il serait « approprié » qu’il se retire, et le gouvernement Bidon lui-même a jugé « répugnante et offensante » sa défense de la loi morale naturelle.

Mark Robinson a refusé catégoriquement de s'excuser ou de démissionner. Au contraire, il en a remis une couche : « Il est temps pour les parents de cet État de prendre fermement position pour leurs enfants. Nous ne nous laisserons pas intimider. Nous ne reculerons pas. Nous ne changerons pas notre langage. Le langage que j'ai utilisé, je n'en ai pas honte. Je l'utiliserai à l'avenir parce que, encore une fois, il est temps que les parents de cet État prennent fermement position pour leurs enfants. »

Et les critiques du gouverneur « ne font aucune différence ». « J'en ai assez que les gens de droite soient diabolisés pour leur discours alors que les gens de gauche brûlent, frappent, volent, pillent - prennent des villes entières et obtiennent un laissez-passer. L'homosexualité n'est pas une culture. L'homosexualité est une préférence sexuelle, et les préférences sexuelles, je crois, n'ont pas besoin d'être discutées dans nos écoles. »

Mardi, il a réitéré, au cours d’une conférence de presse sur les livres LGBT qu’on trouve de plus en plus dans les écoles : « Nous parlons de matériels - de matériels inappropriés - qui sont présentés à nos enfants. Et nous parlons de ces politiciens qui m'ont diabolisé parce que j'essaie de retirer cela de nos salles de classe. Non seulement nous ne démissionnons pas, mais nous ne nous arrêterons pas tant que les écoles de Caroline du Nord ne seront pas à l'abri de ce genre de saletés. »

Au début de l’année il avait annoncé la création d'un groupe de travail visant à « dénoncer l'endoctrinement dans les salles de classe ». L'initiative, intitulée FACTS, a publié en août un rapport détaillant 500 allégations d'enseignants de Caroline du Nord sexualisant les enfants, faisant honte aux élèves blancs (« white shaming ») et faisant la promotion du transgendérisme et de la théorie critique de la race.

Le parti républicain de l'État a déclaré qu'il « soutient le lieutenant-gouverneur Robinson » et « défend résolument l'autorité ultime des parents sur l'éducation de leurs enfants et s'oppose à l'inclusion de matériel explicite et intrusif qui n'a pas sa place dans les classes de Caroline du Nord ».

« Je suis d'accord avec le lieutenant-gouverneur sur le fait qu'il est inapproprié pour nos enfants d'être exposés à des images sexuellement explicites dans le matériel de lecture fourni par nos écoles », a également déclaré dans un communiqué le président de la Chambre des représentants de Caroline du Nord, Tim Moore. « Le lieutenant-gouverneur a clarifié ses déclarations et a dit clairement qu'il décrivait ce matériel de lecture, et non une personne ou une communauté, dans ses remarques. En outre, l'avalanche de messages vocaux et de messages racistes et inquiétants adressés au lieutenant-gouverneur Robinson et à sa famille est honteuse et odieuse », a-t-il ajouté.

Commentaires

  • Vous en avez loupé une, cher Daoudal :

    "And here's to you, M. Robinson
    Jesus loves you more than you will know, wo, wo, wo."

    A votre santé, M. Robinson !

  • Mr Robinson était une allusion à Mrs Robinson. En français on écrit M. Robinson.

  • C'était discret.

  • Honneur à lui.
    Malheureusement il n'est pas catholique.

  • Et alors? IL a plus de courage questions certains catho. Relisez ce que le Christ a dit à ce sujet....Nous sommes super fier de lui ici in NC.

  • Le Bon Dieu pourrait faire un œcuménisme auquel personne ne songe. Il y eut celui des martyrs à la grande époque. Ceux qui vivent et meurent pour le Christ, on ne leur demande pas s'ils sont de bonne doctrine. C'est dans l'Evangile. Je ne pense pas non plus que les innombrables martyrs du XXe et du XXIe siècle, qu'ils soient orthodoxes, coptes circoncis ou autres, aient eu beaucoup de comptes à rendre au jour de leur jugement. Plutôt Robinson que Biden, Pelosi et le "pape" en tout cas.

  • Il a de la carrure, au propre comme au figuré! Il est une invitation à être nous-mêmes des adversaires farouches de ces "saletés" qui polluent et obscurcissent l'âme de nos petits avec l'aide des états..

  • Voici sa page: https://ltgov.nc.gov/about/mark-robinson
    Vous pouvez lui envoyer un email d'encouragement. Un simple: Thank you for standing up against the filth! fait parfois une grosses difference pour ces lone rangers!

  • C'est fait.

Écrire un commentaire

Optionnel