Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A vomir

François a reçu hier le président irlandais Michael D Higgins. Il a dit :

« Aujourd’hui je n’ai pas rencontré seulement un homme, un président, j’ai rencontré un sage d’aujourd’hui. Je rends grâce à Dieu que l’Irlande ait un homme aussi sage à sa tête. »

« Today I did not just meet a man, a President, I met a wise man of today. I thank God that Ireland has such a wise man as its head. »

Michael D Higgins est l’une des principales personnalités de la culture de mort en Irlande, et la principale à son poste : c’est lui qui en 2013 a signé la première loi sur l’avortement, qui dépénalisait le meurtre de l’enfant à naître si la mère menaçait de se suicider ou la grossesse mettait sa vie en danger, c’est lui qui a signé la loi de 2018 qui a rendu légal l’avortement jusqu’à 12 semaines et jusqu’à la naissance en cas de malformation du fœtus ; c’est lui aussi qui a signé en 2015 la loi sur le soi-disant mariage entre personnes de même sexe. Et c’est lui encore qui a signé en 2019 une loi qui accélère le divorce.

Il est aussi le président de l’une des pires dictatures soi-disant « sanitaires » de la planète, dont une des conséquences est l’interdiction des messes quasiment depuis le début de l’épidémie (comme au temps de Cromwell).

François rend grâce à Dieu d’avoir rencontré ce sage...

Les deux hommes ont parlé… des migrants, de la protection de l’environnement, du changement climatique, de la biodiversité, des conséquences du coronavirus, de la manière dont la pandémie a été reconnue à l'échelle mondiale mais n'a pas reçu de réponse en termes de vaccination à l'échelle mondiale, de l’avenir de l’Europe, et aussi, a souligné Higgins,… de l’utilisation des « arguments culturels » pour vaincre les argumentations relatives aux droits de l’homme, « en particulier en ce qui concerne le corps des femmes et les mutilations génitales féminines »… Sic !

Commentaires

  • Yves Chiron peut préparer (encore) un nouveau chapitre à son bouquin.

  • Tout à fait. Appréciant les ouvrages d’Yves Chiron, je me suis forcé à lire celui où il cherche (vainement) à défendre comme type qui nous sert de pape actuellement. Outre le titre du livre, qui réduit les personnes critiques à l’endroit de Bergoglio à des personnes souffrant d’un trouble psychologique, Yves Chiron fait preuve d’une naïveté sans égale en avançant des arguments très faibles. Curieusement, il ne mentionne pas l’Eglise de Chine, l’affaire pachamama ne fait que 4 pages et il affirme à la fin de l’ouvrage que le pape François ne touchera pas à la liturgie traditionnelle. Yves Chiron fait preuve d’aveuglement et c’est bien dommage…

  • Pour la Chine, on peut le comprendre: il y a consacré tout un livre.

  • Un signe de la fin des temps, c'est de voir dérailler les meilleurs. On a vu Roberto de Mattei pour les faux-vaccins et maintenant Yves Chiron qui devrait s'inquiéter des éloges de "la Croix" et autres journaux subversifs. Tous ces gens se posent la question:
    "Pourquoi le pape le plus apprécié hors de l’Église est-il le plus mal-apprécié au sein de l’Église ? " La réponse est dans la question, il n'est pas catholique.
    On a déjà vu des gens passer en quelques années d'un extrême à l'autre et toujours soutenir avec assurance ce qu'ils vomissaient auparavant. Des tourne-veste....

  • Oui, tout un livre où il décrit les incroyables persécutions actuelles (jusqu'en septembre 2018). Puisqu'il est tellement au courant pourquoi ne l'a-t-il pas repris, puisque les accords scandaleux avec les nazis jaunes de Pékin sont parmi les reproches les plus graves contre Bergoglio?. Yves Chiron est amnésique? Ou alors ces reproches étant fondés, ils démolissent sa thèse de "françoisphobes".

  • Exactement. Qu'il ne reprenne pas son exposé dans l'ensemble est compréhensible. Ce qui l'est moins, c'est cette sorte d'amnésie sélective qui lui fait oublier ou négliger les aspects les plus grotesques du règne bergoglien. Qu"il y ait des détracteurs un peu trop zélés, personne ne le nie mais de là à considérer Bergoglio comme un pape digne de ce nom, il y a une gouffre...

  • "Le Seigneur est bon. Il nous sauvera tous. Ça, il ne faut pas le dire trop fort."
    Il a dit cela aussi, dans l'avion qui le ramenait de Tchécoslovaquie après un éloge de la loi française qu'il appelle le PACS. Il en est resté au PACS ! C'est quand même un chef d'Etat, merde ! Cette espèce de naïveté demi-feinte dès qu'il s'agit d'honorer les pires ordures de la Terre ne pourrait être une impardonnable niaiserie que si elle ne s'accompagnait pas d'une haine non dissimulée à l'égard des rares chefs d'Etat qui ont encore un peu de respect pour le Décalogue !
    Malheureusement pour lui, si le Seigneur est bon, il est également juste. Avec la charge qu'il occupe, n'essayons pas d'imaginer l'enfer épouvantable que se prépare ce pauvre homme. Il n'y en aura pas quatre comme le sien.

  • Pitoyables personnages.notre pape François fait parti des renégats la foi Catholique Romaine de rite latin Dieu seul Juge!.

Écrire un commentaire

Optionnel